Avancer






Je n'existe pas.
Je ne survis pas.

Je marche.



Depuis ma naissance
Et avant elle
Je marche.


La tête pleine d'yeux
Le corps plein de langues
Je vois
Je goûte
Je suis une outre avide
Gourmande et gastronome.
Le monde ma mère
Me nourrit sans fatigue
Et d'une main si légère
Que je ne peux que sourire.


J'aime.

Je saisis au passage
Des mains que j'embrasse.

Je marche.



2015


2 commentaires:

  1. Tu voyages en rond sur la corde elliptique. Je vais dans l'autre sens mais sens les vibrations de tes pas sur le fil. A la fin de l'ellipse...

    RépondreSupprimer
  2. L'ellipse a t'elle une fin? Je perçois le truc comme un ouroboros...je ne sais pas si tout le monde a bien compris ce que je voulais dire avec les deux premières phrases? suis pas très claire pour le monde je crois ^^ Ce que je pense c'est qu'on a moins à prouver aux autres voire à soi-même qu'on "existe" que l'on a de chemin à faire pour "avancer" humainement parlant. Je t'avoue que ça m'impatiente un peu tous ces gens qui veulent à tout prix qu'on se creuse le nombril, c'est vrai que "connais-toi toi même" ça a son importance mais ça ne doit pas boucher tout l'horizon. Mon idée c'est que le nombril c'est le point A et que l'on doit aller au point Z. Et puis tous ces discours sur le "réel" qui n'est pas réel et patati et patata qu'est-ce que ça m'emmerde! Au fond je crois que ceux et celles qui tiennent ces propos ont peur de leur propre mort et qu'ils et elles jouent à cache-cache avec l'idée. Non?

    RépondreSupprimer