Accéder au contenu principal

Résurgence



Après qu'il soit parti.

Après qu'il l'ait abandonné au sol comme un fruit mordu.

Pelée brutalement de tout ce qui la recouvrait
- maigres remparts de toile -
elle n'a pas bougé.

Elle a regardé les étoiles.


Elle a regardé les étoiles, leurs faces pâles
et désolées, mais qui encore brillaient,
palpitaient dans la nuit de l'homme,
en perçaient toute l'obscurité
pour s'en sauver.
Elle n'avait plus que deux yeux
qui regardaient les étoiles,
et ce corps fouillé, martelé de coups de reins sauvages,
elle refusait d'en percevoir la douleur
l'affreux outrage:
ce n'était pas le sien.


Elle regardait les étoiles,
et les étoiles   - une à une -   sont tombées,
ont coulé sur son front, sur ses lèvres sèches de cris,
sur ce corps nu inerte, abandonné

à la lumière maternelle 
et lentement, très lentement
les étoiles 
l'ont lavé du viol,

doucement ramené du côté de la Vie.

2016



Commentaires

  1. Que chacun d'entre nous , tes lecteurs, emportions un peu de ça, cet indicible que tu dis
    (et merci de partager aussi l'admiration pour le travail de Françoise de Felice, ainsi que pour celui de Karl Larsson !)

    RépondreSupprimer
  2. Merci d'être passée Valentine. J'aime les artistes, je découvre en ce moment la sculpture, le modelage, le tissage etc (j'ai un compte sur pinterest) et cela me passionne. J'accumule les informations pour me jeter dans cette création là parce qu'en fait cela fait très longtemps que la terre m'attire...:)

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Dé,
    Merci d’être passée me lire et d’avoir laissé ta trace qui manquait ;-)
    Pour répondre à ta question, je vais aussi bien qu’il est possible compte tenu d’un quotidien qui m’accapare depuis des mois au-delà du raisonnable, me laissant chaque jour plus épuisé et la tête plus vide que la veille !
    Une tête que je viens remplir ici, à cette source claire et fraîche de tes beaux textes toujours aussi inspirés et inspirants ; ici où je suis « doucement ramené du côté de la Vie » ;-)
    Tu redécouvres semble-t-il le plaisir de la terre, si sensuelle, « chaude » d’une certaine manière, bien différente des mots, « froids » en comparaison. Ce plaisir enfantin de toucher, de caresser, de malaxer, de sentir, de goûter même la chair de notre monde qui s’offre à nous sans contrepartie, et qu’en guise de remerciement nous pillons sans vergogne ! Plaisir charnel donc et originel de la terre qui nous attire c’est vrai, peut-être parce que nous en sommes issus et y retournerons fatalement un jour ; et qu’au bout du compte, mélangé dans chaque poignée de terre, se trouve un peu d’humanité :-)
    Porte-toi bien, très chère Dé.

    RépondreSupprimer
  4. Cher David, il y a bien longtemps que je ne suis passée par ici, mais libérée de quelques contraintes que je m'étais imposées moi-même je vais pouvoir faire vivre cet espace un peu plus.

    Ah oui la terre/Terre compte énormément pour moi: j'en suis tissée et j'ai un rapport très charnel avec ce qui m'entoure. C'est vrai. Déjà enfant j'avais souvent peur entre quatre murs alors que je n'ai jamais éprouvé de crainte lorsque du haut de mes sept ou huit ans je battais la campagne.

    Mon ami il faut te ménager, le burn-out te guette il me semble. Chacun doit se constituer des espaces où respirer, rien que pour soi. Ce n'est pas de l'égoïsme et c'est parfois de la survie. Je vois des tas de personnes qui brûlent leurs jours alors que la Vie est si précieuse. C'est ce qui m'a décidé personnellement à revenir à des projets qui traînaient depuis longtemps. Je me dis "il est temps" "si tu veux faire quelque chose ma chérie (c'est très important de se parler avec douceur ^^) alors c'est maintenant". Alors me voilà à pied d'oeuvre. Je rassemble les éléments matériels et je vais me lancer dans le modelage. :) David, il faut faire des choses qui te rendent heureux, notre temps passe très vite et comme nous tous tu n'en as pas beaucoup...

    Je t'embrasse et porte-toi bien également

    Bise

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Fantasme et fantaisie

Imagine que ton plus grand fantasme ce soit de te voir servir au matin quand tu te réveilles, un énorme croissant - mais énorme hein, une viennoiserie maousse costaude - tout chaud, avec cette petite croûte dorée croustillante et cette senteur délicate, appétissante de beurre frais qui vient te chatouiller les narines, faire de tes glandes salivaires les chutes du Niagara ou du Zambèze (qui baise pas malgré son nom). Un fantasme si jouissif que tes papilles en fondent de désir tel le beurre dans la poêle à frire...

Bon. Imagine maintenant qu'un matin tu te réveilles parce qu'on sonne à ta porte. Tu ouvres et c'est ton fantasme (comment il a sonné? Avec l'une de ses "pointes" tiens pardi!) Tu es au bord de la pâmoison devant sa "chair" (c'est un croissant n'est-ce pas, pas une côte de boeuf!) soudain incarnée et il est tout comme tu l'avais imaginé: il sent bon et sa dorure te fait de l'oeil. Tu déglutis les chutes du Zambèze dans to…

Compte à rebours

Ô Mère.

Pendant qu'on t'assassine
pendant que tu râles à travers tous tes oiseaux,
tes baleines et tes lions,
pendant que disparaît ta musique d'abeilles,
que le silence tombe sur la Terre
comme sur un cimetière,
avec tous les autres, je fais bonne figure.

J'écris l'amour pour assécher le désespoir,
j'écris à mon coeur puisque c'est écrire au tien,
puisque nous sommes tous liés
- moutons noirs moutons bleus -
dans la même gerbe de blés tombée dans le feu.

Ô Mère, ma lumière avec toi s'éteint
Et je souris encore, pour protéger les miens.

Je porte le masque des jours glissants
rapides sous la faux,
et pour ne pas mourir trop vite
j'écoute de plus en plus souvent
ton chant toujours puissant en moi,
qui monte et fait de ma bouche un appeau.
Je suis bien trop petite pour être ton porte-voix,
mais je ne sais plus vivre
sans être vive de toi.


2017

Ce qui restera

Il y a un peu plus d'un an disparaissait l'une de mes plus anciennes amies de toile. Elle était poète et s’inquiétait de ce que deviendraient ses textes après elle. Quelques semaines avant son décès soudain elle s'en ouvrait encore à moi. Certes on peut toujours se dire que ce ne sont que des mots, mais en vérité c'est bien plus que ça.

"J'écris pour que le jour où je ne serai plus
On sache combien l'air et le plaisir m'ont plu,
Et que mon livre porte à la foule future
Combien j'aimais la vie et l'heureuse nature."  Écrivait Anna de Noailles. Andrée sodenkamp, cette immense poète belge quasi-inconnue, écrivait à sa manière très terrienne et charnelle qu'elle nous porterait à travers ses poèmes "de beaux morceaux de corps".

Agnès est partie sans avoir eu le temps de rien. Je vais donc me laisser "à ceux qui se hasardent à chercher dans les mots l'ombre des pauvres morts" *.

Pour cela j'ai ouvert un blog-recu…