Fantasme et fantaisie



Imagine que ton plus grand fantasme ce soit de te voir servir au matin quand tu te réveilles, un énorme croissant - mais énorme hein, une viennoiserie maousse costaude - tout chaud, avec cette petite croûte dorée croustillante et cette senteur délicate, appétissante de beurre frais qui vient te chatouiller les narines, faire de tes glandes salivaires les chutes du Niagara ou du Zambèze (qui baise pas malgré son nom). Un fantasme si jouissif que tes papilles en fondent de désir tel le beurre dans la poêle à frire...

Bon. Imagine maintenant qu'un matin tu te réveilles parce qu'on sonne à ta porte. Tu ouvres et c'est ton fantasme (comment il a sonné? Avec l'une de ses "pointes" tiens pardi!) Tu es au bord de la pâmoison devant sa "chair" (c'est un croissant n'est-ce pas, pas une côte de boeuf!) soudain incarnée et il est tout comme tu l'avais imaginé: il sent bon et sa dorure te fait de l'oeil. Tu déglutis les chutes du Zambèze dans ton estomboule qui fait glou-glou. L'oeil gourmand tu le fais entrer, l'invites à prendre place dans ton lit pendant que tu vas faire le thé.

Et puis arrive ce qui doit arriver, tu t'en bouloches un morceau. Et là, la bouche pleine (image érotique en diable) tu reviens à la dure réalité (image érotique en diable bis).

Deux options et toutes les deux catastrophiques.

Soit il est tout à fait ce que tu IMAGINAIS et tu te l'engloutis aussi sec, tu t'y plonges même avec délice, t'enfouis comme un blaireau dans sa brioche bien cuite, y fait le crawl et de l'apnée, tout en sachant que tu vas prendre dix kilos sur le bide et les fesses, que ton cholestérol va désormais s'appeler Hillary (celui de l'Everest, tu suis bon sang!) et que tu peux juste oublier tes petits jeans serrés. Un désastre ma chéwwwwieeeee!

Soit il n'est pas ce que tu IMAGINAIS. A la première bouchée tu as senti un petit goût de rance de vieux beurre éclairci, et pis la mie est un peu sèche, pas aussi moelleuse que tu attendais, la croûte tombe toute seule, bref tu t'es fait refiler un croissant de supermarché.Du coup les chutes du Zambèze dans ta bouche ça devient le Sahel et tu sais pas comment te débarrasser de lui sans le blesser (en plus tu culpabilises à mort parce que le gaspillage alimentaire du coup, a pris trois points vu la taille du machin) Déjà que tu lui as donné de l'espoir en t'en cognant une bouchée...

Bref, tout ça pour dire que les fantasmes, à part si on rêve de Brad et Angelina (et encore!) on a pas forcément l'envie de les voir à sa porte un matin. Le rêve c'est ce qui nous aide à voler, les fantasmes ne sont que création de notre esprit, pas plus pas moins. Pourquoi y aurait-il nécessité à les concrétiser au risque d'être très déçu? Je n'en vois pas l'intérêt.

Je préfère rêver à mon croissant et que coulent encore les chutes du Zambèze.

7 commentaires:

  1. Ouiiiiiiiiiii !!
    :-D
    C'est tout à fait ça…
    comme disait Madame Psyka Nalist : que les dieux du ciel, de la terre et des enfers, nous préservent de réaliser nos fantasmes…
    Nous entrerions dans le malheur !

    Cela m'a rappelé ma propre histoire de croissant(e) qui s'appelait Nathalie et j'avais 18 ans.
    Elle était tellement… et aussi… et puis là, elle avait… et là encore… je rêvais nuit et jour et jour et nuit.
    Et puis lorsque croissant(e) s'offrit à une dégustation gratuite quoiqu' incomplète…
    c'est alors que… sa peau… ah ! Sa peau !…
    .... une senteur… que dis-je une odeur… comment dire… entre cimetière et formol…
    mon fantasme claqua comme éclate une bulle de chewing-gum qui vous dévaste le visage…
    :-))
    ( c'était la séquence confidences intime et Hollywood chewing-gum)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ça, il y a des"détails" qui nous font fuir effectivement. J'ai souvenir d'un garçon très beau qui me faisait la cour comme on disait en mon jeune temps mais qui avait pour cause de clopes une haleine de chien crevé. Et ça, ça pouvait pas le faire! Le nez est bien plus délicat que le coeur je crois, ou alors c'est qu'on aimait peut-être pas vraiment. Parce que bon quand on est vraiment entiché on passe par-dessus tout un tas de petits aléas quels qu'ils soient.
      Madame Nalist a tout à fait raison. Car si comme nous l'enseigne le Maître Touchpa Monprékaré ce qui importe ce n'est pas la destination mais le chemin, là ce qui est important n'est pas la réalisation du fantasme mais le fantasme lui-même. ;)

      Bises et belle nativité à toi mon ami Alain :*

      Supprimer
  2. Les rares fois où j'ai voulu réaliser un fantasme, j'ai été déçue...
    Alors oui, je plussoie. Les rêves restent les rêves. Et la vie s'en nourrit simplement...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je plussoie à mon tour (ça fait combien au total? Plus plus? Je suis nulle en maths, une catastrophe ambulante avec les chiffres ^^) C'est vrai qu'il faut prendre garde parce qu'effectivement le fantasme ça peut être cause d'obésité tant c'est nourrissant. C'est de la crème double, du chocolat praliné, du reblochon sur la raclette et le saucisson cette histoire-là. Faut faire gaffe à ses hanches et ses gambettes hihi ;)

      Pour moi le fantasme c'est des violettes sur mon coeur, une rose dans la tête. J'écris avec.

      Des bises pour toi chère Célestine, Bonnes Fêtes

      Supprimer
  3. Bonjour Dé !
    Le propre du fantasme n’est-il pas justement d’être du domaine de l’imaginaire et du rêve ? Autrement dit, réaliser un fantasme c’est comme le détruire et c’est forcément décevant. Quels qu’ils soient, je préserve précieusement mes fantasmes ;-) Ce qui est très excitant dans le fantasme, ce qui le transcende, c’est de sans cesse espérer le réaliser, mais sans jamais y parvenir. Et le plus étonnant est que cet échec perpétuel, savamment entretenu, n’est pas du tout frustrant, bien au contraire !
    Merci en tout cas pour cet excellent croissant avec lequel je me suis régalé, pour une fois sans culpabiliser pour ma ligne :-)
    Bises fantasmées :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah vui David, bien sûr que j'approuve totalement ta première phrase. Et la suivante. Et la suivante. Et la suivante. Je me récapépéte.

      Je prends tes bises fantasmées et t'en retourne une bonne lampée :*

      Bonnes Fêtes cher David

      Supprimer
  4. Ah Désirée ! Il faut pourtant bien ...manger ;) assouvir cette faim ...dévorante sous peine de s'auto-alimenter. Plein de lumières pour toi (mais j'en vois déjà quelques unes allumées[image érotique en diable ter ;) ] ici autour de toi)

    RépondreSupprimer