Accéder au contenu principal

Recueil au hasard



Il m'arrive souvent d'emprunter des recueils de poésie à ma médiathèque locale. Un peu au hasard.

Choisi "Va où" de Valérie Rouzeau. Poésie contemporaine qui fait l'économie de la ponctuation, de la respiration. Chez certains c'est un effet de manches, une pose, une manière un peu immature (à mon goût) de singulariser son écriture. Il m'est arrivé une ou deux fois d'écrire comme ça. On aime ou pas. J'aime peu. Mais j'aime bien ces deux-là.


Je me défends parce que je ne suis pas dure
Je me défends pour toi moi nous vous ils
Tout ce qui tire sur ma corde sensible pour me secouer
J'ai fait la liste des choses à oublier nous ne manquerons de rien
Les cloches pourront sonner au cou de la vie vache nous 
aurons le vin fou nous aurons le temps gai




Nous voguerons tous les jours glissants et toutes les nuits
Et si le monde part en fumée je veux être dans le même
nuage la même perpétuité que toi
L'idée je la vole au penseur exquis de l'Encyclopédie 
si jamais l'univers explose nous ferons un seul cumulus avec notre poussière ensemble
C'est une histoire d'atomes crochus à la folie
Nous voguerons tous les jours glissants et toutes les nuits





Commentaires

  1. la ponctuation ? ...elle n'a pas plus de nécessité que les majuscules systématiques ou l'alignement à gauche ou que sais-je ...chacun respire et peut ainsi trouver comment respirer ces mots, n'est-ce pas là tout l'essentiel ? ;) j'aime bien ces lignes là, merci Dé :))

    RépondreSupprimer
  2. C'est une question de goût. Ici l'absence de ponctuation ne me dérange pas, car il y a des retours de ligne "logiques" dirai-je mais j'ai lu ailleurs des textes sans ponctuation, sans retour à la ligne, sans majuscule, juste une suite de mots qui malgré ce que prétendait l'auteur ne faisait plus aucun sens. Il y a un minimum de "lisibilité" à apporter à un texte il me semble, non? :)

    Mais en fait chère Nat, le manque de ponctuation me gène bien moins que les rimes très répétitives, presque obligées, que l'on peut lire sous la plume de nombreux apprentis poètes.

    Bonne journée :)

    RépondreSupprimer
  3. Comme notre amie Valentine, l'important d'être libre et se sentir à l'aise lorsqu'on écrit. Néanmoins, j'avoue être mal à l'aise avec ces textes sans ponctuation. N'est-elle pas la respiration du texte ? Je m'y suis essayé sur mon blog, mais le résultat est plus que médiocre.
    Bonne journée à toutes deux.

    RépondreSupprimer
  4. La liberté est au coeur de tous les dialogues ces temps-ci on dirait ^^. Bien sûr que chacun est libre d'écrire comme il veut et ce qu'il veut mon cher Jean-François. D'ailleurs si vous saviez comme je l'ai revendiqué ce droit à dire! Chaque fois que j'ai couché des vers érotiques déjà je me suis fait étrillée mais cela ne m'a pas empêchée de poursuivre. Et pourquoi ne devrai-je pas écrire "bite" ou "couilles"?? Il n'y a pas de dualité en moi entre le corps et l'esprit, ainsi que le prêchait notre bon Jésus que serait l'âme sans la chair et vice versa.

