Accéder au contenu principal

Des Roses




J'ai aimé votre enfance.


J'ai aimé son flot sans heurt, sans remous, et pourtant joyeux, bondissant, clair comme celui d'un ruisselet entre quelques cailloux de printemps. Votre enfance fut vert doux comme un chaton d'avril.

Et les jours coulaient pareillement limpides, baignés d'une lumière qui ne faisait pas encore mal.

J'ai aimé vous tenir au jardin de mes bras. Mais vous y avez poussé jaune soucis, sous un soleil ambigu. Mes illusions avaient planté des roses.

Les tempêtes sont venues, passées, restées pour certaines, et je n'ai rien pu faire. Que recevoir la pluie, vous abriter entre mes bras. Ou du moins, tenter de vous garder au chaud, au sec.

L'eau m'a rempli ras les créneaux. L'enceinte s'est effritée, minée misère. Fatalité. Que peuvent mes bras d'amour contre toi ? Rien. Si ce n'est demeurer jusqu'à l'heure du tomber. Jusqu'à l'heure du tombeau. En restant forts, clos, ouverts, jardin, fontaine, forts, forts, forts.

Mon été au ventre fut frappé. Août est désormais deux fois nu dans sa chair si fragile, à peine garanti sous sa force léonine. Saura-t-il traverser tous les tourments qui restent avenir sans y laisser l'espoir et le rire? Que d'orages s'amoncellent, piaffant noirs et furieux à son ciel, les crocs découverts...

Reste Janvier, le front clair. Grand et droit, mais tendrement naïf. Cet hiver-là croit. Il jongle comme saltimbanque avec les jours de son futur. Il ne sait pas. Mais peut-être que si. Peut-être que les nuages l'épargneront.

"Femme, tu plantes encore des roses, réveille-toi."

J'ai aimé votre enfance. Elle perdure en moi et fait ma force. Mon terreau.L'éternelle nouveauté de l'amour.

Et, sais-tu, mes graines de roses sont devenues  des roses,
Sous l'apparence des soucis.


2008

Commentaires

  1. Que c'est beau !
    Merci Désirée pour ce magnifique texte.
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ecrit il y a longtemps mais toujours d'actualité. C'est vrai j'ai adoré l'enfance de mes deux enfants et j'aimerai souvent avoir une machine à remonter le temps pour aller serrer leur petit corps contre moi, fort, fort, rien qu'une fois. :)

      Supprimer
  2. Tes mots sont splendides, Dé, si poétiques, si profonds. Ils m'émeuvent car ils touchent ma fibre que je pense lire chez toi maternelle... te devinent fragile entre tes lignes si belles qui expriment tant le cheminement heureux, douloureux de la petite enfance perdurant, toujours, semée en graines de roses vers l'âge grandi devenu roses..... c'est très beau. Merci pour ce texte très fort...
    Douce semaine à toi.
    Bisous.
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Den. Oui maternelle je le suis, enveloppante sans clore toutefois. Accueillante, ils viennent vers moi quand ils le veulent, je ne leur impose rien, ils décident de leur vie et je leur souris. Tant pis s'ils font des erreurs c'est comme cela que l'on grandit.

      Bonne et agréable semaine à toi de même, bises :)

      Supprimer
  3. Un très beau texte qui me touche car je ressens pareil, tout pareil exactement...
    "J'ai aimé votre enfance. Elle perdure en moi et fait ma force. Mon terreau.L'éternelle nouveauté de l'amour." Si beau et tellement vrai !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je me doute que ce texte là puisse te toucher: par certains aspects nous nous ressemblons beaucoup ma chère "Ka'" :) Bise

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Fantasme et fantaisie

Imagine que ton plus grand fantasme ce soit de te voir servir au matin quand tu te réveilles, un énorme croissant - mais énorme hein, une viennoiserie maousse costaude - tout chaud, avec cette petite croûte dorée croustillante et cette senteur délicate, appétissante de beurre frais qui vient te chatouiller les narines, faire de tes glandes salivaires les chutes du Niagara ou du Zambèze (qui baise pas malgré son nom). Un fantasme si jouissif que tes papilles en fondent de désir tel le beurre dans la poêle à frire...

Bon. Imagine maintenant qu'un matin tu te réveilles parce qu'on sonne à ta porte. Tu ouvres et c'est ton fantasme (comment il a sonné? Avec l'une de ses "pointes" tiens pardi!) Tu es au bord de la pâmoison devant sa "chair" (c'est un croissant n'est-ce pas, pas une côte de boeuf!) soudain incarnée et il est tout comme tu l'avais imaginé: il sent bon et sa dorure te fait de l'oeil. Tu déglutis les chutes du Zambèze dans to…

Compte à rebours

Ô Mère.

Pendant qu'on t'assassine
pendant que tu râles à travers tous tes oiseaux,
tes baleines et tes lions,
pendant que disparaît ta musique d'abeilles,
que le silence tombe sur la Terre
comme sur un cimetière,
avec tous les autres, je fais bonne figure.

J'écris l'amour pour assécher le désespoir,
j'écris à mon coeur puisque c'est écrire au tien,
puisque nous sommes tous liés
- moutons noirs moutons bleus -
dans la même gerbe de blés tombée dans le feu.

Ô Mère, ma lumière avec toi s'éteint
Et je souris encore, pour protéger les miens.

Je porte le masque des jours glissants
rapides sous la faux,
et pour ne pas mourir trop vite
j'écoute de plus en plus souvent
ton chant toujours puissant en moi,
qui monte et fait de ma bouche un appeau.
Je suis bien trop petite pour être ton porte-voix,
mais je ne sais plus vivre
sans être vive de toi.


2017

Ce qui restera

Il y a un peu plus d'un an disparaissait l'une de mes plus anciennes amies de toile. Elle était poète et s’inquiétait de ce que deviendraient ses textes après elle. Quelques semaines avant son décès soudain elle s'en ouvrait encore à moi. Certes on peut toujours se dire que ce ne sont que des mots, mais en vérité c'est bien plus que ça.

"J'écris pour que le jour où je ne serai plus
On sache combien l'air et le plaisir m'ont plu,
Et que mon livre porte à la foule future
Combien j'aimais la vie et l'heureuse nature."  Écrivait Anna de Noailles. Andrée sodenkamp, cette immense poète belge quasi-inconnue, écrivait à sa manière très terrienne et charnelle qu'elle nous porterait à travers ses poèmes "de beaux morceaux de corps".

Agnès est partie sans avoir eu le temps de rien. Je vais donc me laisser "à ceux qui se hasardent à chercher dans les mots l'ombre des pauvres morts" *.

Pour cela j'ai ouvert un blog-recu…