Accéder au contenu principal

Laisser aller



"Il est impossible de protéger du malheur ceux qu'on aime: j'aurai mis longtemps pour apprendre une chose aussi simple. Apprendre est toujours amer, toujours à nos dépens. Je ne regrette pas cette amertume." Christian BOBIN in La Présence Pure.


Je referme la porte derrière Elle
et je quitte l'angoisse.

J'ai compris -mon dieu - j'ai compris
que je ne peux pas la porter
plus que les neuf mois requis.

J'ai si bien appris que l'amertume même
m'est tombée du coeur.
L'impuissance, l'acceptation,
j'ai marché bien au-delà.

Je referme la porte derrière Elle
et je quitte l'angoisse, toutes les questions
tout ce qui ronge et tue
pour laisser l'Amour nu
qui demeure la seule consolation.

2017

Commentaires

  1. Très beau texte qui dit nos limites, de femme, de mère...et d'être humain en général.
    C'est l'amour nu, inconditionnel, tu as raison, qui reste quand toutes les larmes sont tombées.
    Comme l'étincelle qui couve sous la cendre.
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a tant de choses que l'on doit apprendre à nos dépens, on y perd beaucoup de chair autour de l'âme. On ne comprends que très tard que tout cela nous cisèle, jusqu'à devenir un diamant. Pas une pierre dure, une pierre lumineuse. Mon esprit est désormais "raccord" avec ce que'il y a profondément en moi. Je me rapproche du non-attachement des Bouddhistes je crois...sans le vouloir ;)

      Bonne journée Célestine

      Supprimer
  2. Cachée, et pourtant si présente.
    Merci Désirée.
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Den, oui c'est un petit paradoxe qui me plait bien. Etre totalement "visible" voire "dénudée" sans jamais montrer son visage. On écrit ce que l'on ne peut pas dire à ceux qui nous sont proches...

      Supprimer
    2. Jamais autant sincère, qu'ici....
      Douce journée à toi.

      De Den à Dé

      ***

      Supprimer
  3. Ou alors entrouvre juste un peu cette porte,
    pour y laisser passer toute l'angoisse,
    alors c'est son Amour nu à Elle
    qui viendra y frapper
    avec toute la douceur que tu as su tant lui transmettre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu veux que je te dise? Je crois qu'elle me protège. Elle ne veut pas que je sois inquiète, alors elle se tait. Et moi, je m'inquiète parce que je ne sais pas si elle se sent bien, dans son corps, sa tête. Bref c'est un cercle bien vicieux. Je l'encourage à dire, mais c'est pas simple...je t'embrasse cher Well

      Supprimer
    2. C'est pardonné.

      La fête des père est passée.
      La rage avec.
      La douleur avec.
      La poisse avec.
      L'incompréhension de l'incompréhension avec.
      La folie des autres qui vous souhaitent une bonne journée "quand même" !
      Mais pas la bonne folie.
      Celle dont je ne veux pas et ne veux plus.
      Je n'accepte plus que la belle folie.
      Celle qui sait vous entendre
      crier,
      hurler,
      blasphémer,
      et vous élever.
      Là où on ne vous voit plus.

      Il me reste la solitude. La vraie, celle qui permet l'abandon.
      Du soi. Du tout. Du rien.
      Qui permet l'interdit et interdit les permissions.
      La solitude de savoir s'exister. Et de savoir s'exiter.

      C'est pardonné.

      Ouf !

      Je sais que tu sais ce qu'est cette souffrance.

      Bises à toi donc.
      Et à ta fille aussi.
      Y'a pas de raison,
      et j'aime quand y'a plus de raison...

      Supprimer
  4. Texte écrit à la volée.

    Il fallait lire : "La vraie, celle qui autorise l'abandon."

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Fantasme et fantaisie

Imagine que ton plus grand fantasme ce soit de te voir servir au matin quand tu te réveilles, un énorme croissant - mais énorme hein, une viennoiserie maousse costaude - tout chaud, avec cette petite croûte dorée croustillante et cette senteur délicate, appétissante de beurre frais qui vient te chatouiller les narines, faire de tes glandes salivaires les chutes du Niagara ou du Zambèze (qui baise pas malgré son nom). Un fantasme si jouissif que tes papilles en fondent de désir tel le beurre dans la poêle à frire...

Bon. Imagine maintenant qu'un matin tu te réveilles parce qu'on sonne à ta porte. Tu ouvres et c'est ton fantasme (comment il a sonné? Avec l'une de ses "pointes" tiens pardi!) Tu es au bord de la pâmoison devant sa "chair" (c'est un croissant n'est-ce pas, pas une côte de boeuf!) soudain incarnée et il est tout comme tu l'avais imaginé: il sent bon et sa dorure te fait de l'oeil. Tu déglutis les chutes du Zambèze dans to…

Compte à rebours

Ô Mère.

Pendant qu'on t'assassine
pendant que tu râles à travers tous tes oiseaux,
tes baleines et tes lions,
pendant que disparaît ta musique d'abeilles,
que le silence tombe sur la Terre
comme sur un cimetière,
avec tous les autres, je fais bonne figure.

J'écris l'amour pour assécher le désespoir,
j'écris à mon coeur puisque c'est écrire au tien,
puisque nous sommes tous liés
- moutons noirs moutons bleus -
dans la même gerbe de blés tombée dans le feu.

Ô Mère, ma lumière avec toi s'éteint
Et je souris encore, pour protéger les miens.

Je porte le masque des jours glissants
rapides sous la faux,
et pour ne pas mourir trop vite
j'écoute de plus en plus souvent
ton chant toujours puissant en moi,
qui monte et fait de ma bouche un appeau.
Je suis bien trop petite pour être ton porte-voix,
mais je ne sais plus vivre
sans être vive de toi.


2017

Ce qui restera

Il y a un peu plus d'un an disparaissait l'une de mes plus anciennes amies de toile. Elle était poète et s’inquiétait de ce que deviendraient ses textes après elle. Quelques semaines avant son décès soudain elle s'en ouvrait encore à moi. Certes on peut toujours se dire que ce ne sont que des mots, mais en vérité c'est bien plus que ça.

"J'écris pour que le jour où je ne serai plus
On sache combien l'air et le plaisir m'ont plu,
Et que mon livre porte à la foule future
Combien j'aimais la vie et l'heureuse nature."  Écrivait Anna de Noailles. Andrée sodenkamp, cette immense poète belge quasi-inconnue, écrivait à sa manière très terrienne et charnelle qu'elle nous porterait à travers ses poèmes "de beaux morceaux de corps".

Agnès est partie sans avoir eu le temps de rien. Je vais donc me laisser "à ceux qui se hasardent à chercher dans les mots l'ombre des pauvres morts" *.

Pour cela j'ai ouvert un blog-recu…