Accéder au contenu principal

Dinette







Petit visage d’enfant, minuscule sagette,
Rosi par les cris, le jeu, la joie
Éclairé par deux gouttes bleues
Où si souvent je me jette
Et de bonheur me noie,
Petit visage, le poème d’Emma
Qui dit la vie simple, le doux plaisir d’être là
Dans un grand sourire ouvert
Sur de petites dents de chat.

Enfance, merveilleuse enfance
Trésor à chérir, avec sa dinette
Dans la cabane de bois, ses déjeuners d’herbe
Et de pâquerettes
Ses cafés pour semblant, ses ballons rouges,
Et tous ces rires dont on se souviendra, demain
Tout au fond des tempêtes.

Mais pour l’heure, la joie rose d’Emma
Fait fi des futures tempêtes
Dans un éclat de rire tout blanc,
De petites dents de chat.

2009  Photo personnelle

Commentaires

  1. Bonjour Dé :-) Quel très joli poème qui saisi parfaitement ce "trésor à chérir" de la "merveilleuse enfance". Dont les mots me parlent en tout cas (et ce prénom !), des mots que je ressens mais que je n'aurais pas su extirper si bien, en préservant cette beauté simple qui sied à la profondeur des choses simplement vraies. Cette période féerique autant qu'éphémère, comme un navire fragile condamné aux "futures tempêtes" et aux noires abysses d'un temps dissolvant tout. Tendres souvenirs immergés que le poète seul semble pouvoir renflouer en les allégeant de leurs concrétions pour les faire briller toujours sous son chaud soleil ! Merci !
    Et merci aussi d'être aller faire un peu de bruit à rompre le silence écrasant de mon plan sans cible ;-)
    Bises
    David

    RépondreSupprimer
  2. Cher David :* J'ai écrit toute une volée de poèmes pour mon unique nièce que j'ai eu à la maison jusqu'à environ sept mois, puis qui est venu chaque vendredi jusqu'à son entrée à l'école. Un vrai bonheur. Elle est adorable à tous points de vue et si belle. On ne peut que l'aimer. Je suis ravie que tu soulignes la simplicité de ce texte qui reprends toutes ces petites choses de l'enfance des petites filles, la dinette en particulier. C'est un très joli commentaire que tu poses, merci. :)

    Ne me remercie pas je sors à peine de ma léthargie hivernale, je compte être un peu plus présente mais je ne te cache pas que c'est la voix de mes ami(e)s qui me tient éveillée...lorsque ceux-ci s'en vont, je disparais aussi.

    Bises

    Bises

    RépondreSupprimer
  3. Tout est si beau si tendre dans ce billet, et la photo, et ton poème ! Que de souvenirs ravivés :)
    C'est étonnant comme l'enfance de nos enfants (pas forcément les nôtres, mais ceux que l'on aime et que l'on côtoie) nous touche, nous marque plus que les souvenirs liés à notre propre enfance.
    Bises !

    RépondreSupprimer
  4. Bizarrement mes souvenirs d'enfance restent très vivaces. Et curieusement lorsque je repense à tel ou tel événement je ressens encore les sentiments d'alors. Il y a des parties de notre mémoire que le Temps même ne peut toucher: elles sont immuables. Quand à Emma, nous avons joué au rami hier, après une longue balade au soleil, ce fut une belle journée.

    Bise !

    RépondreSupprimer
  5. J'adore ce tableau de la véritable nature humaine avant qu'elle soit détruite par l'éducation imposée par nos maîtres de génération en génération. J'ai essayé de préserver cela chez mes enfants qui ne vont pas à l'école, et sont un peu des sauvageons (8 et 12 ans). Et cela se voit qu'ils sont différents.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est beau l'enfance. Mes enfants sont allés à l'école, ils y sont encore d'ailleurs pour quelques années mais j'ai eu la surprise d'entendre mon fils tenir les mêmes propos que toi lors de sa dernière visite! Cela m'a étonnée et surtout rassurée, pas si formatés que ça mes gamins.

