Rûmi








Elle est si proche, ton âme de la mienne
que ce que tu rêves, je le sais.
Heureux le moment où,
différents de forme et de visage
mais n'ayant qu'une seule âme,
nous entrerons dans le jardin.
Toi et moi, libérés de nous-mêmes,
unis dans l'extase,
les oiseaux du ciel le coeur dévoré d'envie
dans ce lieu où nous rirons si gaiement,
toi et moi, blottis dans le même nid.

2 commentaires:

  1. Je ne sais si c'est une coïncidence, mais je viens de m’apercevoir que tu as mis un texte de Rumi (?), célèbre soufi et de mon côté j'en ai mis un d'Ibn Arabi. Comme quoi quand l'universel chante à l'unisson en nos âmes.

    RépondreSupprimer
  2. Cela fait une symphonie :) Rûmi me nourrit depuis longtemps. Comme Bobin et quelques autres lumineux.

    Bonne journée à toi Jean-François :)

    RépondreSupprimer