De nous

Brooke Shaden



De nous il ne restera pas grand chose
de l'impalpable
du transparent
le dernier éclat de l'étincelle
qui jaillit un jour
entre nos deux poitrines
nos coeurs
sur lesquels nous avons si hardemment
cognés.

C'est que nous n'étions pas
des choses molles
nos âmes s'étaient soudées
au feu d'une passion ascendante
dont nous avions aperçu
au loin là-haut, le reflet.

Mais la tendresse du regard
qui écartait la fureur
comme un grand rideau rouge
de théâtre et laissait seul en scène
la vérité d'un amour parfait
dans sa dangereuse nudité.

De nous il ne restera pas grand chose
des ombres joueuses
des cache-cache, des loups de soie
beaucoup de plumes,
des feuilles d'automne rouge
du sel et de l'or
et tout s'envole.


D.T 2015  

Quand vient l'automne, c'est le rouge et l'or mouillés qui me parlent. Ils me parlent de la mort, de la vie, de la mort, rien n'est triste dans le fait de passer. Et il est sage et doux de s'emplir de tendresse et de beauté...

4 commentaires:

  1. C'est beau lorsqu'on peut garder au plus profond de soi la beauté des moments partagés, c'est beau, c'est beau...et puis aussi c'est morbide parfois. Il faut alors accepter que ça se décompose et que ça recompose autre chose. De l'écriture, ou juste des sourires intérieurs...c'est déjà ça. Mille bises Dé !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout se transforme. Et nous aussi. Oui tout à fait Valentine :) Et ce n'est pas triste. Bien au contraire.

      Merci ma belle Valentine d'être passée, bises

      Supprimer
  2. Tendresse et beauté, c'est bien pour hiberner! A te lire mes pensées tourbillonnent...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je t'ai appelé, tu as entendu? J'ai pensé à toi cette semaine et je me suis dit: "il va revenir, t'inquiète pas" Et te voilà. Tu vas bien mon Gémeau?

      Supprimer