Accéder au contenu principal

Chez moi


Parce que c'est d'une beauté à couper le souffle, que cette vidéo est une merveille. Parce que je connais bien cette route pour l'avoir souvent empruntée avant qu'elle ne soit fermée. Parce que c'est "chez moi" et que j'aime mon coin de France, que j'y suis profondément enracinée. Parce que la beauté doit être partagée...







Forgotten Road Grand Goulets - DJI Phantom 3 Advanced from lempreinte Photo Drone on Vimeo.

Commentaires

  1. Bonjour Dé !
    Très belle vidéo en effet que tu as eu raison de partager. C’est une route que je connais aussi un peu, ayant eu l’occasion de l’emprunter à plusieurs reprises, il y a quelque temps déjà. Je ne sais pas si elle est vraiment oubliée, elle fait tout de même partie des curiosités touristiques du Vercors, il me semble. Mais je ne suis pas un « natif », alors je peux me tromper. Je réalise en tout cas que je n’habite pas si loin de « chez toi » ;-)
    Au fait, j’aime beaucoup tes dernières publications et je profite aussi de l’occasion pour te remercier à mon tour pour tes chaleureux vœux du nouvel an.
    Je t’embrasse très fort.
    D. (je suis en quelque sorte moi aussi un autre « Dé » ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui elle fait partie des curiosités du Vercors mais elle est fermée depuis des années suite à un accident mortel. Il faut dire qu'il y avait peut-être un peu trop de véhicules qui l'empruntaient et tout cela a dû fragiliser la roche. Cette route reste belle quelle que soit la saison, je l'ai connu verte en été, rousse à l'automne. Mon père allait parfois pêcher la truite dans ces étroits canyons. En plus impressionnant pour qui à le vertige comme moi, la route de Combe-Laval qui parait accrochée à la falaise. Mais je me doute bien que même sans être natif du coin, tu connais. ;)

      Oui Grenoble c'est à 45 minutes donc effectivement "pas loin" :)

      Merci d'être passé, je t'embrasse aussi D. :*

      Supprimer
  2. C'est magnifique et terriblement poétique.
    Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Alban, je trouve que ces tons froids, métalliques, créent une atmosphère un brin "gothique" en tout cas nostalgique. Tout est beau dans cette vidéo, et les auteurs - qui ont réalisés bien d'autres morceaux de choix- sont très talentueux. Merci pour eux. :)

      Supprimer
    2. A peine ouvert déjà fermé ton blog?...dommage.

      Supprimer

  3. Hello désirée,je me suis laissée guider par ce chemin qui m'imposait la lenteur. L'impatiente que je suis a dû accepter de réduire son allure, pour découvrir les bienfaits de cette lenteur. La paix m'a envahie (mais le froid aussi ;-)

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour Coumie, ravie que ces belles images t'aient plu. Ah c'est certain que ces jours-ci, là-haut il ne vaut mieux pas se pointer en tongs! Mais Ce froid vif de la montagne régénère, rend plus vivant et fait un bien fou!

    Bisou prends bien soin de toi :)

    RépondreSupprimer
  5. Ah mais je connais cette route !!
    Mince alors, je l'ai parcourue plus d'une fois en voiture dans les années 70 !
    De merveilleux souvenirs de vacances, teintés d'amertume aussi.....
    Faut dire que ma passagère était alors mon Grand Amour Premier...
    Celui qui a le mérite de se terminer en Grand Chagrin d'Amour....

    Que de souvenirs ravivés....
    (j'ignorais qu'elle était fermée à la circulation)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Des mots qui volent tout seuls...

Si j'avais dû voler des mots, j'aurais volé ceux de Christian (Bobin) ou ceux de Andrée (Sodenkamp) qui m'ont si bien nourris,  et ceux de quelques autres qui m'ont un jour transpercée, puis ont fait en moi des petits.

J'aurais volé des mots étincelants de lumière, aussi beaux que le matin. J'aurais volé la profondeur et l'altitude, j'aurais volé la clarté et le sens.

Mais plutôt que des mots si j'avais dû voler quelque chose, j'aurais volé un coeur.

Voire, une âme.

Mais je n'ai jamais rien volé. Si j'ai volé quelqu'un ce n'est que moi-même. Ma muse c'est moi. C'est ma voix intérieure. Rien ne me vient de l'extérieur que je n'ai ré-inventé, re-crée. Cela me parait tellement évident. On ne parle jamais que d'un autre que l'on invente, interprète, un autre déformé, un Autre autre. Comme l'écrivait Christian Bobin: "L'homme dont je parle dans mes livres n'existe pas". De même, l'hom…

Fille du non-vouloir

Petit haricot de cellules tourbillonnantes qui a grandit dans un océan de larmes en guise de liquide amniotique, voilà le fond de tristesse qui clapote en son âme. A travers l'épaisseur de la chair a t'elle senti les coups ? Par le cœur de sa mère a t'elle entendu les injures ? « Putain » disaient-ils en choeur en insultant une vierge. Enceinte certes, mais vierge.
Le secret dévoilé au bout de tant d'années d'incompréhension et de douleur. L'ignorance des jeunes de cette époque-là, tout se résumait à cela. Parce qu'on ne parlait pas de « ça » en ce temps-là.

Quarante ans de bagne à traîner un boulet plus gros qu'elle.

Et tout enfin, se mettait en place, toutes les pièces du puzzle. Tous les détails s'assemblaient pour dresser le portrait de la bêtise crasse. Le regard bleu glacé de colère méchante du père, comme une guerre froide face à l'innocence de ce petit visage. Son cœur à elle qui ne comprenait pas pourquoi. Et qui tentait encore et …

D'un monde à l'autre

J'ai rêvé de Paul cette nuit.

Mes parents m'annonçaient cette incroyable nouvelle:  Paul était à nouveau vivant!

A nouveau j'avais dix-sept ans. Je courais chez lui le coeur battant, sonnais à la porte de la maison rose de ses parents. Cécilia, sa soeur, m'ouvrait. Elle rayonnait: "Oui, c'était bien vrai, Paul était de retour parmi nous." C'était un miracle. Un vrai miracle.

Puis Paul passait derrière sa soeur, me souriait sans s'arrêter. Sans me reconnaître.

L'incrédulité et la stupeur, une joie, un espoir immense m'envahissaient alors. Une affreuse angoisse aussi. Quelque chose avait changé. C'était pourtant bien Paul. Ses boucles châtains se balançaient encore de chaque côté de son beau visage qu'aucun gros fil chirurgical ne raccommodait pour le rendre présentable à ceux qui avaient eu la lourde tâche de lui survivre. Son sourire était ce même sourire irrésistible que celui "d'avant". Paul souriait et le monde ro…