Accéder au contenu principal

Ce qui restera



Il y a un peu plus d'un an disparaissait l'une de mes plus anciennes amies de toile. Elle était poète et s’inquiétait de ce que deviendraient ses textes après elle. Quelques semaines avant son décès soudain elle s'en ouvrait encore à moi. Certes on peut toujours se dire que ce ne sont que des mots, mais en vérité c'est bien plus que ça.

"J'écris pour que le jour où je ne serai plus
On sache combien l'air et le plaisir m'ont plu,
Et que mon livre porte à la foule future
Combien j'aimais la vie et l'heureuse nature."  Écrivait Anna de Noailles. Andrée sodenkamp, cette immense poète belge quasi-inconnue, écrivait à sa manière très terrienne et charnelle qu'elle nous porterait à travers ses poèmes "de beaux morceaux de corps".

Agnès est partie sans avoir eu le temps de rien. Je vais donc me laisser "à ceux qui se hasardent à chercher dans les mots l'ombre des pauvres morts" *.

Pour cela j'ai ouvert un blog-recueil à ciel ouvert. Il se trouve là et j'y dépose chaque jour des textes neufs ou anciens, enfin ce que je pense être un peu intéressant. Lui aussi s'appelle Le chant du Merle, il n'aurait pu se nommer autrement. C'est par-là. <cliclic


* Andrée encore...

Commentaires

  1. Quelle belle initiative, très touchante....

    Mais le blog est à accès réservé....?? Il faut te demander l'autorisation....
    Est-ce volontaire ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non c'est juste qu'il était fermé le temps des travaux. J'essaie des modules, des bout de codes et j'ai même dû supprimer ce blog et le remettre en place (je l'avais sauvegardé auparavant ^^) J'ai envie de faire un beau blog alors ça implique des essais et des erreurs ;) Mettre un blog qui va servir de recueil en privé ce serait absurde. Bise cher Alain

      Supprimer
  2. Comme AlainX, le blog que tu nous proposes est en accès réservé. Sinon; content que tu ais remis celui-ci à flot.

    RépondreSupprimer
  3. Oui, je me rappelle très bien ses poèmes. Elle écrivait vraiment très bien?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans point d'interrogation bien sûr. C'est une faute de frappe. Son blogue était en lien chez Feuilly et j'allais parfois la lire...

      Supprimer
    2. Agnès Schnell. Elle me manque. Sa disparition a été comme un coup de tonnerre...

      Supprimer
  4. Je suis ravie de voir rouvert ton espace.
    Et j'irai voir ton carnet d'or et de brins de fil...
    Merci chère Désirée pour ce cadeau.
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je voulais rajouter des modules et je me suis plantée. J'avais sauvegardé et j'ai pu tout remettre en place. Je crois que je ne vais rien tenter de plus pour le moment ^^ Ah si, j'aimerai bien des lettrines, c'est joli les lettrines pour commencer un texte...

      Bise Célestine

      Supprimer
    2. Je sais faire de belles lettrines.
      Je pourrais t'expliquer en privé si tu veux... ;-)
      Kiss
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. Sur Blogger ou dans openO? Tu vas rire, à Noël dernier mon fils m'a offert une tablette graphique de pro. Je ne l'ai pas encore mise en fonction...il faut vraiment que je la sorte du carton.

      Supprimer
  5. En tout cas, pour "parler chiffon", j'aime toujours autant votre blog si épuré et minimaliste qui laisse place aux texte et c'est ce dernier qui est le plus important. Vous ne trouvez pas ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est comme ça que je les aime les blogs: lisibles. Jean-François, à moins que cela ne vous ennuie, vous voulez bien me tutoyer? :) Je fais très attention au fond également, qui est gris clair plutôt que blanc, parce que gare à la luminosité qui blesse les yeux. J'ai vu des blogs par exemple noir sur fond rouge et j'avoue que ça me fait mal aux yeux. Alors je pense surtout à ceux et celles qui me font l'amitié de venir jusqu’ici et de me lire quand je crée un blog.

      Bonne journée Jean-François :)

      Supprimer
  6. Bonjour Dé !
    Quel plus bel hommage à rendre à ton amie poète que de perpétuer sa mémoire d’une manière ou d’une autre. Merci pour elle. Je découvre ses textes avec plaisir. Écouter deux Merles chanter, quel bonheur ! Merci aussi de m’avoir invité à te lire ici. Le silence de ce Merle-là me pesait déjà tout particulièrement !
    Je t’embrasse.
    David

    RépondreSupprimer
  7. Hihi David, non non ce sont bien mes textes qui sont là-bas, pas ceux d'Agnès, je ne me permettrais pas. Ce n'est pas parce qu'elle n'a pas eu le temps de pérenniser son oeuvre (elle a publié de nombreux recueils cependant) que je dois le faire à sa place. Surtout qu'elle aimait ses textes comme ses petits et avait des idées bien arrêtées sur la manière de les publier etc. Donc non, je ne me permettrai pas d'en disposer. Mais j'ai effectivement un texte qu'elle m'avait offert et auquel j'avais répondu, tu fais bien d'en parler: je vais les publier. ;)

    Bises!

