Accéder au contenu principal

Muladara





Si j'en crois nos rêves sont siamois.

De l'occiput au sacrum nous sommes soudés, nos cortex s'interpénètrent, coïtent, se fécondent et accouchent du même fantasme. Nos langues habiles organes sexuels s'agitent, frétillent, remplissant le vide de chants sensuels. Nos essences se superposent, s'accouplent, tournent et se tressent dans d'improbables et fluides caresses. Un désir transcendé par les impossibles soulève chacun de nos atomes, sous cette poussée d'énergie vitale l'air devient érectile. Tu-je sommes lumière d'amour, anneaux d'amour clos au cocon de volupté. Le monde s'efface et disparaît. C'est nous qui brille dans la nuit éternelle. Comme une étoile.

Je n'ai besoin de rien d'autre que de ta semence dans ma tête. Éjacule tes flux dans mon con-cortex.

Ne bouge plus: rêve.

Ne bouge plus: je me déverse.

Je ruisselle doucement du haut jusqu'en bas, lubrifiant ta colonne d'argent. Mon crâne est un roc fendu d'où coule une source intarissable. Je te donne mon eau. Je te nourris de mes rêves. Je suis matière morte mais énergie vivante. Je suis soleil.

Pour apprendre à ne plus brûler j'ai traversé l'univers et toutes les sagesses. Les mots m'ont porté, donné des ailes, mais aucun d 'eux n'a pu me retenir, m'empêcher d'avancer. Mon corps déhiscent a libéré l'esprit qui a libéré la chair.L'esprit est doux, la chair est bonne.

Rien de toi ne m'est secret et sous ton regard intérieur, je suis plus ouverte qu'aucune femme ne pourra jamais l'être. Dos à dos nous nous faisons pourtant face. Je suis tout entière ruée dans ma bouche à la tienne abouchée dans la chaleur humide d'un éternel baiser. Mon corps est une pieuvre par tous ses bras au tien amarré. Tous tes appendices sont plantés dans ma chair astrale. Succion primaire. Archaïque.

Énergie rouge.L'un en l'autre ployés, déployés.Orgasme tournoyant.


Noués par le bas et le haut, Ouroboros peut enfin onduler.


2011  
Michael Parks

Commentaires

  1. Réponses
    1. Merci Cédric, en tant que perpétuelle insatisfaite je peux quand même dire et penser que c'est l'un de mes plus beaux textes...il y a beaucoup de choses entre les lignes alors je suis très heureuse qu'il te touche. :)

      Supprimer
    2. Et à travers ce texte, c'est toi qui me touches.

      Supprimer
  2. "Si j'en crois nos rêves sont siamois" : une vraie formule magique !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hi Perrin :) "Formule magique" sans doute puisque tout le texte découle de cette première phrase!

      Sinon il faut que je passe chez toi, tu vas? Bise

      Supprimer
  3. Tu me demandais plus en avant des nouvelles de mes rêves. Eh bien voilà! Tu as tout dit... J'y retourne! "L'acte est vierge même répété"(encore René!)

    RépondreSupprimer
  4. ma chair astrale. succion primaire --- joliment dit -- moi qui vient justement d'écrire qq chose où il est question d'espace et étoiles....

    -
    je cherche , et je cite:

    Des instants en suspension...
    Comment partager la tension
    De ces transports
    Au-delà des corps ?

    Et frapper - si je l'ose,
    Des coups aussi audacieux,
    Que voluptueux,
    A la porte rose ?

    C'est un satellite,
    Au sein d'une entrée étroite
    Et de tiédeur moite,
    Mis sur orbite

    Une plongée, une sonde
    Qui s'en vient visiter,
    Jusqu'à s'en éclater,
    L' origine du monde...

    Juste un jet d'étoiles dispersé
    Avant que la tension ne disparaisse,
    Ondes des caresses ,
    ( très cadencées ) ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de votre visite et de votre partage. :) Il est ici plus question de spiritualité et de sexualité, ce qui n'est pas incompatible à mes yeux. Un texte porté par la kundalini en quelque sorte...:) Si le sujet de la poésie érotique vous intéresse vous trouverez d'autres textes sous le libellé "Eros" dans le nuage sur la droite, bonne lecture. ^^

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Fantasme et fantaisie

Imagine que ton plus grand fantasme ce soit de te voir servir au matin quand tu te réveilles, un énorme croissant - mais énorme hein, une viennoiserie maousse costaude - tout chaud, avec cette petite croûte dorée croustillante et cette senteur délicate, appétissante de beurre frais qui vient te chatouiller les narines, faire de tes glandes salivaires les chutes du Niagara ou du Zambèze (qui baise pas malgré son nom). Un fantasme si jouissif que tes papilles en fondent de désir tel le beurre dans la poêle à frire...

Bon. Imagine maintenant qu'un matin tu te réveilles parce qu'on sonne à ta porte. Tu ouvres et c'est ton fantasme (comment il a sonné? Avec l'une de ses "pointes" tiens pardi!) Tu es au bord de la pâmoison devant sa "chair" (c'est un croissant n'est-ce pas, pas une côte de boeuf!) soudain incarnée et il est tout comme tu l'avais imaginé: il sent bon et sa dorure te fait de l'oeil. Tu déglutis les chutes du Zambèze dans to…

Compte à rebours

Ô Mère.

Pendant qu'on t'assassine
pendant que tu râles à travers tous tes oiseaux,
tes baleines et tes lions,
pendant que disparaît ta musique d'abeilles,
que le silence tombe sur la Terre
comme sur un cimetière,
avec tous les autres, je fais bonne figure.

J'écris l'amour pour assécher le désespoir,
j'écris à mon coeur puisque c'est écrire au tien,
puisque nous sommes tous liés
- moutons noirs moutons bleus -
dans la même gerbe de blés tombée dans le feu.

Ô Mère, ma lumière avec toi s'éteint
Et je souris encore, pour protéger les miens.

Je porte le masque des jours glissants
rapides sous la faux,
et pour ne pas mourir trop vite
j'écoute de plus en plus souvent
ton chant toujours puissant en moi,
qui monte et fait de ma bouche un appeau.
Je suis bien trop petite pour être ton porte-voix,
mais je ne sais plus vivre
sans être vive de toi.


2017

Ce qui restera

Il y a un peu plus d'un an disparaissait l'une de mes plus anciennes amies de toile. Elle était poète et s’inquiétait de ce que deviendraient ses textes après elle. Quelques semaines avant son décès soudain elle s'en ouvrait encore à moi. Certes on peut toujours se dire que ce ne sont que des mots, mais en vérité c'est bien plus que ça.

"J'écris pour que le jour où je ne serai plus
On sache combien l'air et le plaisir m'ont plu,
Et que mon livre porte à la foule future
Combien j'aimais la vie et l'heureuse nature."  Écrivait Anna de Noailles. Andrée sodenkamp, cette immense poète belge quasi-inconnue, écrivait à sa manière très terrienne et charnelle qu'elle nous porterait à travers ses poèmes "de beaux morceaux de corps".

Agnès est partie sans avoir eu le temps de rien. Je vais donc me laisser "à ceux qui se hasardent à chercher dans les mots l'ombre des pauvres morts" *.

Pour cela j'ai ouvert un blog-recu…