Accéder au contenu principal

Fils



Il y a des anges sur tes épaules. Je le sais parce qu'ils illuminent ton visage par moment. Sur ton front c'est comme un ciel qui s'éclaircit. Le soleil apparaît d'un coup. Tu es tellement beau quand tu ris. Je retrouve l'enfant que tu étais, ce petit disparu que ma mémoire berce encore.

Il y a des anges sur tes épaules. Une escouade de sacrés gaillards et qui bataillent ferme pour te protéger. Je vois bien que tu es chanceux. Ou peut-être que tu es juste intelligent et un fieffé roué. Sans doute un peu des deux. Je ne sais toujours pas si tu es réellement intelligent ou si tu as seulement l'art de le paraître. Je devrai peut-être me souvenir que ton institutrice au primaire avait prédit que tu serais ingénieur, elle planifiait déjà ton orientation alors que tu n'avais pas dix ans. Et tu l'es devenu. Simplement.

Je ne sais pas si je suis "fière" de toi, mais je sais que te regarder est un bonheur. Je sais que te regarder me remplis d'une grande joie.

Je ne sais rien de ta vie. Je ne sais pas qui tu vois, je ne sais pas si tu aimes. Tu as toujours été si discret. Tu nous faisais savoir l'essentiel par des chemins détournés, en utilisant les bavards comme facteurs. Ta première expérience intime à seize ans avec celle qui faisait sa première expérience intime, tu l'as confié à quelqu'un dont tu savais pertinemment qu'il était incapable de taire un secret. Et de fait très vite nous avons su, nous n'en avons rien dit. Il y a ce silence tacite entre nous tous, nous quatre. Nous faisons du silence au milieu de gens très bruyants avec un sourire de Bouddha.

Cet été je regardais ton visage, ton front. Il a encore ce bombé émouvant de l'enfance et cette peau d'une rare délicatesse, au grain si fin. Il y a ces détails qui relient l'homme à l'enfant, la peau, la forme des sourcils, la fossette au menton et l'orpheline sur ta joue qui rit. J'adore quand tu ris. J'ai des souvenirs mémorables de ces longs trajets vers le Cantal et de fous rires pour un rien, une chanson un peu tarte entendue à la radio déclenchait notre hilarité. Tu as ce trait de caractère de mon père qui était très caustique, en plus gentil. Tu ne te moques jamais pour blesser, tu mets du rire tendre dans les petites choses que tu pointes.

Il y a des anges sur tes épaules, je les vois s'amuser au fond de tes yeux.

Dans un mois tu reviens à la maison. Tu quittes ton travail qui ne t'apporte rien que des sous, tu vends tes meubles et tu pars à l'aventure. L'Islande pour une visite d'abord, puis peut-être un an ou deux sur place si le pays te plait. Je ne dis rien, j'espère que tu ne partiras pas trop loin mais je ne dirai rien. Je te laisse libre, je fais confiance à ton intelligence depuis toujours parce que tu m'as prouvé que c'était possible.

Et puis quelle que soit ta destinée, il y a des anges sur tes épaules, et ceux-là -comme moi- ne te laisseront jamais tomber.

Commentaires

  1. Ah l'amour d'une maman, il est sans borne. Même si les choix de ce dernier la font souffrir. Comme disait Ste Jeanne de Chantal, qui avait été mariée avant de fonder l'ordre de la Visitation:"Les douleurs de l'enfantement, durent toute une vie".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui l'amour d'une mère peut être sans borne. Mais il n'est pas automatique, l'instinct maternel n'existant pas. Il y a aussi des mères excessives, dévorantes, sclérosantes, abusives.

      J'essaie d'être au plus juste de la bonne mesure. Cela semble porter ses fruits :)

      Supprimer
  2. Quel beau regard tu portes sur ton fils, et cette relation pleine d'affection pudique.
    Ce fils a de la chance d'avoir une mère comme toi.
    Il part bientôt pour l'Islande.... Ma fille par dans l'océan Indien… pour deux ou trois ans, elle aussi.
    Nos enfants d'aujourd'hui sont de grands voyageurs !…
    L'avenir est à eux, nous leur donnons toute la place.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'aime, je lui dis que je l'aime parce que je ne lui ai pas assez dit par le passé et qu'il en a douté. Sa soeur a pris beaucoup de place tu l'imagines et parfois, comme il était en bonne santé, qu'il réussissait, nous l'avons sans doute un peu oublié. Nous ne nous faisions pas de soucis pour lui. Je mesure aujourd'hui l'étendue des dégâts et je ne suis pas certaine que le manque qu'il a pu ressentir plus jeune puisse se "rattraper". Mais je veux qu'il sache combien il m'est précieux et combien je l'aime.