      Je m'inquiète toujours de l'avenir des enfants "différents" car qu'on le veuille ou non on est bien obligé de vivre en "société".

      Bises mon grand :)

      Supprimer
  6. J'aime ! Tout... même les déjeuners d'herbes. :)

    RépondreSupprimer
  7. Mes commentaires ne passent pas... Grrr !

    RépondreSupprimer
  8. Mais si mon amie! La preuve: je te lis ;)

    Comme c'est curieux je pensais à toi hier et je me disais que j'allais te rendre visite sur ta page facebook! Et te voilà.

    J'imagine bien qu'avec tes adorables petits-enfants tu es comblée de dînettes et de café pour semblant! ;) Quelle chance!

    Des bises douces mon amie

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Fille du non-vouloir

Petit haricot de cellules tourbillonnantes qui a grandit dans un océan de larmes en guise de liquide amniotique, voilà le fond de tristesse qui clapote en son âme. A travers l'épaisseur de la chair a t'elle senti les coups ? Par le cœur de sa mère a t'elle entendu les injures ? « Putain » disaient-ils en choeur en insultant une vierge. Enceinte certes, mais vierge.
Le secret dévoilé au bout de tant d'années d'incompréhension et de douleur. L'ignorance des jeunes de cette époque-là, tout se résumait à cela. Parce qu'on ne parlait pas de « ça » en ce temps-là.

Quarante ans de bagne à traîner un boulet plus gros qu'elle.

Et tout enfin, se mettait en place, toutes les pièces du puzzle. Tous les détails s'assemblaient pour dresser le portrait de la bêtise crasse. Le regard bleu glacé de colère méchante du père, comme une guerre froide face à l'innocence de ce petit visage. Son cœur à elle qui ne comprenait pas pourquoi. Et qui tentait encore et …

Des mots qui volent tout seuls...

Si j'avais dû voler des mots, j'aurais volé ceux de Christian (Bobin) ou ceux de Andrée (Sodenkamp) qui m'ont si bien nourris,  et ceux de quelques autres qui m'ont un jour transpercée, puis ont fait en moi des petits.

J'aurais volé des mots étincelants de lumière, aussi beaux que le matin. J'aurais volé la profondeur et l'altitude, j'aurais volé la clarté et le sens.

Mais plutôt que des mots si j'avais dû voler quelque chose, j'aurais volé un coeur.

Voire, une âme.

Mais je n'ai jamais rien volé. Si j'ai volé quelqu'un ce n'est que moi-même. Ma muse c'est moi. C'est ma voix intérieure. Rien ne me vient de l'extérieur que je n'ai ré-inventé, re-crée. Cela me parait tellement évident. On ne parle jamais que d'un autre que l'on invente, interprète, un autre déformé, un Autre autre. Comme l'écrivait Christian Bobin: "L'homme dont je parle dans mes livres n'existe pas". De même, l'hom…

D'un monde à l'autre

J'ai rêvé de Paul cette nuit.

Mes parents m'annonçaient cette incroyable nouvelle:  Paul était à nouveau vivant!

A nouveau j'avais dix-sept ans. Je courais chez lui le coeur battant, sonnais à la porte de la maison rose de ses parents. Cécilia, sa soeur, m'ouvrait. Elle rayonnait: "Oui, c'était bien vrai, Paul était de retour parmi nous." C'était un miracle. Un vrai miracle.

Puis Paul passait derrière sa soeur, me souriait sans s'arrêter. Sans me reconnaître.

L'incrédulité et la stupeur, une joie, un espoir immense m'envahissaient alors. Une affreuse angoisse aussi. Quelque chose avait changé. C'était pourtant bien Paul. Ses boucles châtains se balançaient encore de chaque côté de son beau visage qu'aucun gros fil chirurgical ne raccommodait pour le rendre présentable à ceux qui avaient eu la lourde tâche de lui survivre. Son sourire était ce même sourire irrésistible que celui "d'avant". Paul souriait et le monde ro…