Accéder au contenu principal

Pablo Neruda






Je te laisse : aussitôt
Tu circules en moi, cristalline
Ou tremblante
Ou inquiète, blessée
par moi
Ou tout d’amour comblée, comme en cet instant
Où tes yeux
Se ferment sur le présent de la vie
Que je ne cesse de t’offrir.
Mon amour,
Quand nous nous sommes rencontrés
Nous avions soif et nous avons
Bu toute l’eau et tout le sang,
Quand nous nous sommes rencontrés
Nous avions faim
Alors nous nous sommes mordus
Comme le feu,
Il nous resta des blessures.
                               
Mais attends-moi
Garde-moi ta douceur.
Et je t’offrirai aussi
Une rose.

Commentaires

  1. On croirait entendre Jean-Pierre Léaud qui lit du Marcel Amont !


    Preferiremos :


    Apenas te he dejado,
    vas en mí, cristalina
    o temblorosa,
    o inquieta, herida por mí mismo
    o colmada de amor, como cuando tus ojos
    se cierran sobre el don de la vida
    que sin cesar te entrego.

    Amor mío,
    nos hemos encontrado
    sedientos y nos hemos
    bebido toda el agua y la sangre,
    nos encontramos
    con hambre
    y nos mordimos
    como el fuego muerde,
    dejándonos heridas.

    Pero espérame,
    guárdame tu dulzura.
    Yo te daré también
    una rosa.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je sais Well, les traduc sont souvent casse-gueules. Mais je ne possède pas assez bien l'espagnol pour l'apprécier en V.O. Je suis en train de penser qu'il y a d'ailleurs peut-être plusieurs traductions comme c'est le cas pour "If" de Kipling. Désolée ;)

      Supprimer
  2. Pablo Neruda... Je ne l'ai pas lu depuis longtemps. Trop longtemps, ... Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien, c'est un très beau poème. Même en bon françois :)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Fille du non-vouloir

Petit haricot de cellules tourbillonnantes qui a grandit dans un océan de larmes en guise de liquide amniotique, voilà le fond de tristesse qui clapote en son âme. A travers l'épaisseur de la chair a t'elle senti les coups ? Par le cœur de sa mère a t'elle entendu les injures ? « Putain » disaient-ils en choeur en insultant une vierge. Enceinte certes, mais vierge.
Le secret dévoilé au bout de tant d'années d'incompréhension et de douleur. L'ignorance des jeunes de cette époque-là, tout se résumait à cela. Parce qu'on ne parlait pas de « ça » en ce temps-là.

Quarante ans de bagne à traîner un boulet plus gros qu'elle.

Et tout enfin, se mettait en place, toutes les pièces du puzzle. Tous les détails s'assemblaient pour dresser le portrait de la bêtise crasse. Le regard bleu glacé de colère méchante du père, comme une guerre froide face à l'innocence de ce petit visage. Son cœur à elle qui ne comprenait pas pourquoi. Et qui tentait encore et …

Des mots qui volent tout seuls...

Si j'avais dû voler des mots, j'aurais volé ceux de Christian (Bobin) ou ceux de Andrée (Sodenkamp) qui m'ont si bien nourris,  et ceux de quelques autres qui m'ont un jour transpercée, puis ont fait en moi des petits.

J'aurais volé des mots étincelants de lumière, aussi beaux que le matin. J'aurais volé la profondeur et l'altitude, j'aurais volé la clarté et le sens.

Mais plutôt que des mots si j'avais dû voler quelque chose, j'aurais volé un coeur.

Voire, une âme.

Mais je n'ai jamais rien volé. Si j'ai volé quelqu'un ce n'est que moi-même. Ma muse c'est moi. C'est ma voix intérieure. Rien ne me vient de l'extérieur que je n'ai ré-inventé, re-crée. Cela me parait tellement évident. On ne parle jamais que d'un autre que l'on invente, interprète, un autre déformé, un Autre autre. Comme l'écrivait Christian Bobin: "L'homme dont je parle dans mes livres n'existe pas". De même, l'hom…

D'un monde à l'autre

J'ai rêvé de Paul cette nuit.

Mes parents m'annonçaient cette incroyable nouvelle:  Paul était à nouveau vivant!

A nouveau j'avais dix-sept ans. Je courais chez lui le coeur battant, sonnais à la porte de la maison rose de ses parents. Cécilia, sa soeur, m'ouvrait. Elle rayonnait: "Oui, c'était bien vrai, Paul était de retour parmi nous." C'était un miracle. Un vrai miracle.

Puis Paul passait derrière sa soeur, me souriait sans s'arrêter. Sans me reconnaître.

L'incrédulité et la stupeur, une joie, un espoir immense m'envahissaient alors. Une affreuse angoisse aussi. Quelque chose avait changé. C'était pourtant bien Paul. Ses boucles châtains se balançaient encore de chaque côté de son beau visage qu'aucun gros fil chirurgical ne raccommodait pour le rendre présentable à ceux qui avaient eu la lourde tâche de lui survivre. Son sourire était ce même sourire irrésistible que celui "d'avant". Paul souriait et le monde ro…