Accéder au contenu principal

Adultère



"Que les liens du mariage soient sacrés ou non, je les vois tels qu'ils sont, tressés et étrangers à moi. Je n'ai pas volé cet homme. Je l'ai pris pour voler. [ ..] Il avait demandé ce qui se passerait si nous tombions amoureux l'un de l'autre, et il avait dit que ce serait une catastrophe pour tant de gens. Sans les nommer, dans le creux de notre conscience, on avait pensé à ceux qu'on rendrait malheureux."

Extrait de "L'envie"de Sophie Fontanel

Ce n'est pas le cou tordu de la morale qui me trouble ici, mais bien ce mal fait à de nombreuses personnes en conscience. Tous ceux qui allaient être disloqués par le mensonge comment les oblitérer?

Le "cocu" fait rire depuis la nuit des temps. C'est quand même avoir bien peu de considération pour son univers qui s'écroule, le mensonge qu'il découvre et qui l'ébranle jusqu'aux tréfonds de lui-même, qui l'ampute sans anesthésie d'un sentiment de confiance essentiel à l'autre. Comment se reconstruire et avoir à nouveau confiance en l'autre après une telle trahison?

Si je n'aimais plus je partirai. Franchement, honnêtement. Mentir et tromper ça me serai juste impossible. Je peux rêver, dériver, mais mon corps demeure où il est. Comme un vase sacré.


Commentaires

  1. Etre honnête, avouer les sentiments qui ne sont plus, ne pas vouloir faire souffrir plus l'autre. Voilà des qualités à mon sens. Mais cela demande de l'énergie, et l'intelligence du coeur et de l'âme. Et ce n'est de loin pas donné à tout le monde. Pour répondre à la question, je viens de la Suisse romande. Bises alpines.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non ce n'est pas donné à tout le monde. Quand le couple fait la constatation que plus rien ne les unit la séparation vient naturellement, mais très souvent il y en a un qui aime encore et là c'est le drame. J'ai vu un reportage sur l'ethnie Moso en Chine et ce fonctionnement sociétal m'a paru incroyablement bien adapté à l'humain. Le mariage n'existe pas, le couple non plus. Et tout le monde y trouve son compte et est heureux. Bises

      Supprimer
  2. Ce sont des choses tellement personnelles... qu'il est difficile d'en parler... et le pardon, avec le temps... c'est possible évidemment, mais quel chemin parcouru pour protéger et éviter la souffrance !
    Bonne journée Dé.
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne juge pas évidemment, mais cette souffrance-là je peux en parler en connaissance de cause. C'est moins le fait d'être abandonnée du jour au lendemain qui est traumatisant, que le mensonge, la dissimulation, la tromperie. Tout s'écroule bien au-delà de la relation elle-même, cette expérience remet en cause tous nos rapports sociaux. A qui faire confiance dès lors que celui que l'on aime le plus au monde nous trahit? Après, le pardon, moi j'ai surtout effacé plutôt que pardonné. Le comique c'est que l'homme en question parle à mes parents comme si rien ne s'était passé...

      Bonne journée Den :)

      Supprimer
  3. Il y aurait des thèses à écrire sur le sujet, et notamment on ne s'interroge pas suffisamment sur le « pourquoi » de l'adultère...
    N'y aurait-il pas quelque chose à revoir dans me système archaïque du «mariage pour la vie » qui avait sans doute davantage sa raison d'être quand l'espérance de vie était limitée...
    Et surtout qu'est-ce qui fait que les gens s'accrochent quand même à cette institution au point de la préserver même quand elle s'est délitée ?
    Intéressants, ces Chinois...Tout comme ton billet d'ailleurs...
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui Célestine je suis d'accord avec toi sur le fait de s'interroger en amont sur l'adultère. Parce qu'au fond est-ce qu'on aime encore la personne qui vit avec nous si on a une aventure? Si on a si peu de considération pour notre compagne ou compagnon de vie alors autant être honnête et le ou la quitter. Enfin je vois les choses comme ça.

