Accéder au contenu principal

L'Amoureuse





Elle est debout sur mes paupières
Et ses cheveux sont dans les miens,
Elle a la forme de mes mains,
Elle a la couleur de mes yeux,
Elle s'engloutit dans mon ombre
Comme une pierre dans le ciel.

Elle a toujours les yeux ouverts
Et ne me laisse pas dormir.
Ses rêves en pleine lumière
Font s'évaporer les soleils,
Me font rire, pleurer et rire,
Parler sans avoir rien à dire. 


Paul Eluard in "Capitale de la douleur".



Commentaires

  1. Oh! Je n"avais pas ouvert mon ordi depuis si longtemps et c'est sur celui-ci que je tombe. Gemellité! Pas mérité! Pourtant c'est exactement ça, tu as toujours les yeux ouverts et ne me laisse pas dormir. Tes rêves en pleine lumière font s'évaporer mes "sommeils" de vieille marmotte. Rire, pleurer, rire, c'est sû. Parler sans avoir rien à dire mais seulement quand je parle, et me taire parce que j'aurais tant à dire qui ne peut que s'exprimer dans un regard qui traverserait le mont chauve pour te voir(je pense au Ventoux, pas à mon crâne). Bizzz

    RépondreSupprimer
  2. Oh mon Nico!!! Tu sais que je pensais à toi depuis des jours en me demandant quand tu allais te repointer, que ça faisait bien long depuis octobre. Bon tu devrais t'appeler Désiré parce que tu te fais quand même. Sourire. Y a pas de reproche sur ma langue, juste que je ne sais pas comment ne pas me faire du soucis quand tu disparais rapport à tes yeux qui tournicotent ou ton petit coeur fêlé. Je crois que c'est râpé, alors ne me laisse jamais trop longtemps sans nouvelles, un "coucou" suffira. :)

    Alors ce texte, il est beau hein? L'image du premier vers, pfff tellement belle, si parlante, tout comme j'aime et comme il m'arrive -bien humblement- de pondre parfois quand je suis bien assise à l'intérieur de moi. Autrement dit, pas souvent, ma tête c'est la fumée au-dessus des maisonnettes dans le grand hiver. Faut juste attendre que le printemps me ramène une nouvelle muse, la mienne s'enfonce dans le passé.

    Sinon je suis désolée de t'empêcher de dormir. Nan j'déconne. (elle est méchante) en fait elle adore quand tu la bouchonnes dans le sens du poil :)

    Bise

    RépondreSupprimer
  3. C'est viscéral, j'ai toujours voulu préparer mes proches à mon absence(ça les ennerves non moins viscéralement). Mais toi tu vis dans moi...
    Sinon cette année, j'ai pas fait dans le coeur ou les yeux mais dans la tuyauterie ultra ulcérée. Ce n'est rien à côté de ton bébé et je n'ai jamais mal.
    Oh oui Eluard. Y a ça aussi: "Inconnue, elle était ma forme préférée, Celle qui m’enlevait le souci d’être un homme, Et je la vois et je la perds et je subis Ma douleur, comme un peu de soleil dans l’eau froide." Franchement, ça change de la tuyauterie d'Ubu.
    Bises belle inconnue

    RépondreSupprimer
  4. Ah bin tu n'as pas de bol dis donc. J'ai eu une colite il y a quelques années en arrière et je me suis roulée par-terre de douleur. La chose a duré près de trois semaines et rien ne me soulageait. Depuis quand ma fille a mal je compatis bien plus fortement.

    C'est top glamour notre marivaudage hin hin. ^^

    Oui, je t'avoue que c'est une découverte pour moi et comme j'ai emprunté ce recueil à la médiathèque de ma ville je l'ai dans une version "analysée" destinée aux lycéens. Ce qui fait que j'ai tous ce qu'il faut savoir au sujet de tel ou tel poème. Et de là je me demande ce qu'elle avait de si particulier cette Gala pour faire tourner la tête d'autant d'artistes?

