Accéder au contenu principal

Les Liberzinzins






Mon Cher,

les femmes sont décidément de plus en plus dures en affaires.

Me voilà condamné à écrire des nunucheries d’un autre âge, d’une mièvrerie confondante, et tout à fait indignes de ma plume, pour pouvoir m’en gauler une. A roucouler comme un pigeon niais à ces poules stupides des mots d’amour si dégoulinants de gras et de sucre, que je m’en donne la nausée à moi-même, que j’en vomirai sur mes chaussures.
Je ne me savais pas si écoeurant ma foi. On en apprend de bien piètres sur soi quand on a les bourses aux abois.

Ah foin de ces atermoiements verbeux qui laissent sur sa faim, de ces faveurs roses passées autour de ma queue, pour obtenir les leurs à la fin. Diable, je n’en peux plus: il faut que je baise!

Suis-je coupable si elles veulent de l’amour courtois quand je n’ai à proposer que l’amour courtaud d’une mentule affamée ?

J’ai pourtant bien des atouts, dont un langage précieux qui les font se pâmer et en toute fausse modestie, je peux affirmer, que dans le mensonge, nul ne m’égale ! A midi, je peux jurer l’éternité de mon cœur à Jeannette, à quatre heures engager ma fidélité à Louise, et le soir faire minette à Josette en promettant devant dieu ébahi, le très saint mariage.

Il y en aurait bien une, mais elle est laide avec un nez guignant celui de Cyrano, une mine d’ivrogne et le sein maigre, quand je rêve de somptueuses mamelles. Et des rides mon ami, des rides, tant et tant qu’il faudrait avant que de l’enfiler que je puisse la repasser.

Las ! Les belles me font la tête : j’en ai trop abusé. Il me faudra me contenter-Vénus me pardonne- de cette vieille haridelle pleine d’os en saillies. J’espère ne pas me briser le vit en pénétrant son huis !

Qu’importe le flacon, pourvu qu’il ait un trou ». Me rétorquerez-vous. Si fait. Tout pourvu que je puisse échapper à l’indigestion de guimauve et à la veuve poignet.
Ah ! Mon ami, ces fariboles me fatiguent. Foin de ronds de jambes et de courbettes endimanchées, allons droit au but. Jouissons Mesdames, jouissons !

Et comme l’écrivait le vieux Ronsard plein de dépit : "Cueillez, cueillez vostre jeunesse :
Comme à ceste fleur la vieillesse
Fera ternir vostre beauté. »

Et moi, bon prince, je veux bien vous aider Mesdames, à la cueillette !                                                                       


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Fille du non-vouloir

Petit haricot de cellules tourbillonnantes qui a grandit dans un océan de larmes en guise de liquide amniotique, voilà le fond de tristesse qui clapote en son âme. A travers l'épaisseur de la chair a t'elle senti les coups ? Par le cœur de sa mère a t'elle entendu les injures ? « Putain » disaient-ils en choeur en insultant une vierge. Enceinte certes, mais vierge.
Le secret dévoilé au bout de tant d'années d'incompréhension et de douleur. L'ignorance des jeunes de cette époque-là, tout se résumait à cela. Parce qu'on ne parlait pas de « ça » en ce temps-là.

Quarante ans de bagne à traîner un boulet plus gros qu'elle.

Et tout enfin, se mettait en place, toutes les pièces du puzzle. Tous les détails s'assemblaient pour dresser le portrait de la bêtise crasse. Le regard bleu glacé de colère méchante du père, comme une guerre froide face à l'innocence de ce petit visage. Son cœur à elle qui ne comprenait pas pourquoi. Et qui tentait encore et …

Des mots qui volent tout seuls...

Si j'avais dû voler des mots, j'aurais volé ceux de Christian (Bobin) ou ceux de Andrée (Sodenkamp) qui m'ont si bien nourris,  et ceux de quelques autres qui m'ont un jour transpercée, puis ont fait en moi des petits.

J'aurais volé des mots étincelants de lumière, aussi beaux que le matin. J'aurais volé la profondeur et l'altitude, j'aurais volé la clarté et le sens.

Mais plutôt que des mots si j'avais dû voler quelque chose, j'aurais volé un coeur.

Voire, une âme.

Mais je n'ai jamais rien volé. Si j'ai volé quelqu'un ce n'est que moi-même. Ma muse c'est moi. C'est ma voix intérieure. Rien ne me vient de l'extérieur que je n'ai ré-inventé, re-crée. Cela me parait tellement évident. On ne parle jamais que d'un autre que l'on invente, interprète, un autre déformé, un Autre autre. Comme l'écrivait Christian Bobin: "L'homme dont je parle dans mes livres n'existe pas". De même, l'hom…

D'un monde à l'autre

J'ai rêvé de Paul cette nuit.

Mes parents m'annonçaient cette incroyable nouvelle:  Paul était à nouveau vivant!

A nouveau j'avais dix-sept ans. Je courais chez lui le coeur battant, sonnais à la porte de la maison rose de ses parents. Cécilia, sa soeur, m'ouvrait. Elle rayonnait: "Oui, c'était bien vrai, Paul était de retour parmi nous." C'était un miracle. Un vrai miracle.

Puis Paul passait derrière sa soeur, me souriait sans s'arrêter. Sans me reconnaître.

L'incrédulité et la stupeur, une joie, un espoir immense m'envahissaient alors. Une affreuse angoisse aussi. Quelque chose avait changé. C'était pourtant bien Paul. Ses boucles châtains se balançaient encore de chaque côté de son beau visage qu'aucun gros fil chirurgical ne raccommodait pour le rendre présentable à ceux qui avaient eu la lourde tâche de lui survivre. Son sourire était ce même sourire irrésistible que celui "d'avant". Paul souriait et le monde ro…