Accéder au contenu principal

Parce que c'est beau, parce que ça me touche



Christian Schloe


Resté à quai, tu brandis un mouchoir,
cherchant des yeux l’autre bout de l’au revoir.

David PONCE

Commentaires

  1. Très chère Dé,
    Comment exprimer ce que je ressens à lire mes propres mots ainsi exposés dans un si bel écrin ? C’est une drôle d’impression, à la fois plaisante et très intimidante ! Une grande part de l’écriture poétique est me semble-t-il consacrée à traquer les métaphores, capter ces images fugaces susceptibles d’évoquer l’expérience délicate d’un frémissement intime, souvent effrayé par la pleine lumière, refusant toute approche directe et ne tolérant au mieux que détours allusifs ! Alors, quand parfois la métaphore touche, d’autant plus s’il s’agit d’une âme sensible et talentueuse, c’est un vrai bonheur, cela emplit de courage pour affronter les « affreux doutes » inévitables, pour continuer à partager avec d’autres âmes « éprises de nuages », les débordements de l’ombre ! Merci infiniment pour ta belle lumière !
    Bises :-)
    David

    RépondreSupprimer
  2. Cher David,il y a un je-ne-sais-quoi qui m'a touchée également dans ton dernier texte. Tu sais que je me répète mais je ne suis experte en rien, je me sens éternellement vierge de tout, un regard toujours neuf comme celui des enfants. Pour mon plus grand plaisir j'ai une âme encore capable de s'émerveiller, j'ai un coeur simple. J'entends beaucop dans un texte, j'ai la sensation d'y voir par transparence ce que l'auteur y cache qu'il ne peut avouer, s'avouer même parfois à lui-même. J'imagine que d'autres clairvoyants font la même expérience en me lisant, bien que je ne sois plus aussi elliptique que par le passé. Aujourd'hui j'écris quand même plus d'une manière que je qualifierai de "frontale" parce que l'elliptique fait perdre du temps, et surtout du sens. Je pense qu'en poésie il faut être "clair", et la plupart des grands le sont. D'évidence. Les tenants contemporains du gloubiboulga ne me touchent absolument pas, l'écriture dite "automatique" c'est le fameux singe tentant en vain d'écrire la Bible. Ce qu'il tape est tout simplement incompréhensible. La métaphore j'adore, mais la métaphore fait sens elle aussi. Sinon c'est loupé non? Enfin je vois les choses comme ça.

    Tout ce blabla pour te dire que j'aime ce que tu écris et j'aime ce que tu es à travers tes lignes, cette fragilité que l'on peut percevoir, cet homme-là précisément, cet humain-là précisément. :)

    Bise cher David :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Roooo mon commentaire est plein de fautes et coquilles, pardon ami. C'est mon jour "pyjama", je suis seule chez moi et je peux -fait exceptionnel- fainéanter à loisirs. Donc excuse-moi mais je ne vais pas corriger même si à me relire je me trouve extrêmement pompeuse et chiante. Tant pis! Je t'embrasse et ça au moins c'est simple et sincère :*

      Supprimer
    2. "loisirs" c'est sans S non? rooolalalaaa ^^

      Supprimer
  3. Oui c'est beau! Le visible rejoint l'invisible en toute simplicité, c'est magique...

    RépondreSupprimer
  4. Bisou Nico, pas finies les tranchées? Prends soin de toi, :)

    RépondreSupprimer
  5. Creuser, c'est une façon de prendre soin de soi...mmouais! Je ne suis pas sûr de m'être convaincu, mais j'aime ça, comme une saine défonce qui laisse sa place à la méditation dont tu parles plus haut. Mais en ce moment c'est plutôt cloisons, isolation, laine de verre et poumons en feu. Et là, on ne médite pas, on râle. Bisous (ce n'est pas le même feu!)...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Fille du non-vouloir

Petit haricot de cellules tourbillonnantes qui a grandit dans un océan de larmes en guise de liquide amniotique, voilà le fond de tristesse qui clapote en son âme. A travers l'épaisseur de la chair a t'elle senti les coups ? Par le cœur de sa mère a t'elle entendu les injures ? « Putain » disaient-ils en choeur en insultant une vierge. Enceinte certes, mais vierge.
Le secret dévoilé au bout de tant d'années d'incompréhension et de douleur. L'ignorance des jeunes de cette époque-là, tout se résumait à cela. Parce qu'on ne parlait pas de « ça » en ce temps-là.

Quarante ans de bagne à traîner un boulet plus gros qu'elle.

Et tout enfin, se mettait en place, toutes les pièces du puzzle. Tous les détails s'assemblaient pour dresser le portrait de la bêtise crasse. Le regard bleu glacé de colère méchante du père, comme une guerre froide face à l'innocence de ce petit visage. Son cœur à elle qui ne comprenait pas pourquoi. Et qui tentait encore et …

Des mots qui volent tout seuls...

Si j'avais dû voler des mots, j'aurais volé ceux de Christian (Bobin) ou ceux de Andrée (Sodenkamp) qui m'ont si bien nourris,  et ceux de quelques autres qui m'ont un jour transpercée, puis ont fait en moi des petits.

J'aurais volé des mots étincelants de lumière, aussi beaux que le matin. J'aurais volé la profondeur et l'altitude, j'aurais volé la clarté et le sens.

Mais plutôt que des mots si j'avais dû voler quelque chose, j'aurais volé un coeur.

Voire, une âme.

Mais je n'ai jamais rien volé. Si j'ai volé quelqu'un ce n'est que moi-même. Ma muse c'est moi. C'est ma voix intérieure. Rien ne me vient de l'extérieur que je n'ai ré-inventé, re-crée. Cela me parait tellement évident. On ne parle jamais que d'un autre que l'on invente, interprète, un autre déformé, un Autre autre. Comme l'écrivait Christian Bobin: "L'homme dont je parle dans mes livres n'existe pas". De même, l'hom…

D'un monde à l'autre

J'ai rêvé de Paul cette nuit.

Mes parents m'annonçaient cette incroyable nouvelle:  Paul était à nouveau vivant!

A nouveau j'avais dix-sept ans. Je courais chez lui le coeur battant, sonnais à la porte de la maison rose de ses parents. Cécilia, sa soeur, m'ouvrait. Elle rayonnait: "Oui, c'était bien vrai, Paul était de retour parmi nous." C'était un miracle. Un vrai miracle.

Puis Paul passait derrière sa soeur, me souriait sans s'arrêter. Sans me reconnaître.

L'incrédulité et la stupeur, une joie, un espoir immense m'envahissaient alors. Une affreuse angoisse aussi. Quelque chose avait changé. C'était pourtant bien Paul. Ses boucles châtains se balançaient encore de chaque côté de son beau visage qu'aucun gros fil chirurgical ne raccommodait pour le rendre présentable à ceux qui avaient eu la lourde tâche de lui survivre. Son sourire était ce même sourire irrésistible que celui "d'avant". Paul souriait et le monde ro…