Accéder au contenu principal

Et fermer les yeux





Ciselures dentelles,
de givre.
Guirlandes graciles,
accrochées aux branches roussies
de la moustache,
comme à celles des sapins,
cadavres qui feront le trottoir
après Noël.
L'hiver me pare
de sa beauté mortelle.
Ciselures légères,
de gel,
qui s'ancrent et demeurent
à chaque crevasse, sillons mal rasés
de la gueule ravinée
par un alcool d'oubli.
Fausse chaleur, maigre sursis
aux veines, roule péniblement un sang bleui.

Je meurs sans bruit indigne,
rien ne doit déranger la très sainte famille.

Pour mon repos, la mort a fait ses bras tranquilles.
La neige est plume sur le pavé
j'y sommeille comme un enfant
et doucement vagit.




2007


Commentaires

  1. Tu est terriblement interpellante quand tu t'y mets…
    et tu t'y mets souvent…

    j'en tremble de nos indifférences glacées noyées dans nos vins chauds…
    :-(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je sais. Depuis l'appel de l'Abbé Pierre pas grand chose n'a changé, peut-être à dessein...mais peut-être que je vois les politiques plus machiavéliques qu'ils le sont. Ou pas.

      Tendresse mon ami :)

      Supprimer
  2. La beauté implacable de ton texte pour décrire l'horreur de la mort sociale.
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est cela même chère Célestine: une mort sociale. J'ai entendu quasiment les mêmes mots dans la bouche de gens qui analysaient les sanctions ourdies contre les parents qui ne veulent pas faire vacciner leurs enfants avec ces 11 valences obligatoires: ces enfants ne seront accueillis nulle part, ni en crèche, ni à l'école et partout où on vous demande d'être piqué comme un veau (attention je ne suis pas contre la vaccination mais contre l'abus de vaccins douteux à des fins mercantiles) Le journaliste a parlé d'exclusion sociale. L'expression m'a glacée. Quelle horrible mesure de rétorsion, perverse, indigne du pays des Droits de l'Homme où ils se réduisent à peau de chagrin chaque jour un peu plus...

      Supprimer
  3. Je ressors transie de cette lecture. Notre monde est froid. Mais il y a de la chaleur, ici et là. J'ose encore espérer!?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'espoir heureux qu'il nous en reste un peu. Mais est-ce suffisant?

      Supprimer
  4. Un de tes poèmes les plus percutants... Très fort.
    Je t'avouerai que depuis le jour où je l'ai lu pour la première fois, il s'impose de lui-même dans ma petite tête les soirs de grand gel.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il me revient chaque fois que la neige tombe, que les températures deviennent polaires. Et chaque soir quand je me glisse entre mes draps blancs. Je pense alors au luxe dont je jouis d'avoir un lit, des draps propres et un toit sur ma tête...bise mon amie

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Fille du non-vouloir

Petit haricot de cellules tourbillonnantes qui a grandit dans un océan de larmes en guise de liquide amniotique, voilà le fond de tristesse qui clapote en son âme. A travers l'épaisseur de la chair a t'elle senti les coups ? Par le cœur de sa mère a t'elle entendu les injures ? « Putain » disaient-ils en choeur en insultant une vierge. Enceinte certes, mais vierge.
Le secret dévoilé au bout de tant d'années d'incompréhension et de douleur. L'ignorance des jeunes de cette époque-là, tout se résumait à cela. Parce qu'on ne parlait pas de « ça » en ce temps-là.

Quarante ans de bagne à traîner un boulet plus gros qu'elle.

Et tout enfin, se mettait en place, toutes les pièces du puzzle. Tous les détails s'assemblaient pour dresser le portrait de la bêtise crasse. Le regard bleu glacé de colère méchante du père, comme une guerre froide face à l'innocence de ce petit visage. Son cœur à elle qui ne comprenait pas pourquoi. Et qui tentait encore et …

Des mots qui volent tout seuls...

Si j'avais dû voler des mots, j'aurais volé ceux de Christian (Bobin) ou ceux de Andrée (Sodenkamp) qui m'ont si bien nourris,  et ceux de quelques autres qui m'ont un jour transpercée, puis ont fait en moi des petits.

J'aurais volé des mots étincelants de lumière, aussi beaux que le matin. J'aurais volé la profondeur et l'altitude, j'aurais volé la clarté et le sens.

Mais plutôt que des mots si j'avais dû voler quelque chose, j'aurais volé un coeur.

Voire, une âme.

Mais je n'ai jamais rien volé. Si j'ai volé quelqu'un ce n'est que moi-même. Ma muse c'est moi. C'est ma voix intérieure. Rien ne me vient de l'extérieur que je n'ai ré-inventé, re-crée. Cela me parait tellement évident. On ne parle jamais que d'un autre que l'on invente, interprète, un autre déformé, un Autre autre. Comme l'écrivait Christian Bobin: "L'homme dont je parle dans mes livres n'existe pas". De même, l'hom…

D'un monde à l'autre

J'ai rêvé de Paul cette nuit.

Mes parents m'annonçaient cette incroyable nouvelle:  Paul était à nouveau vivant!

A nouveau j'avais dix-sept ans. Je courais chez lui le coeur battant, sonnais à la porte de la maison rose de ses parents. Cécilia, sa soeur, m'ouvrait. Elle rayonnait: "Oui, c'était bien vrai, Paul était de retour parmi nous." C'était un miracle. Un vrai miracle.

Puis Paul passait derrière sa soeur, me souriait sans s'arrêter. Sans me reconnaître.

L'incrédulité et la stupeur, une joie, un espoir immense m'envahissaient alors. Une affreuse angoisse aussi. Quelque chose avait changé. C'était pourtant bien Paul. Ses boucles châtains se balançaient encore de chaque côté de son beau visage qu'aucun gros fil chirurgical ne raccommodait pour le rendre présentable à ceux qui avaient eu la lourde tâche de lui survivre. Son sourire était ce même sourire irrésistible que celui "d'avant". Paul souriait et le monde ro…