Pablo Neruda






Je te laisse : aussitôt
Tu circules en moi, cristalline
Ou tremblante
Ou inquiète, blessée
par moi
Ou tout d’amour comblée, comme en cet instant
Où tes yeux
Se ferment sur le présent de la vie
Que je ne cesse de t’offrir.
Mon amour,
Quand nous nous sommes rencontrés
Nous avions soif et nous avons
Bu toute l’eau et tout le sang,
Quand nous nous sommes rencontrés
Nous avions faim
Alors nous nous sommes mordus
Comme le feu,
Il nous resta des blessures.
                               
Mais attends-moi
Garde-moi ta douceur.
Et je t’offrirai aussi
Une rose.

4 commentaires:

  1. On croirait entendre Jean-Pierre Léaud qui lit du Marcel Amont !


    Preferiremos :


    Apenas te he dejado,
    vas en mí, cristalina
    o temblorosa,
    o inquieta, herida por mí mismo
    o colmada de amor, como cuando tus ojos
    se cierran sobre el don de la vida
    que sin cesar te entrego.

    Amor mío,
    nos hemos encontrado
    sedientos y nos hemos
    bebido toda el agua y la sangre,
    nos encontramos
    con hambre
    y nos mordimos
    como el fuego muerde,
    dejándonos heridas.

    Pero espérame,
    guárdame tu dulzura.
    Yo te daré también
    una rosa.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je sais Well, les traduc sont souvent casse-gueules. Mais je ne possède pas assez bien l'espagnol pour l'apprécier en V.O. Je suis en train de penser qu'il y a d'ailleurs peut-être plusieurs traductions comme c'est le cas pour "If" de Kipling. Désolée ;)

      Supprimer
  2. Pablo Neruda... Je ne l'ai pas lu depuis longtemps. Trop longtemps, ... Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien, c'est un très beau poème. Même en bon françois :)

      Supprimer