Accéder au contenu principal

Paix







Je pourrai glisser dans la mort
          comme dans un lit noir
                     aux draps d'étoiles.


Tout mon corps parfois se réjouit
          un instant de ce repos final.

                    Puis, je pense à toi
                           
         et la mort amie me terrifie.


La mort serait moins effrayante
          si quelqu'un tenait ta main gauche
                 pendant que je lâche la droite...



2015


Commentaires

  1. Comme toi, l'idée d'être en paix éternellement, me prend, mais je pense à tous ceux que j'aime et qui m'aiment et alors je me dis que vivre, c'est pas mal non plus. Magnifique poème en tout cas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Jean-François. Ton commentaire me fait penser à un proche décédé subitement au printemps. Un homme encore jeune, emporté un dimanche matin, comme un fétu par la mort. J'ai terriblement pleuré en serrant sa mère contre moi. J'ai pleuré pour elle. Pour la mère. Je lui ai bafouillé que c'était affreux pour une mère de perdre son fils unique. Je n'ai pas versé de larmes pour celui qui était parti et que j'imaginais en paix, délivré de cette vie. Je pleure seulement pour les vivants. Ceux qui comme tu le dis, restent. Et souffrent.

      Bises

      Supprimer
  2. L'appel de la mort est il l'appel de la vie ?
    Savoir méditer sur la mort c'est apprendre la liberté.
    Celui qui sait mourir n'est plus esclave de lui même
    et permet aux vivants de mieux faire leur deuil.
    Mais qu'il est dur de voir s'éloigner un être aimé.
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je suis tout à fait d'accord avec toi Renaud. Comme tout un chacun j'aurai peur au moment de passer mais je serai surtout déchirée par le fait d'abandonner ceux que j'aime et que je m'efforce de préserver sinon de protéger. Car comme l'écrivait douloureusement Bobin on ne peut pas protéger ceux qu'on aime de tout...

      Bises

      Supprimer
  3. Après le texte qui précède, celui-ci fait encore plus froid... La douceur flirte avec, comme un effroi baudelairien, mais sans le sourire du poète maudit, avec la tristesse en plus, infinie d'impuissance, tremblante d'une colère sans adresse, elle-même prête à l'abandon.
    Triste, lourd et puissant.
    Je t'envoie mes bises, Désirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toi. Toi tu vibres avec moi. Et cela me fait un bien énorme...

      Je t'envoies ma tendresse mon ami, bises

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Fantasme et fantaisie

Imagine que ton plus grand fantasme ce soit de te voir servir au matin quand tu te réveilles, un énorme croissant - mais énorme hein, une viennoiserie maousse costaude - tout chaud, avec cette petite croûte dorée croustillante et cette senteur délicate, appétissante de beurre frais qui vient te chatouiller les narines, faire de tes glandes salivaires les chutes du Niagara ou du Zambèze (qui baise pas malgré son nom). Un fantasme si jouissif que tes papilles en fondent de désir tel le beurre dans la poêle à frire...

Bon. Imagine maintenant qu'un matin tu te réveilles parce qu'on sonne à ta porte. Tu ouvres et c'est ton fantasme (comment il a sonné? Avec l'une de ses "pointes" tiens pardi!) Tu es au bord de la pâmoison devant sa "chair" (c'est un croissant n'est-ce pas, pas une côte de boeuf!) soudain incarnée et il est tout comme tu l'avais imaginé: il sent bon et sa dorure te fait de l'oeil. Tu déglutis les chutes du Zambèze dans to…

Compte à rebours

Ô Mère.

Pendant qu'on t'assassine
pendant que tu râles à travers tous tes oiseaux,
tes baleines et tes lions,
pendant que disparaît ta musique d'abeilles,
que le silence tombe sur la Terre
comme sur un cimetière,
avec tous les autres, je fais bonne figure.

J'écris l'amour pour assécher le désespoir,
j'écris à mon coeur puisque c'est écrire au tien,
puisque nous sommes tous liés
- moutons noirs moutons bleus -
dans la même gerbe de blés tombée dans le feu.

Ô Mère, ma lumière avec toi s'éteint
Et je souris encore, pour protéger les miens.

Je porte le masque des jours glissants
rapides sous la faux,
et pour ne pas mourir trop vite
j'écoute de plus en plus souvent
ton chant toujours puissant en moi,
qui monte et fait de ma bouche un appeau.
Je suis bien trop petite pour être ton porte-voix,
mais je ne sais plus vivre
sans être vive de toi.


2017

Ce qui restera

Il y a un peu plus d'un an disparaissait l'une de mes plus anciennes amies de toile. Elle était poète et s’inquiétait de ce que deviendraient ses textes après elle. Quelques semaines avant son décès soudain elle s'en ouvrait encore à moi. Certes on peut toujours se dire que ce ne sont que des mots, mais en vérité c'est bien plus que ça.

"J'écris pour que le jour où je ne serai plus
On sache combien l'air et le plaisir m'ont plu,
Et que mon livre porte à la foule future
Combien j'aimais la vie et l'heureuse nature."  Écrivait Anna de Noailles. Andrée sodenkamp, cette immense poète belge quasi-inconnue, écrivait à sa manière très terrienne et charnelle qu'elle nous porterait à travers ses poèmes "de beaux morceaux de corps".

Agnès est partie sans avoir eu le temps de rien. Je vais donc me laisser "à ceux qui se hasardent à chercher dans les mots l'ombre des pauvres morts" *.

Pour cela j'ai ouvert un blog-recu…