Accéder au contenu principal

Se donner



Au cas où vous ne l'auriez pas remarqué il y a sur le côté de mon blog une colonne marqué "mon plaisir c'est de me donner à lire". Ici se trouve un lien vers mon unique recueil, en lecture libre cela va de soi. Ce recueil a été corrigé par mon amie défunte Agnès Schnell et Fabien dit Bifane dont le blog poétique a aujourd'hui disparu. Agnès avait "adoubé" en quelque sorte ce recueil et il est d'autant plus précieux pour moi. J'ai matière à publier au moins deux autres recueils mais j'en suis encore à trier près de quatorze années de textes. J'en ai jeté beaucoup, des anciens surtout qui parle d'un temps, de gens et de guerres dont je ne veux plus rien savoir. Au bout je ne veux garder que le Beau, le lumineux. Les blogs amis étant pour beaucoup en vacance, je vais peut-être m'y coller. Et mettre en lecture libre, c'est une autre de mes "lubies": je ne peux pas vendre de la poésie. Mon premier recueil existe en version papier mais je ne gagne rien dessus. C'est mon choix. Je trouverai mesquin de ma part de gagner trois euros sur un livre, mais je le répète c'est mon choix.

Voilà, bonne lecture à ceux et celles qui auront la curiosité de suivre le lien.

Commentaires

  1. Merci Dé pour ce beau cadeau... j'ai commencé à lire tes "voyages en rond", en tourner les pages, déguster tes mots par petites touches, petites lapées, qui me parlent et me touchent profond'aimant, pour ne rien perdre de ces gourmandises, et sur tes écrits dévoilés au vent et au soleil, j'ai dansé entre les lignes, éblouie sur tes chemins, tes sentes et tes routes, et j'ai croisé ton regard ton âme ta poésie qui scintillent, rêvent, résonnent et interrogent.. merci beaucoup.
    Den

    RépondreSupprimer
  2. J'ai enregistré ton recueil dans mon disque dur, pour pouvoir le lire tranquillement.
    Je lis depuis très longtemps tes billets et je les trouve vraiment très beaux.
    Ta poésie coule comme une rivière tranquille...
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
  3. Comme Célestine, j'ai téléchargé votre recueil pour mieux le lire à tête reposée. Je n'ai peut-être pas l"occasion de vous le dire, mais j'aime beaucoup vos textes.

    RépondreSupprimer
  4. Il y a un siège vacant, depuis peu, à l'Académie Française.

    Et l'on parle déjà de vous sur une de ces pages, féline poétesse.

    Attention, ça peut être violent,
    mais ça ne devrait pas porter la poisse.

    Y répondre depuis "contactez l'auteur" sur le même torchon...

    RépondreSupprimer
  5. Cher toi, je t'abandonne bien volontiers la place: tu la mérites autant que moi ;) Et à vrai dire brrrr! je me sens vraiment mal à l'aise sous les projos. Non vraiment les spots ce n'est pas la lumière que je préfère, loin s'en faut. A vrai dire j'en ai fait l'expérience une fois (j'ai gagné un prix de peinture) et j'étais vraiment mal. Pas que je me sente "indigne" de recevoir un prix, non c'est juste que ce n'est pas ce que je recherche dans cette vie. Les "honneurs", être "connue", briller en société, non définitivement je laisse cela à tous ceux qui ont mal à eux-mêmes et qui n'existent au fond que dans le regard des autres. De plus j'ai horreur de l'idée de "me vendre" et j'ai vu tant de gens se prostituer pour un pan de journal virtuel, et encore j'en vois certains "collaborer" pour un peu de visibilité. Sans être méchante vu la médiocrité ambiante, il n'y a pas d'intérêt à ces collaborations. Mais bon, chacun voit midi à sa porte.

    J'applique le principe: "Pour vivre heureux poétons cachés" ;)

    RépondreSupprimer
  6. Le recueil que tu mentionnes, je l'ai téléchargé très exactement le 16 mars 2015... Puis je l'ai imprimé, parce qu'un recueil de poèmes ça ne se lit pas sur un écran… surtout lorsque la poésie est totalement splendide comme la tienne et d'une profondeur extraordinaire. Et aussi lorsqu'on a envie d'y revenir ça et là, sans avoir à aller ouvrir son ordinateur…J'ai montré cette impression à ma compagne de vie. Elle a beaucoup aimé le contenu. En revanche, elle fut excessivement déçue par la présentation, car l'impression n'est pas finalisable en raison de la pagination particulièrement difficile à exécuter, vu qu'elle n'est pas dans un format standard.
    Ma compagne a dit : c'est magnifique, mais quel gâchis de présentation aussi mauvaise… !
    Je partage tout à fait ce point de vue.
    Et là, permets-moi, avec toute l'affection que j'ai pour toi, de m'inscrire en faux sur ta position à propos d'une édition papier et de l'éventuel prix à payer.
    Tu gaches ton talent !
    Sous des prétextes qui ne tiennent pas la route plus d'une demi seconde.
    C'est quoi cette histoire de « se vendre », parce qu'il faudrait aligner deux ou trois euros pour bénéficier de la magnificence de ton écriture.
    C'est de la bêtise ? Ou de l'orgueil mal placé ?
    Désolé de paraître dur. Mais je ne le suis absolument pas. C'est seulement que je m'insurge contre ce gâchis de talent.
    Alors, s'il y a une édition papier, propre, valable, bien faite. Dis moi où je peux me la procurer immédiatement.

