Accéder au contenu principal

Apparences






Aujourd'hui.

Particulièrement aujourd'hui.

Compte tes amis.

Sur tes doigts 
Ne compte pas ces masques
Auxquels ta vanité croit.

Compte tes amis.
Tu n'en as pas autant que tu le penses.
Les masques tombent comme châteaux
Secoués par la vague.

Tes beaux amis sont tout de sable.

Aujourd'hui

Tu vas compter tes amis.
Regarde bien
Il te suffira d'une main
voire d'un doigt.



2015

Commentaires

  1. Voire d'aucun ou de plusieurs.

    Vous savez Dé, lorsque nous essayons de "faire silence", les souvenirs en cadence... :

    https://vimeo.com/114216781

    Ah, miserere...

    A.

    RépondreSupprimer
  2. J'ai une migraine géante, j'irai visionner cette vidéo demain matin :) Moi c'est dans la nuit d'ivoire que les souvenirs cadencent...

    D.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Dé !

    Je suis désolé pour ta migraine. J’espère qu’aujourd’hui ça va mieux ?

    Il y a beaucoup de sagesse dans ce beau poème : compter ses (soi-disant) amis, c’est très vite s’apercevoir en effet que les doigts d’une main suffisent largement. Il s’avère d’ailleurs que ce sont toujours les mêmes « doigts » qui servent, justement ceux avec lesquels on peut compter ;-)

    Porte-toi bien mon amie !
    Bises :)*
    David

    RépondreSupprimer
  4. Les vrais de chez vrai, j'en compte deux. De quoi faire le V de la victoire.
    Plus de 50 ans qu'on se connait. Je viens de passer 5 jours avec l'un d'eux.
    À l'âge que j'ai désormais, il serait impossible de nouer une amitié nouvelle looooongue.... constat curieux....
    Comme redonnant du précieux à ces 2 relations...

    RépondreSupprimer
  5. Parfois on pense qu'il n'y a personne et on se trompe, on pense à la multitude et on se trompe aussi.
    Les doigts c'est bien, finalement, comme aulne (même si seul "à l'aulne" semble correct).
    La dive bouteille compte pour 1 ? pour qui n'accepte pas d'être fanny ;-)

    Bon courage pour la migraine. Le traitement dans les champs + les chemtrails, moi aussi cela m'enfle la narine, mais pas façon Beaudelaire, hélas. Notre environnement devient invivable, pourtant depuis qu'il n'y a plus d'usines, cela devrait aller mieux.

    RépondreSupprimer
  6. Je ne suis pas sûr de pouvoir être un bon ami. Je m'efforce de n'être ni envahissant, ni quémandeur ni conditionnant mais saurai- je être là quand l'ami qui ne m'aura rien demandé aura besoin de moi. Et en retour, quelqu'un qui accepte toutes les facettes d'un gémeau dilettante, c'est pas si simple même si en général chacun trouve ce qu'il veut trouver et échappe(inconsciemment?) au reste... Dis donc! T'as écris ça dans un moment de forte solitude cyclothymique. Bon! Tant qu'il te reste un doigt...Bizs mon double sur bien des facettes, pas toutes, mais c'est peut-être dans ces autres facettes que se trouve l'amitié, celle qui se construit patiemment comme l'amour chez Rilke(7e lettre)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Fantasme et fantaisie

Imagine que ton plus grand fantasme ce soit de te voir servir au matin quand tu te réveilles, un énorme croissant - mais énorme hein, une viennoiserie maousse costaude - tout chaud, avec cette petite croûte dorée croustillante et cette senteur délicate, appétissante de beurre frais qui vient te chatouiller les narines, faire de tes glandes salivaires les chutes du Niagara ou du Zambèze (qui baise pas malgré son nom). Un fantasme si jouissif que tes papilles en fondent de désir tel le beurre dans la poêle à frire...

Bon. Imagine maintenant qu'un matin tu te réveilles parce qu'on sonne à ta porte. Tu ouvres et c'est ton fantasme (comment il a sonné? Avec l'une de ses "pointes" tiens pardi!) Tu es au bord de la pâmoison devant sa "chair" (c'est un croissant n'est-ce pas, pas une côte de boeuf!) soudain incarnée et il est tout comme tu l'avais imaginé: il sent bon et sa dorure te fait de l'oeil. Tu déglutis les chutes du Zambèze dans to…

Compte à rebours

Ô Mère.

Pendant qu'on t'assassine
pendant que tu râles à travers tous tes oiseaux,
tes baleines et tes lions,
pendant que disparaît ta musique d'abeilles,
que le silence tombe sur la Terre
comme sur un cimetière,
avec tous les autres, je fais bonne figure.

J'écris l'amour pour assécher le désespoir,
j'écris à mon coeur puisque c'est écrire au tien,
puisque nous sommes tous liés
- moutons noirs moutons bleus -
dans la même gerbe de blés tombée dans le feu.

Ô Mère, ma lumière avec toi s'éteint
Et je souris encore, pour protéger les miens.

Je porte le masque des jours glissants
rapides sous la faux,
et pour ne pas mourir trop vite
j'écoute de plus en plus souvent
ton chant toujours puissant en moi,
qui monte et fait de ma bouche un appeau.
Je suis bien trop petite pour être ton porte-voix,
mais je ne sais plus vivre
sans être vive de toi.


2017

Ce qui restera

Il y a un peu plus d'un an disparaissait l'une de mes plus anciennes amies de toile. Elle était poète et s’inquiétait de ce que deviendraient ses textes après elle. Quelques semaines avant son décès soudain elle s'en ouvrait encore à moi. Certes on peut toujours se dire que ce ne sont que des mots, mais en vérité c'est bien plus que ça.

"J'écris pour que le jour où je ne serai plus
On sache combien l'air et le plaisir m'ont plu,
Et que mon livre porte à la foule future
Combien j'aimais la vie et l'heureuse nature."  Écrivait Anna de Noailles. Andrée sodenkamp, cette immense poète belge quasi-inconnue, écrivait à sa manière très terrienne et charnelle qu'elle nous porterait à travers ses poèmes "de beaux morceaux de corps".

Agnès est partie sans avoir eu le temps de rien. Je vais donc me laisser "à ceux qui se hasardent à chercher dans les mots l'ombre des pauvres morts" *.

Pour cela j'ai ouvert un blog-recu…