Accéder au contenu principal

Le Coeur Transfiguré



Enoki Toshiyuki





Si je t’aime ?

Je t’ai toujours aimé.

Je t’aime d’un ailleurs dont nous n’avons plus qu’un vague souvenir. Un souvenir ténu, fil d’Ariane qui nous relie par ce coin de mémoire inaccessible, qui sait tout mais qui se tait. Et dont on ne capte les yeux ouverts, que de vagues reflets comme l’onde mobile trahit l’éclat furtif de la truite. Un éclat argenté, rien de plus. Le reste, c’est le cercle dans l’eau qui nous le dit.

Je ne sais pas, même encore aujourd’hui, ce qui nous rapproche, aimante nos pôles antagonistes. Je ne sais pas mettre un nom sur cette chose, ce noeud, ces barbelés, cette cellule ouverte, ces menottes mentales. C’est comme un appel, un effluve, une trace, c’est indistinct, incertain, et potentiellement indestructible. C’est comme une soif qu’aucune source ne peut étancher, une faim que même la mort ne rassasiera pas. Je le subodore.

Peut-être que c’est beau.
Peut-être que c’est moche.
Peut-être que c’est faux.
Peut-être que c’est un songe. Ou un cauchemar.

Que faire ? Qu’enfer ?

Mon coeur, ma fierté, mon soleil, me porte naturellement vers le haut. Où tu n’es pas. Pas encore. Sans doute jamais. Je suis déjà trop loin, si proche, irréversiblement proche, et pourtant déjà trop loin. On s’est croisé, manqué. Le témoin est au sol, dans la poussière. Je ne l’ai pas ramassé. Une autre l’a fait. Le cordon demeure, inaltérable même souillé. Il luit de son or magique.

Quand tu viendras lire mes mots, comme à l’eau de la source claire tu ne pourras que boire, te baigner le visage, te laver les mains, mais tu ne pourras rien emporter. Tu ne pourras qu’un instant, rien qu’un instant, apaiser ta soif. Goûter à cette fraîcheur vulnéraire. Seulement cela.

C’est peu, mais c’est tout. Et c’est déjà miraculeux.

Je ne sais pas ce qui nous lie, et il y a tant de miradors…




                                                                           





Commentaires

  1. Très beau, comme toujours.

    Et merci de m'avoir appris le mot "vulnéraire" ! :-)

    RépondreSupprimer
  2. Merci à toi d'avoir la patience de me lire, je t'embrasse :)

    RépondreSupprimer
  3. C'est beau, tout en douceur, tout en fraîcheur, et si ce n'est qu'un songe qu'importe, puisque un bel éclat demeure...
    Je suis contente de te lire à nouveau, Dé, j'ai quand même eu un peu peur il y a quelques jours^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Ka' :) C'est déjà un "vieux" texte mais je vais republier toutes mes "lettres". J'ai dans l'idée de faire de ce blog (tu vois il ne va pas disparaître même s'il subit des arrêts plus ou moins longs) le recueil interactif de tout ce que j'ai pu écrire. Comme je le disais à une amie, le meilleur moyen à l'heure actuelle pour un écrivant de faire entendre sa voix c'est de diffuser autant que possible son "oeuvre". Aussi petite soit-elle. Les recueils papier c'est bien mais si confidentiel. Et puis moi je suis pour le partage ^^ Alors voilà pourquoi j'ai renommé mon blog, il va demeurer. Après moi peut-être. C'est totalement naïf et rien n'est pérenne mais qu'importe.

      Je te bise ma chère discrète :*

      Supprimer
  4. On prend le moment, mais on n'en garde que le souvenir. Et le souvenir, au fil du temps, quand le monde se vide de sens, ou quand le cœur prend froid et grelotte seul, on sent que ce n'est pas loin du rien, peut-être même parfois qu'une illusion de quelque chose, qu'on a peut-être cru, qu'on a sans doute voulu, mais dont plus rien ne nous assure que c'était bien réel...
    Je brode sur ton fil, c'est ton fil qui m'inspire, et ma dentelle n'y ressemble peut-être pas, ou pas tant...
    Bien des bises, et merci d'être revenue après cette impasse de tristesse qui faisait froid.