    RépondreSupprimer
  8. Désolé, ça m'apprendra à lire trop vite ;-)
    Cela n'enlève rien à l'hommage cependant.
    Ni au double plaisir de t'écouter chanter :-)

    RépondreSupprimer
  9. Une bonne idée Dé, un bel hommage à Agnès... mais où puis-je lire ses textes ?
    merci à toi.
    Douce journée.
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Agnès avait crée un petit site où on peut lire quelques uns de ses textes il est en lien dans la blogroll. Le blog que je viens de créer c'est un recueil à ciel ouvert de mes textes à moi, je ne me permettrai pas d'emprunter les poèmes d'Agnès pour en faire quoi que ce soit: elle tenait beaucoup à garder la main sur ce qu'elle écrivait, ce n'étaient pas de simples textes pour elle, c'était important.

      Supprimer
    2. Merci pour ta réponse, Dé.
      Den

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Fantasme et fantaisie

Imagine que ton plus grand fantasme ce soit de te voir servir au matin quand tu te réveilles, un énorme croissant - mais énorme hein, une viennoiserie maousse costaude - tout chaud, avec cette petite croûte dorée croustillante et cette senteur délicate, appétissante de beurre frais qui vient te chatouiller les narines, faire de tes glandes salivaires les chutes du Niagara ou du Zambèze (qui baise pas malgré son nom). Un fantasme si jouissif que tes papilles en fondent de désir tel le beurre dans la poêle à frire...

Bon. Imagine maintenant qu'un matin tu te réveilles parce qu'on sonne à ta porte. Tu ouvres et c'est ton fantasme (comment il a sonné? Avec l'une de ses "pointes" tiens pardi!) Tu es au bord de la pâmoison devant sa "chair" (c'est un croissant n'est-ce pas, pas une côte de boeuf!) soudain incarnée et il est tout comme tu l'avais imaginé: il sent bon et sa dorure te fait de l'oeil. Tu déglutis les chutes du Zambèze dans to…

Fille du non-vouloir

Petit haricot de cellules tourbillonnantes qui a grandit dans un océan de larmes en guise de liquide amniotique, voilà le fond de tristesse qui clapote en son âme. A travers l'épaisseur de la chair a t'elle senti les coups ? Par le cœur de sa mère a t'elle entendu les injures ? « Putain » disaient-ils en choeur en insultant une vierge. Enceinte certes, mais vierge.
Le secret dévoilé au bout de tant d'années d'incompréhension et de douleur. L'ignorance des jeunes de cette époque-là, tout se résumait à cela. Parce qu'on ne parlait pas de « ça » en ce temps-là.

Quarante ans de bagne à traîner un boulet plus gros qu'elle.

Et tout enfin, se mettait en place, toutes les pièces du puzzle. Tous les détails s'assemblaient pour dresser le portrait de la bêtise crasse. Le regard bleu glacé de colère méchante du père, comme une guerre froide face à l'innocence de ce petit visage. Son cœur à elle qui ne comprenait pas pourquoi. Et qui tentait encore et …

Souffle

Et puis il y a des relations étranges, rares, où c'est beaucoup plus qu'un lien qui se noue. Des relations qui sont des évidences, une reliance que l'on perçoit en soi très profondément. Et dont on arrive pas à se défaire. C'est bien au-delà du corps, c'est un noeud de l'âme.

Avec cette personne (parce qu'elle est unique) vous pouvez enfin PARLER. De ce dont vous ne pouvez pas parler avec les autres, tous les autres. Même ceux qui vous sont proches. La relation pourtant est difficile, perturbée par les blessures de l'un et de l'autre. Jusqu'au moment où le parasitage est trop important, trop prégnant, que le doute s'insinue et pour retrouver la paix vous vous réfugiez dans l'absence. De là vous continuez à parler à cette âme-soeur parce que le dialogue ne peut plus s'interrompre dans cette vie. Vous lui parlez à travers les poèmes, vous lui parlez d'air et d'eau, de lumière. Vous quittez votre "petit véhicule" pour…