Accéder au contenu principal

L'oeil du diable




Il y a toutes ces fois où quand on joue
je sens la violence par-dessous.
J'ai des millions de garde-fous
face à des gens qui n'en ont pas.

Ce qui me terrifie tu vois
c'est ce que dans leur oeil j'aperçois,
une lueur mauvaise, une sale étincelle,
qui me dit que le mal est là,
tapie la bête inhumaine, toute prête
à me briser le coeur et les doigts.

Sur mon poignet la cicatrice
raconte une de ces fois, où j'ai laissé
un autre que je ne connaissais pas,
me presque casser comme petit bois.



2017

Commentaires

  1. Vous êtes revenue, pour le bonheur de vos lecteurs, dont je suis. Votre texte, exprime votre douleur et c'est tant mieux, car il vaut mieux l'exprimer que de la garder pour soi.
    Bon courage ! Je vous souhaite néanmoins une bon week-end.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Jean-François, de la douleur de voir les autres céder si souvent au mal, oui. Mal qui m'habite aussi mais que je combats, que je ne laisse plus déborder. J'ai lu une fois qu'on avait trois anges et trois démons sur chaque épaule, et que tout ce petit monde passait son temps à se disputer pour prendre l'ascendant. Je m'efforce de faire la paix avec mes anges et mes démons :)

      Bonne semaine Jean-François :)

      Supprimer
  2. Il est terrifiant de voir l'effroyable dans l'autre mais encore bien plus de le voir en soi. Celui qui ne l'a pas vu ne connait que la moitié de lui-même. Heureusement nous avons toujours le choix de nourrir une partie ou l`autre de nous même. Plusieurs ne savent pas qu'ils ont le choix. kéa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ou alors ils s'en fichent, tout simplement. Personnellement le mal que je recèle a surtout été "pédagogique" pour moi, le considérant en face j'en suis arrivée à m'en effrayer et à me dire que "plus jamais". Mais le combat n'est jamais vraiment gagné n'est-ce pas, c'est une discipline de tous les instants.

      Bonne semaine Kéa

      Supprimer
  3. Voir le mal permet de mieux l'appréhender. Et de réagir. C'est souvent dans les épreuves les plus difficiles que l'on comprend qu'au fond de nous, nous sommes incassables. Bises alpines.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sur le mot "incassable" je serai plutôt ambivalente Dédé. Et je te ferai une réponse de Normand "pte bin que oui pte bin que non". J'aurai plutôt tendance à me briser et à me reconstruire très vite, j'ai une faculté de rebond remarquable je dois dire? Je confesse être fragile face au désir évident de blesser, aux paroles qui me sont parfois jetées au visage, aux actes indignes.Je suis loin d'être parfaite et c'est tant mieux parce qu'à mon avis la perfection est fort ennuyeuse, mais je m'efforce surtout d'être humaine. Et c'est déjà pas mal il me semble.

      Bises alpines? Tu es d'où Dédé? Moi au pied du Vercors :)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Fantasme et fantaisie

Imagine que ton plus grand fantasme ce soit de te voir servir au matin quand tu te réveilles, un énorme croissant - mais énorme hein, une viennoiserie maousse costaude - tout chaud, avec cette petite croûte dorée croustillante et cette senteur délicate, appétissante de beurre frais qui vient te chatouiller les narines, faire de tes glandes salivaires les chutes du Niagara ou du Zambèze (qui baise pas malgré son nom). Un fantasme si jouissif que tes papilles en fondent de désir tel le beurre dans la poêle à frire...

Bon. Imagine maintenant qu'un matin tu te réveilles parce qu'on sonne à ta porte. Tu ouvres et c'est ton fantasme (comment il a sonné? Avec l'une de ses "pointes" tiens pardi!) Tu es au bord de la pâmoison devant sa "chair" (c'est un croissant n'est-ce pas, pas une côte de boeuf!) soudain incarnée et il est tout comme tu l'avais imaginé: il sent bon et sa dorure te fait de l'oeil. Tu déglutis les chutes du Zambèze dans to…

Compte à rebours

Ô Mère.

Pendant qu'on t'assassine
pendant que tu râles à travers tous tes oiseaux,
tes baleines et tes lions,
pendant que disparaît ta musique d'abeilles,
que le silence tombe sur la Terre
comme sur un cimetière,
avec tous les autres, je fais bonne figure.

J'écris l'amour pour assécher le désespoir,
j'écris à mon coeur puisque c'est écrire au tien,
puisque nous sommes tous liés
- moutons noirs moutons bleus -
dans la même gerbe de blés tombée dans le feu.

Ô Mère, ma lumière avec toi s'éteint
Et je souris encore, pour protéger les miens.

Je porte le masque des jours glissants
rapides sous la faux,
et pour ne pas mourir trop vite
j'écoute de plus en plus souvent
ton chant toujours puissant en moi,
qui monte et fait de ma bouche un appeau.
Je suis bien trop petite pour être ton porte-voix,
mais je ne sais plus vivre
sans être vive de toi.


2017

Ce qui restera

Il y a un peu plus d'un an disparaissait l'une de mes plus anciennes amies de toile. Elle était poète et s’inquiétait de ce que deviendraient ses textes après elle. Quelques semaines avant son décès soudain elle s'en ouvrait encore à moi. Certes on peut toujours se dire que ce ne sont que des mots, mais en vérité c'est bien plus que ça.

"J'écris pour que le jour où je ne serai plus
On sache combien l'air et le plaisir m'ont plu,
Et que mon livre porte à la foule future
Combien j'aimais la vie et l'heureuse nature."  Écrivait Anna de Noailles. Andrée sodenkamp, cette immense poète belge quasi-inconnue, écrivait à sa manière très terrienne et charnelle qu'elle nous porterait à travers ses poèmes "de beaux morceaux de corps".

Agnès est partie sans avoir eu le temps de rien. Je vais donc me laisser "à ceux qui se hasardent à chercher dans les mots l'ombre des pauvres morts" *.

Pour cela j'ai ouvert un blog-recu…