    Non ce que je voulais dire c'est que j'aime bien un peu de ponctuation, du genre de celle qui rythme la musique. A mon goût parfois l'absence totale de structure dans un texte me fait l'effet d'une indigeste caca-phonie. On a souvent dit que mes textes étaient très musicaux et je ne crois pas que ce soit dû au hasard. Mes textes sont d'abord écrit à haute voix, c'est comme un chant qui monte, je pose donc la respiration, je découpe mes vers en fonction de mon souffle. Mais si dire d'une traite est la façon de certains je n'y vois aucun inconvénient. Mais encore c'est MON goût. Chacun est libre d'écrire ainsi qu'il l'entend mais chacun est aussi libre d'aime ou pas. Et moi je raffole pas ;)

    Bonne journée à toi aussi :)

    RépondreSupprimer
  5. Dans le même temps je me dis que -pour moi- le fond prime quand même sur la forme et que ce que Valérie Rouzeau écrit là est juste magnifique :)

    RépondreSupprimer
  6. Oui, ces deux poèmes sont juste magnifiques avec ou sans ponctuation !
    De mon côté, j'ai un petit faible pour le second :)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Fille du non-vouloir

Petit haricot de cellules tourbillonnantes qui a grandit dans un océan de larmes en guise de liquide amniotique, voilà le fond de tristesse qui clapote en son âme. A travers l'épaisseur de la chair a t'elle senti les coups ? Par le cœur de sa mère a t'elle entendu les injures ? « Putain » disaient-ils en choeur en insultant une vierge. Enceinte certes, mais vierge.
Le secret dévoilé au bout de tant d'années d'incompréhension et de douleur. L'ignorance des jeunes de cette époque-là, tout se résumait à cela. Parce qu'on ne parlait pas de « ça » en ce temps-là.

Quarante ans de bagne à traîner un boulet plus gros qu'elle.

Et tout enfin, se mettait en place, toutes les pièces du puzzle. Tous les détails s'assemblaient pour dresser le portrait de la bêtise crasse. Le regard bleu glacé de colère méchante du père, comme une guerre froide face à l'innocence de ce petit visage. Son cœur à elle qui ne comprenait pas pourquoi. Et qui tentait encore et …

Des mots qui volent tout seuls...

Si j'avais dû voler des mots, j'aurais volé ceux de Christian (Bobin) ou ceux de Andrée (Sodenkamp) qui m'ont si bien nourris,  et ceux de quelques autres qui m'ont un jour transpercée, puis ont fait en moi des petits.

J'aurais volé des mots étincelants de lumière, aussi beaux que le matin. J'aurais volé la profondeur et l'altitude, j'aurais volé la clarté et le sens.

Mais plutôt que des mots si j'avais dû voler quelque chose, j'aurais volé un coeur.

Voire, une âme.

Mais je n'ai jamais rien volé. Si j'ai volé quelqu'un ce n'est que moi-même. Ma muse c'est moi. C'est ma voix intérieure. Rien ne me vient de l'extérieur que je n'ai ré-inventé, re-crée. Cela me parait tellement évident. On ne parle jamais que d'un autre que l'on invente, interprète, un autre déformé, un Autre autre. Comme l'écrivait Christian Bobin: "L'homme dont je parle dans mes livres n'existe pas". De même, l'hom…

D'un monde à l'autre

J'ai rêvé de Paul cette nuit.

Mes parents m'annonçaient cette incroyable nouvelle:  Paul était à nouveau vivant!

A nouveau j'avais dix-sept ans. Je courais chez lui le coeur battant, sonnais à la porte de la maison rose de ses parents. Cécilia, sa soeur, m'ouvrait. Elle rayonnait: "Oui, c'était bien vrai, Paul était de retour parmi nous." C'était un miracle. Un vrai miracle.

Puis Paul passait derrière sa soeur, me souriait sans s'arrêter. Sans me reconnaître.

L'incrédulité et la stupeur, une joie, un espoir immense m'envahissaient alors. Une affreuse angoisse aussi. Quelque chose avait changé. C'était pourtant bien Paul. Ses boucles châtains se balançaient encore de chaque côté de son beau visage qu'aucun gros fil chirurgical ne raccommodait pour le rendre présentable à ceux qui avaient eu la lourde tâche de lui survivre. Son sourire était ce même sourire irrésistible que celui "d'avant". Paul souriait et le monde ro…