      Il m'arrive de penser que nous ne sommes pas faits pour vivre en couple pour un grand nombre d'entre nous et surtout que notre coeur peut aimer (éros) plus d'une personne à la fois.Il y a des personnes qui se sentent parfaitement à l'aise dans leur "vieux" couple. Un couple où l'on a appris à très bien connaître l'autre sans être fusionnels. C'est le cas pour moi, nous nous laissons une grande latitude d'esprit, d'espace. Mon époux a ses occupations, j'ai les miennes. Il n'y a ni flicage, ni intrusion. Mais nous nous faisons confiance.

      Après il y a la question du rêve, du flirt. Une femme sur le net, qui écrit parfois de la poésie grivoise tu imagines bien que ça émoustille certains messieurs. Des propositions j'en ai reçu un certain nombre, j'ai eu de tendres amitiés mais de là à transgresser mes principes. Alors après je ne sais pas si se laisser toucher le coeur c'est de la tromperie ou pas, je crois sincèrement que non et que tout être humain a droit à un peu de r^ve en plus dans sa vie...

      Si cela t'intéresse le documentaire sur les Mosos est disponible sur youtube, tu verras c'est vraiment un exemple à suivre. Que la Chine veut éradiquer.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Fantasme et fantaisie

Imagine que ton plus grand fantasme ce soit de te voir servir au matin quand tu te réveilles, un énorme croissant - mais énorme hein, une viennoiserie maousse costaude - tout chaud, avec cette petite croûte dorée croustillante et cette senteur délicate, appétissante de beurre frais qui vient te chatouiller les narines, faire de tes glandes salivaires les chutes du Niagara ou du Zambèze (qui baise pas malgré son nom). Un fantasme si jouissif que tes papilles en fondent de désir tel le beurre dans la poêle à frire...

Bon. Imagine maintenant qu'un matin tu te réveilles parce qu'on sonne à ta porte. Tu ouvres et c'est ton fantasme (comment il a sonné? Avec l'une de ses "pointes" tiens pardi!) Tu es au bord de la pâmoison devant sa "chair" (c'est un croissant n'est-ce pas, pas une côte de boeuf!) soudain incarnée et il est tout comme tu l'avais imaginé: il sent bon et sa dorure te fait de l'oeil. Tu déglutis les chutes du Zambèze dans to…

Compte à rebours

Ô Mère.

Pendant qu'on t'assassine
pendant que tu râles à travers tous tes oiseaux,
tes baleines et tes lions,
pendant que disparaît ta musique d'abeilles,
que le silence tombe sur la Terre
comme sur un cimetière,
avec tous les autres, je fais bonne figure.

J'écris l'amour pour assécher le désespoir,
j'écris à mon coeur puisque c'est écrire au tien,
puisque nous sommes tous liés
- moutons noirs moutons bleus -
dans la même gerbe de blés tombée dans le feu.

Ô Mère, ma lumière avec toi s'éteint
Et je souris encore, pour protéger les miens.

Je porte le masque des jours glissants
rapides sous la faux,
et pour ne pas mourir trop vite
j'écoute de plus en plus souvent
ton chant toujours puissant en moi,
qui monte et fait de ma bouche un appeau.
Je suis bien trop petite pour être ton porte-voix,
mais je ne sais plus vivre
sans être vive de toi.


2017

Ce qui restera

Il y a un peu plus d'un an disparaissait l'une de mes plus anciennes amies de toile. Elle était poète et s’inquiétait de ce que deviendraient ses textes après elle. Quelques semaines avant son décès soudain elle s'en ouvrait encore à moi. Certes on peut toujours se dire que ce ne sont que des mots, mais en vérité c'est bien plus que ça.

"J'écris pour que le jour où je ne serai plus
On sache combien l'air et le plaisir m'ont plu,
Et que mon livre porte à la foule future
Combien j'aimais la vie et l'heureuse nature."  Écrivait Anna de Noailles. Andrée sodenkamp, cette immense poète belge quasi-inconnue, écrivait à sa manière très terrienne et charnelle qu'elle nous porterait à travers ses poèmes "de beaux morceaux de corps".

Agnès est partie sans avoir eu le temps de rien. Je vais donc me laisser "à ceux qui se hasardent à chercher dans les mots l'ombre des pauvres morts" *.

Pour cela j'ai ouvert un blog-recu…