Accéder au contenu principal

Le Coeur Transfiguré



Enoki Toshiyuki





Si je t’aime ?

Je t’ai toujours aimé.

Je t’aime d’un ailleurs dont nous n’avons plus qu’un vague souvenir. Un souvenir ténu, fil d’Ariane qui nous relie par ce coin de mémoire inaccessible, qui sait tout mais qui se tait. Et dont on ne capte les yeux ouverts, que de vagues reflets comme l’onde mobile trahit l’éclat furtif de la truite. Un éclat argenté, rien de plus. Le reste, c’est le cercle dans l’eau qui nous le dit.

Je ne sais pas, même encore aujourd’hui, ce qui nous rapproche, aimante nos pôles antagonistes. Je ne sais pas mettre un nom sur cette chose, ce noeud, ces barbelés, cette cellule ouverte, ces menottes mentales. C’est comme un appel, un effluve, une trace, c’est indistinct, incertain, et potentiellement indestructible. C’est comme une soif qu’aucune source ne peut étancher, une faim que même la mort ne rassasiera pas. Je le subodore.

Peut-être que c’est beau.
Peut-être que c’est moche.
Peut-être que c’est faux.
Peut-être que c’est un songe. Ou un cauchemar.

Que faire ? Qu’enfer ?

Mon coeur, ma fierté, mon soleil, me porte naturellement vers le haut. Où tu n’es pas. Pas encore. Sans doute jamais. Je suis déjà trop loin, si proche, irréversiblement proche, et pourtant déjà trop loin. On s’est croisé, manqué. Le témoin est au sol, dans la poussière. Je ne l’ai pas ramassé. Une autre l’a fait. Le cordon demeure, inaltérable même souillé. Il luit de son or magique.

Quand tu viendras lire mes mots, comme à l’eau de la source claire tu ne pourras que boire, te baigner le visage, te laver les mains, mais tu ne pourras rien emporter. Tu ne pourras qu’un instant, rien qu’un instant, apaiser ta soif. Goûter à cette fraîcheur vulnéraire. Seulement cela.

C’est peu, mais c’est tout. Et c’est déjà miraculeux.

Je ne sais pas ce qui nous lie, et il y a tant de miradors…




                                                                           





Commentaires

  1. Très beau, comme toujours.

    Et merci de m'avoir appris le mot "vulnéraire" ! :-)

    RépondreSupprimer
  2. Merci à toi d'avoir la patience de me lire, je t'embrasse :)

    RépondreSupprimer
  3. C'est beau, tout en douceur, tout en fraîcheur, et si ce n'est qu'un songe qu'importe, puisque un bel éclat demeure...
    Je suis contente de te lire à nouveau, Dé, j'ai quand même eu un peu peur il y a quelques jours^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Ka' :) C'est déjà un "vieux" texte mais je vais republier toutes mes "lettres". J'ai dans l'idée de faire de ce blog (tu vois il ne va pas disparaître même s'il subit des arrêts plus ou moins longs) le recueil interactif de tout ce que j'ai pu écrire. Comme je le disais à une amie, le meilleur moyen à l'heure actuelle pour un écrivant de faire entendre sa voix c'est de diffuser autant que possible son "oeuvre". Aussi petite soit-elle. Les recueils papier c'est bien mais si confidentiel. Et puis moi je suis pour le partage ^^ Alors voilà pourquoi j'ai renommé mon blog, il va demeurer. Après moi peut-être. C'est totalement naïf et rien n'est pérenne mais qu'importe.

      Je te bise ma chère discrète :*

      Supprimer
  4. On prend le moment, mais on n'en garde que le souvenir. Et le souvenir, au fil du temps, quand le monde se vide de sens, ou quand le cœur prend froid et grelotte seul, on sent que ce n'est pas loin du rien, peut-être même parfois qu'une illusion de quelque chose, qu'on a peut-être cru, qu'on a sans doute voulu, mais dont plus rien ne nous assure que c'était bien réel...
    Je brode sur ton fil, c'est ton fil qui m'inspire, et ma dentelle n'y ressemble peut-être pas, ou pas tant...
    Bien des bises, et merci d'être revenue après cette impasse de tristesse qui faisait froid.