    Et surtout, continue d'écrire et de publier.
    Mets tout cela sur un recueil correct. Fais-le en auto édition, par exemple, cela ne te coûtera pas un seul centime. Et tu pourras vendre ( quel acte horrible de vendre n'est-ce pas ? ) ton recueil pour un demi euro.
    Si c'est se prostituer de faire payer 0,50 € pour un recueil qui vaut de l'or… alors .... !

    J'ai écrit tout cela spontanément, parce que, et tant pis si je me répète, tu gâches ton talent ! Et ça ce n'est pas « se donner »
    et ce n'est pas non plus respecter tes lecteurs. On ne propose pas au lecteur un banal téléchargement triste à mourir, et même pas sur un site paginé comme il en existe, quand on envie qu'il prenne plaisir à lire. Permets-moi de te le dire comme je le pense, et de te renouveler l'énorme affection et l'admiration que j'ai pour toi…
    mon emportement est un cri, presque une supplication....

    tu vois : j'aimerais OFFRIR ton œuvre à des gens que j'aime et apprécie.
    comme je leur ai offert des livres publiés par certains de mes amis.
    Mais il est hors de question que je leur envoie un PDF !
    cela n'a aucune allure…
    Ce serait se moquer d'eux !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. https://www.thebookedition.com/fr/voyages-en-rond-p-60348.html

      Walla t'emballes pas comme ça mon loulou c'est pas bon pour le coeur ^^

      Je me dis parfois que l'humilité peut être en effet une forme d'orgueil. Mais ce n'est pas mon cas, j'ai vraiment un grand grand plaisir à partager -gratuitement- le produit de mes cogitations.
      J'ai d'abord crée mon recueil en format papier, m'initiant par la même occasion à l'édition, et je compte bien recommencer tôt ou tard. En ajoutant même du dessin pourquoi pas :) Je suis en train de mettre de l'ordre dans mes écrits pour arriver à en faire quelque chose de plus cohérent que le premier recueil qui part un peu dans tous les sens. Enfin à voir je suis en pleine période de "reflux" avec une envie croissante d'abandonner le navire. De faire le mort. Je me connais ça va me passer mais pour l'heure je n'ai plus trop l'envie de poster quoi que ce soit...

      Je t'embrasse cher Alain, les vacances sont bonnes?

      Supprimer
  7. Cyclothymie période basse! J'espère que tu vas te ressaisir et mettre en page un nouveau recueil papier avec des dessins. J'ai les "Voyages en rond" version papier de "Thebookedition" et je ne regrette pas mes quelques euros qui ne font vivre que l'imprimeur. A mon avis la commande est encore faisable pour Alainx, sauf si tu fous en l'air le compte là-bas que tu as sans doute oublié... Je ne viens pas souvent mais tu es toujours dans moi.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Fantasme et fantaisie

Imagine que ton plus grand fantasme ce soit de te voir servir au matin quand tu te réveilles, un énorme croissant - mais énorme hein, une viennoiserie maousse costaude - tout chaud, avec cette petite croûte dorée croustillante et cette senteur délicate, appétissante de beurre frais qui vient te chatouiller les narines, faire de tes glandes salivaires les chutes du Niagara ou du Zambèze (qui baise pas malgré son nom). Un fantasme si jouissif que tes papilles en fondent de désir tel le beurre dans la poêle à frire...

Bon. Imagine maintenant qu'un matin tu te réveilles parce qu'on sonne à ta porte. Tu ouvres et c'est ton fantasme (comment il a sonné? Avec l'une de ses "pointes" tiens pardi!) Tu es au bord de la pâmoison devant sa "chair" (c'est un croissant n'est-ce pas, pas une côte de boeuf!) soudain incarnée et il est tout comme tu l'avais imaginé: il sent bon et sa dorure te fait de l'oeil. Tu déglutis les chutes du Zambèze dans to…

Compte à rebours

Ô Mère.

Pendant qu'on t'assassine
pendant que tu râles à travers tous tes oiseaux,
tes baleines et tes lions,
pendant que disparaît ta musique d'abeilles,
que le silence tombe sur la Terre
comme sur un cimetière,
avec tous les autres, je fais bonne figure.

J'écris l'amour pour assécher le désespoir,
j'écris à mon coeur puisque c'est écrire au tien,
puisque nous sommes tous liés
- moutons noirs moutons bleus -
dans la même gerbe de blés tombée dans le feu.

Ô Mère, ma lumière avec toi s'éteint
Et je souris encore, pour protéger les miens.

Je porte le masque des jours glissants
rapides sous la faux,
et pour ne pas mourir trop vite
j'écoute de plus en plus souvent
ton chant toujours puissant en moi,
qui monte et fait de ma bouche un appeau.
Je suis bien trop petite pour être ton porte-voix,
mais je ne sais plus vivre
sans être vive de toi.


2017

Ce qui restera

Il y a un peu plus d'un an disparaissait l'une de mes plus anciennes amies de toile. Elle était poète et s’inquiétait de ce que deviendraient ses textes après elle. Quelques semaines avant son décès soudain elle s'en ouvrait encore à moi. Certes on peut toujours se dire que ce ne sont que des mots, mais en vérité c'est bien plus que ça.

"J'écris pour que le jour où je ne serai plus
On sache combien l'air et le plaisir m'ont plu,
Et que mon livre porte à la foule future
Combien j'aimais la vie et l'heureuse nature."  Écrivait Anna de Noailles. Andrée sodenkamp, cette immense poète belge quasi-inconnue, écrivait à sa manière très terrienne et charnelle qu'elle nous porterait à travers ses poèmes "de beaux morceaux de corps".

Agnès est partie sans avoir eu le temps de rien. Je vais donc me laisser "à ceux qui se hasardent à chercher dans les mots l'ombre des pauvres morts" *.

Pour cela j'ai ouvert un blog-recu…