Accéder au contenu principal

Evidemment...




Les places sont arrivées après les "événements". En deux volées. Cinq billets officiels. Pour Elle et les potes. Deux concerts. Deux fois plus de risque d'être une cible.

Evidemment qu'elle ira. Evidemment qu'elle sera là, dans la fosse, puisque c'est l'endroit qu'elle préfère, au plus près des artistes.

Alors bien sûr que j'y ai pensé, à tous ces gens qui étaient là-bas, au Bataclan et que la mort a cueilli avec une violence inouïe. Bien sûr que je lui ai demandé d'aller dans les gradins s'il y en avait, son père a rajouté "Ou tiens-toi près des issues de secours" et elle a souri. Elle ira dans la fosse parce que c'est ce qu'elle préfère et ce ne sont pas les assassins qui vont décider de sa vie.

Peut-être décideront-ils de sa mort, mais pas de sa vie.

Et moi je convoque les anges gardiens et tous les bons esprits, je la pare d'un amour sans faille, je la vêts de lumière, je la fais invincible. Si tous mes gris-gris et mes talismans, mes prières, mon amour puissant, ne la protègent pas alors je m'incline, c'est que l'heure était venue. Et tous mes pouvoirs s'arrêtent au point de passage final.

Je n'ai pas peur, je rends ma fille au hasard, au destin, enfin je la remets entre les mains de. Je la confie, je la pousse hors de mes bras, qu'on en prenne bien soin, c'est la seule que j'ai. Je l'aime comme je n'ai jamais aimé personne, dans un don absolu. Comme je l'écrivais il y a longtemps, le véritable amour je l'ai appris de mes enfants, pas des hommes.

Elle ira au concert. Deux fois le même mois. Deux fois je vais retenir mon souffle, mon sang dans mes veines.

Et elle reviendra.

Commentaires

  1. Bonjour chère Dé.
    Je me reconnais parfaitement dans tes mots. Une de mes filles vit à Paris et elle aussi aurait pu, il s’en est fallu de peu, être parmi les victimes du vendredi 13. Certes la vie continue et dois continuer sous peine de donner raison à ceux qui justement n’attendent que ça : que nous cédions à la terreur. Mais c’est bien plus facile à dire qu’à faire…
    Je t’embrasse… en apnée.
    David

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est affreux rétrospectivement. De songer à ce qui aurait pu se passer. Je reste marqué par cet homme en larme dans un petit village, qui a perdu ses deux filles. L'une arrivait de Barcelone, l'autre étudiait à Paris. Elles s'étaient donné rendez-vous au café. Elles sont mortes ensembles...

      Oui c'est vrai on est forts face aux hypothétiques disparitions de nos enfants, je n'ose même pas envisager de quelle manière je réagirai si je perdais un de mes deux enfants.

      Je t'embrasse avec toute mon amitié cher David :*

      Supprimer
  2. Comment ne pas avoir les pensées qui sont les tiennes....
    Ma compagne de vie (qui a pris sa retraite il y a qq mois) allait souvent à Paris pour son job, parfois plusieurs jours....
    Je frémirais si elle devait y aller actuellement....
    et cependant.... Dans notre GrandeVille, ici.... ça pourrait aussi bien se passer demain.....

    RESPIRONS !!!! TVB ! TVB ! TVB !
    :-)

    RépondreSupprimer
  3. Comme l'écrivait Bobin, on ne peut pas protéger de tout ceux que l'on aime. Même si on donnerait tout pour cela, il faut accepter le fait que l'on puisse perdre les personnes qui nous sont les plus précieuses. Vivre est un risque.Il faut penser le moins possible au pire et se remplir de tout ce qui est bon. Aller au concert en fait partie...:)

    Bise cher Alain

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Des mots qui volent tout seuls...

Si j'avais dû voler des mots, j'aurais volé ceux de Christian (Bobin) ou ceux de Andrée (Sodenkamp) qui m'ont si bien nourris,  et ceux de quelques autres qui m'ont un jour transpercée, puis ont fait en moi des petits.

J'aurais volé des mots étincelants de lumière, aussi beaux que le matin. J'aurais volé la profondeur et l'altitude, j'aurais volé la clarté et le sens.

Mais plutôt que des mots si j'avais dû voler quelque chose, j'aurais volé un coeur.

Voire, une âme.

Mais je n'ai jamais rien volé. Si j'ai volé quelqu'un ce n'est que moi-même. Ma muse c'est moi. C'est ma voix intérieure. Rien ne me vient de l'extérieur que je n'ai ré-inventé, re-crée. Cela me parait tellement évident. On ne parle jamais que d'un autre que l'on invente, interprète, un autre déformé, un Autre autre. Comme l'écrivait Christian Bobin: "L'homme dont je parle dans mes livres n'existe pas". De même, l'hom…

Fille du non-vouloir

Petit haricot de cellules tourbillonnantes qui a grandit dans un océan de larmes en guise de liquide amniotique, voilà le fond de tristesse qui clapote en son âme. A travers l'épaisseur de la chair a t'elle senti les coups ? Par le cœur de sa mère a t'elle entendu les injures ? « Putain » disaient-ils en choeur en insultant une vierge. Enceinte certes, mais vierge.
Le secret dévoilé au bout de tant d'années d'incompréhension et de douleur. L'ignorance des jeunes de cette époque-là, tout se résumait à cela. Parce qu'on ne parlait pas de « ça » en ce temps-là.

Quarante ans de bagne à traîner un boulet plus gros qu'elle.

Et tout enfin, se mettait en place, toutes les pièces du puzzle. Tous les détails s'assemblaient pour dresser le portrait de la bêtise crasse. Le regard bleu glacé de colère méchante du père, comme une guerre froide face à l'innocence de ce petit visage. Son cœur à elle qui ne comprenait pas pourquoi. Et qui tentait encore et …

D'un monde à l'autre

J'ai rêvé de Paul cette nuit.

Mes parents m'annonçaient cette incroyable nouvelle:  Paul était à nouveau vivant!

A nouveau j'avais dix-sept ans. Je courais chez lui le coeur battant, sonnais à la porte de la maison rose de ses parents. Cécilia, sa soeur, m'ouvrait. Elle rayonnait: "Oui, c'était bien vrai, Paul était de retour parmi nous." C'était un miracle. Un vrai miracle.

Puis Paul passait derrière sa soeur, me souriait sans s'arrêter. Sans me reconnaître.

L'incrédulité et la stupeur, une joie, un espoir immense m'envahissaient alors. Une affreuse angoisse aussi. Quelque chose avait changé. C'était pourtant bien Paul. Ses boucles châtains se balançaient encore de chaque côté de son beau visage qu'aucun gros fil chirurgical ne raccommodait pour le rendre présentable à ceux qui avaient eu la lourde tâche de lui survivre. Son sourire était ce même sourire irrésistible que celui "d'avant". Paul souriait et le monde ro…