    RépondreSupprimer
  5. Dans mes pires moments quand je me perçois comme extrêmement lucide (ou extrêmement désespérée) je me dis qu'il n'y a que le vide, que rien n'existe que dans notre tête. Que Maya et ses voiles est souveraine. J'ai des instants de désespoir absolu, qui sont aussi des instants de lumière absolue. Écarter toutes ses illusions, ses rêves moisis, cela demande un courage quasi-suicidaire. Que l'on ne peut avoir que pendant de très brefs instants sinon on y perdrais la vie. C'est déjà bien difficile d'avancer sans savoir où l'on va et si seulement il y a un but à tout cela. J'aima avoir les idées claires mais j'aime aussi rêver. Ecrire c'est rêver. Inventer. C'est peut-être pour cela que j'y ai tant de plaisir.

    Croire à l'illusion. Oui tu as mis le doigt dessus mon Bifane, il faut notre complicité pour que l'illusion se déploie et grandisse. Est-ce tout ce qui nous reste pour supporter l'horreur de la vie?

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Fille du non-vouloir

Petit haricot de cellules tourbillonnantes qui a grandit dans un océan de larmes en guise de liquide amniotique, voilà le fond de tristesse qui clapote en son âme. A travers l'épaisseur de la chair a t'elle senti les coups ? Par le cœur de sa mère a t'elle entendu les injures ? « Putain » disaient-ils en choeur en insultant une vierge. Enceinte certes, mais vierge.
Le secret dévoilé au bout de tant d'années d'incompréhension et de douleur. L'ignorance des jeunes de cette époque-là, tout se résumait à cela. Parce qu'on ne parlait pas de « ça » en ce temps-là.

Quarante ans de bagne à traîner un boulet plus gros qu'elle.

Et tout enfin, se mettait en place, toutes les pièces du puzzle. Tous les détails s'assemblaient pour dresser le portrait de la bêtise crasse. Le regard bleu glacé de colère méchante du père, comme une guerre froide face à l'innocence de ce petit visage. Son cœur à elle qui ne comprenait pas pourquoi. Et qui tentait encore et …

Des mots qui volent tout seuls...

Si j'avais dû voler des mots, j'aurais volé ceux de Christian (Bobin) ou ceux de Andrée (Sodenkamp) qui m'ont si bien nourris,  et ceux de quelques autres qui m'ont un jour transpercée, puis ont fait en moi des petits.

J'aurais volé des mots étincelants de lumière, aussi beaux que le matin. J'aurais volé la profondeur et l'altitude, j'aurais volé la clarté et le sens.

Mais plutôt que des mots si j'avais dû voler quelque chose, j'aurais volé un coeur.

Voire, une âme.

Mais je n'ai jamais rien volé. Si j'ai volé quelqu'un ce n'est que moi-même. Ma muse c'est moi. C'est ma voix intérieure. Rien ne me vient de l'extérieur que je n'ai ré-inventé, re-crée. Cela me parait tellement évident. On ne parle jamais que d'un autre que l'on invente, interprète, un autre déformé, un Autre autre. Comme l'écrivait Christian Bobin: "L'homme dont je parle dans mes livres n'existe pas". De même, l'hom…

D'un monde à l'autre

J'ai rêvé de Paul cette nuit.

Mes parents m'annonçaient cette incroyable nouvelle:  Paul était à nouveau vivant!

A nouveau j'avais dix-sept ans. Je courais chez lui le coeur battant, sonnais à la porte de la maison rose de ses parents. Cécilia, sa soeur, m'ouvrait. Elle rayonnait: "Oui, c'était bien vrai, Paul était de retour parmi nous." C'était un miracle. Un vrai miracle.

Puis Paul passait derrière sa soeur, me souriait sans s'arrêter. Sans me reconnaître.

L'incrédulité et la stupeur, une joie, un espoir immense m'envahissaient alors. Une affreuse angoisse aussi. Quelque chose avait changé. C'était pourtant bien Paul. Ses boucles châtains se balançaient encore de chaque côté de son beau visage qu'aucun gros fil chirurgical ne raccommodait pour le rendre présentable à ceux qui avaient eu la lourde tâche de lui survivre. Son sourire était ce même sourire irrésistible que celui "d'avant". Paul souriait et le monde ro…