Moissons funèbres





Un déluge de métal brûlant
a zébré de feu la joie des retrouvailles,
fait dégringolé des chaises les sourires,
les beaux regards clairs.

Des sillons ouverts dans les chairs
on a vu surgir
des fleurs écarlates vivantes,
liquides,
au parfum de fer.

Du terreau des corps enchevetrés est monté
comme un brouillard, une exhalaison,
le fantôme des vies arrachées.

C'étaient deux soeurs que pleure un père,
qu'une mort indifférente a moissonné
dans leur blé en herbe.


2015



...suite aux attentats.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

D'un monde à l'autre

Massacre à la tronçonneuse

Des mots qui volent tout seuls...