Au-delà de tout


Roberto FERRI





Tu sais bien sûr, que je t'aimerai toujours,
comme on aime son vice le plus ostentatoire,
sa bouteille cachée
sa poudre au nez, son petit pois anxiolytique
de princesse qui a perdu toutes ses nuits...

Je continuerai à aimer ce rêve solitaire, au coeur toujours ardent
dans ses voiles passés.

Car mon âme t'aime encore même si mon coeur, plus.



2008

Commentaires

  1. Bonjour Dé,
    J’espère que tu vas bien ainsi que les tiens ?
    Il me semble comprendre ce que tu exprimes là de si belle manière. L’âme et le cœur me paraissent en effet si différents. Et peut-être cette différence tient-elle dans cette spontanéité, cette "sanguinité" du cœur qui échappe à l'âme, en quelque sorte plus froide et apaisée. Ce n’est pas facile à exprimer, mais je sens comme toi qu’il existe une divergence pouvant expliquer que le cœur puisse à un moment ne plus aimer, tandis que l’âme continuera de le faire. Une merveilleuse matière à réflexion…
    Sinon, je te trouve bien belle sur cette image }:->
    Pleins de bises :*
    David

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour David :) Il me semble que sur le plan de l'Amour avec un grand "A" nous ne soyons pas dans une relation binaire. J'aime/j'aime pas. Et que lorsqu'on cesse d'aimer mal avec notre égo, quelque chose de très lumineux prend parfois le relais, si on veut bien s'y laisser aller. C'est le cas pour bien de mes relations: j'ai été dépassée par. Mais tu mets parfaitement le doigt dessus et je suis vraiment très heureuse que tu ressentes cela aussi, vraiment :)

    Merci pour le compliment, j'aime beaucoup le travail de ce jeune peintre italien, une vision étrange et qui m'ébranle un peu. Mais ce tableau-là m'évoquait beaucoup de choses.

    Des bises :* et bonne journée cher David :)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

D'un monde à l'autre

Massacre à la tronçonneuse

Des mots qui volent tout seuls...