    "comme un peu de soleil dans l'eau froide"...j'aime ces images. Cette poésie qui est assez simple finalement, sans effet de manches.

    Bisous mon Marmot :*

    RépondreSupprimer
  5. "Elle s'engloutit dans mon ombre

    Comme une pierre dans le ciel."

    Je ne connaissais pas ce poème-là, et c'est très beau, des images toutes plus belles les unes que les autres !
    Je te souhaite une belle fin d'année, Désirée, dans la chaleur des tiens :)
    Bises !

    RépondreSupprimer
  6. Chère Ka, mes souhaits sont tout pareils aux tiens. Douceur, chaleur et joie auprès des personnes que tu aimes. C'est ce que Noël offre de plus précieux :)

    Bises

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Fille du non-vouloir

Petit haricot de cellules tourbillonnantes qui a grandit dans un océan de larmes en guise de liquide amniotique, voilà le fond de tristesse qui clapote en son âme. A travers l'épaisseur de la chair a t'elle senti les coups ? Par le cœur de sa mère a t'elle entendu les injures ? « Putain » disaient-ils en choeur en insultant une vierge. Enceinte certes, mais vierge.
Le secret dévoilé au bout de tant d'années d'incompréhension et de douleur. L'ignorance des jeunes de cette époque-là, tout se résumait à cela. Parce qu'on ne parlait pas de « ça » en ce temps-là.

Quarante ans de bagne à traîner un boulet plus gros qu'elle.

Et tout enfin, se mettait en place, toutes les pièces du puzzle. Tous les détails s'assemblaient pour dresser le portrait de la bêtise crasse. Le regard bleu glacé de colère méchante du père, comme une guerre froide face à l'innocence de ce petit visage. Son cœur à elle qui ne comprenait pas pourquoi. Et qui tentait encore et …

Des mots qui volent tout seuls...

Si j'avais dû voler des mots, j'aurais volé ceux de Christian (Bobin) ou ceux de Andrée (Sodenkamp) qui m'ont si bien nourris,  et ceux de quelques autres qui m'ont un jour transpercée, puis ont fait en moi des petits.

J'aurais volé des mots étincelants de lumière, aussi beaux que le matin. J'aurais volé la profondeur et l'altitude, j'aurais volé la clarté et le sens.

Mais plutôt que des mots si j'avais dû voler quelque chose, j'aurais volé un coeur.

Voire, une âme.

Mais je n'ai jamais rien volé. Si j'ai volé quelqu'un ce n'est que moi-même. Ma muse c'est moi. C'est ma voix intérieure. Rien ne me vient de l'extérieur que je n'ai ré-inventé, re-crée. Cela me parait tellement évident. On ne parle jamais que d'un autre que l'on invente, interprète, un autre déformé, un Autre autre. Comme l'écrivait Christian Bobin: "L'homme dont je parle dans mes livres n'existe pas". De même, l'hom…

D'un monde à l'autre

J'ai rêvé de Paul cette nuit.

Mes parents m'annonçaient cette incroyable nouvelle:  Paul était à nouveau vivant!

A nouveau j'avais dix-sept ans. Je courais chez lui le coeur battant, sonnais à la porte de la maison rose de ses parents. Cécilia, sa soeur, m'ouvrait. Elle rayonnait: "Oui, c'était bien vrai, Paul était de retour parmi nous." C'était un miracle. Un vrai miracle.

Puis Paul passait derrière sa soeur, me souriait sans s'arrêter. Sans me reconnaître.

L'incrédulité et la stupeur, une joie, un espoir immense m'envahissaient alors. Une affreuse angoisse aussi. Quelque chose avait changé. C'était pourtant bien Paul. Ses boucles châtains se balançaient encore de chaque côté de son beau visage qu'aucun gros fil chirurgical ne raccommodait pour le rendre présentable à ceux qui avaient eu la lourde tâche de lui survivre. Son sourire était ce même sourire irrésistible que celui "d'avant". Paul souriait et le monde ro…