      Bonne journée mon ami :)

      Supprimer
  3. Quelle belle image que ces « anges sur les épaules»
    C'est magnifique. Et doux à ressentir, quand on n'a qu'à laisser ruisseler son coeur de mère.
    J'ai vu mes fils quand tu parles du tien. Et cela tisse par dessus les nuages une belle attache.
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai lu un jour sur le net une personne qui affirmait que nous avions trois anges et trois démons sur les épaules et qu'ils se combattaient constamment. Nos petits anges doivent triompher. Il y a peu de mal chez mon fils, je le vois. C'est malgré son intelligence un grand naïf en ce qui concerne les rapports humains. Je l'aime avec ses failles, sa petite vanité qui dit sa fragilité.

      Bisous Célestine :)

      Supprimer
  4. Tes mots pour ton enfant sont des images splendides Dé, si douillets, si mélodieux, si profonds...si aimants... merci, vraiment..
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci dame Den, merci à toi de passer et de laisser des traces si gentilles de ton passage :)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Fantasme et fantaisie

Imagine que ton plus grand fantasme ce soit de te voir servir au matin quand tu te réveilles, un énorme croissant - mais énorme hein, une viennoiserie maousse costaude - tout chaud, avec cette petite croûte dorée croustillante et cette senteur délicate, appétissante de beurre frais qui vient te chatouiller les narines, faire de tes glandes salivaires les chutes du Niagara ou du Zambèze (qui baise pas malgré son nom). Un fantasme si jouissif que tes papilles en fondent de désir tel le beurre dans la poêle à frire...

Bon. Imagine maintenant qu'un matin tu te réveilles parce qu'on sonne à ta porte. Tu ouvres et c'est ton fantasme (comment il a sonné? Avec l'une de ses "pointes" tiens pardi!) Tu es au bord de la pâmoison devant sa "chair" (c'est un croissant n'est-ce pas, pas une côte de boeuf!) soudain incarnée et il est tout comme tu l'avais imaginé: il sent bon et sa dorure te fait de l'oeil. Tu déglutis les chutes du Zambèze dans to…

Fille du non-vouloir

Petit haricot de cellules tourbillonnantes qui a grandit dans un océan de larmes en guise de liquide amniotique, voilà le fond de tristesse qui clapote en son âme. A travers l'épaisseur de la chair a t'elle senti les coups ? Par le cœur de sa mère a t'elle entendu les injures ? « Putain » disaient-ils en choeur en insultant une vierge. Enceinte certes, mais vierge.
Le secret dévoilé au bout de tant d'années d'incompréhension et de douleur. L'ignorance des jeunes de cette époque-là, tout se résumait à cela. Parce qu'on ne parlait pas de « ça » en ce temps-là.

Quarante ans de bagne à traîner un boulet plus gros qu'elle.

Et tout enfin, se mettait en place, toutes les pièces du puzzle. Tous les détails s'assemblaient pour dresser le portrait de la bêtise crasse. Le regard bleu glacé de colère méchante du père, comme une guerre froide face à l'innocence de ce petit visage. Son cœur à elle qui ne comprenait pas pourquoi. Et qui tentait encore et …

Souffle

Et puis il y a des relations étranges, rares, où c'est beaucoup plus qu'un lien qui se noue. Des relations qui sont des évidences, une reliance que l'on perçoit en soi très profondément. Et dont on arrive pas à se défaire. C'est bien au-delà du corps, c'est un noeud de l'âme.

Avec cette personne (parce qu'elle est unique) vous pouvez enfin PARLER. De ce dont vous ne pouvez pas parler avec les autres, tous les autres. Même ceux qui vous sont proches. La relation pourtant est difficile, perturbée par les blessures de l'un et de l'autre. Jusqu'au moment où le parasitage est trop important, trop prégnant, que le doute s'insinue et pour retrouver la paix vous vous réfugiez dans l'absence. De là vous continuez à parler à cette âme-soeur parce que le dialogue ne peut plus s'interrompre dans cette vie. Vous lui parlez à travers les poèmes, vous lui parlez d'air et d'eau, de lumière. Vous quittez votre "petit véhicule" pour…