    RépondreSupprimer
  5. Dans mes pires moments quand je me perçois comme extrêmement lucide (ou extrêmement désespérée) je me dis qu'il n'y a que le vide, que rien n'existe que dans notre tête. Que Maya et ses voiles est souveraine. J'ai des instants de désespoir absolu, qui sont aussi des instants de lumière absolue. Écarter toutes ses illusions, ses rêves moisis, cela demande un courage quasi-suicidaire. Que l'on ne peut avoir que pendant de très brefs instants sinon on y perdrais la vie. C'est déjà bien difficile d'avancer sans savoir où l'on va et si seulement il y a un but à tout cela. J'aima avoir les idées claires mais j'aime aussi rêver. Ecrire c'est rêver. Inventer. C'est peut-être pour cela que j'y ai tant de plaisir.

    Croire à l'illusion. Oui tu as mis le doigt dessus mon Bifane, il faut notre complicité pour que l'illusion se déploie et grandisse. Est-ce tout ce qui nous reste pour supporter l'horreur de la vie?

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Fantasme et fantaisie

Imagine que ton plus grand fantasme ce soit de te voir servir au matin quand tu te réveilles, un énorme croissant - mais énorme hein, une viennoiserie maousse costaude - tout chaud, avec cette petite croûte dorée croustillante et cette senteur délicate, appétissante de beurre frais qui vient te chatouiller les narines, faire de tes glandes salivaires les chutes du Niagara ou du Zambèze (qui baise pas malgré son nom). Un fantasme si jouissif que tes papilles en fondent de désir tel le beurre dans la poêle à frire...

Bon. Imagine maintenant qu'un matin tu te réveilles parce qu'on sonne à ta porte. Tu ouvres et c'est ton fantasme (comment il a sonné? Avec l'une de ses "pointes" tiens pardi!) Tu es au bord de la pâmoison devant sa "chair" (c'est un croissant n'est-ce pas, pas une côte de boeuf!) soudain incarnée et il est tout comme tu l'avais imaginé: il sent bon et sa dorure te fait de l'oeil. Tu déglutis les chutes du Zambèze dans to…

Compte à rebours

Ô Mère.

Pendant qu'on t'assassine
pendant que tu râles à travers tous tes oiseaux,
tes baleines et tes lions,
pendant que disparaît ta musique d'abeilles,
que le silence tombe sur la Terre
comme sur un cimetière,
avec tous les autres, je fais bonne figure.

J'écris l'amour pour assécher le désespoir,
j'écris à mon coeur puisque c'est écrire au tien,
puisque nous sommes tous liés
- moutons noirs moutons bleus -
dans la même gerbe de blés tombée dans le feu.

Ô Mère, ma lumière avec toi s'éteint
Et je souris encore, pour protéger les miens.

Je porte le masque des jours glissants
rapides sous la faux,
et pour ne pas mourir trop vite
j'écoute de plus en plus souvent
ton chant toujours puissant en moi,
qui monte et fait de ma bouche un appeau.
Je suis bien trop petite pour être ton porte-voix,
mais je ne sais plus vivre
sans être vive de toi.


2017

Ce qui restera

Il y a un peu plus d'un an disparaissait l'une de mes plus anciennes amies de toile. Elle était poète et s’inquiétait de ce que deviendraient ses textes après elle. Quelques semaines avant son décès soudain elle s'en ouvrait encore à moi. Certes on peut toujours se dire que ce ne sont que des mots, mais en vérité c'est bien plus que ça.

"J'écris pour que le jour où je ne serai plus
On sache combien l'air et le plaisir m'ont plu,
Et que mon livre porte à la foule future
Combien j'aimais la vie et l'heureuse nature."  Écrivait Anna de Noailles. Andrée sodenkamp, cette immense poète belge quasi-inconnue, écrivait à sa manière très terrienne et charnelle qu'elle nous porterait à travers ses poèmes "de beaux morceaux de corps".

Agnès est partie sans avoir eu le temps de rien. Je vais donc me laisser "à ceux qui se hasardent à chercher dans les mots l'ombre des pauvres morts" *.

Pour cela j'ai ouvert un blog-recu…