Accéder au contenu principal

D'un monde à l'autre




J'ai rêvé de Paul cette nuit.

Mes parents m'annonçaient cette incroyable nouvelle:  Paul était à nouveau vivant!

A nouveau j'avais dix-sept ans. Je courais chez lui le coeur battant, sonnais à la porte de la maison rose de ses parents. Cécilia, sa soeur, m'ouvrait. Elle rayonnait: "Oui, c'était bien vrai, Paul était de retour parmi nous." C'était un miracle. Un vrai miracle.

Puis Paul passait derrière sa soeur, me souriait sans s'arrêter. Sans me reconnaître.

L'incrédulité et la stupeur, une joie, un espoir immense m'envahissaient alors. Une affreuse angoisse aussi. Quelque chose avait changé. C'était pourtant bien Paul. Ses boucles châtains se balançaient encore de chaque côté de son beau visage qu'aucun gros fil chirurgical ne raccommodait pour le rendre présentable à ceux qui avaient eu la lourde tâche de lui survivre. Son sourire était ce même sourire irrésistible que celui "d'avant". Paul souriait et le monde rougissait en battant des cils et du coeur.

C'était bien Paul. Mais un autre Paul, un garçon sans mémoire. Une enveloppe vide, vierge. Le corps de Paul sans Paul dedans.

Je l'approchais et lui parlais, espérant encore être reconnue. Il ne pouvait pas m'avoir oublié, pas moi! Mais ce Paul souriant et doux n'était pas celui que j'avais connu. Il était sans charme, sans passion, sans joie. Paul n'était pas calme, il était la Vie même, pétillante, musicale, agitée.

Alors au creux du rêve mon coeur se brisait une seconde fois, encore plus douloureusement que la première. Je voyais tous ses proches faire semblant, être heureux malgré tout, prêts à croire à cette mascarade pour peu que Paul soit à nouveau vivant. Mais Paul était bien mort, un an auparavant.

Et rien ne pouvait changer cela. Pas même tout notre amour.

Commentaires

  1. Un rêve, un cauchemar, une allégorie ...En tout cas, un très beau texte, avec ta manière très personnelle de parler des thèmes éternels.
    Bravo Désirée
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour ma belle Célestine, on fait de rôles de rêves parfois. J'espère juste que je ne retiens pas Paul et que je ne l'empêche pas d'aller où il doit...

      Bises terriennes

      Supprimer
    2. "Drôles"...quel bizarre lapsus n'est-ce pas? ;)

      Supprimer
    3. Oui un lapsus étonnant !
      Bisous ma belle
       •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  2. Quel cauchemar, Dé.. même si au début de ton texte, tu as eu la joie de le retrouver vivant Paul... mais ce n'est plus le même... Quel malaise tu as dû ressentir en te réveillant, et que de questions à son encontre, sur la vie, la mort, l'au-delà, ce que l'on croit, ce que l'on imagine ! tant de symboles dans ton écrit, qui sont une autre manière de dire.
    Merci et bisous.

    RépondreSupprimer
  3. Paul était le grand amour de ma vie. Il est décédé à l'aube de ses vingt ans, j'en avais dix-sept. C'était le frère de ma meilleure amie et elle n'a jamais rien su de mes sentiments. Ou peut-être qu'elle l'a compris, Paul faisait le show chaque fois que j'étais là. Un jour il a pris sa guitare électrique et a massacré "let it be" pour me faire rire. Il chantait souvent pour moi. Il était tellement adorable...Depuis quarante ans qu'il est parti, il est pourtant toujours présent. Dans mes rêves. Mais peut-être qu'il est temps de le laisser disparaître...

    Bises chère Den, merci d'être passée

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Fantasme et fantaisie

Imagine que ton plus grand fantasme ce soit de te voir servir au matin quand tu te réveilles, un énorme croissant - mais énorme hein, une viennoiserie maousse costaude - tout chaud, avec cette petite croûte dorée croustillante et cette senteur délicate, appétissante de beurre frais qui vient te chatouiller les narines, faire de tes glandes salivaires les chutes du Niagara ou du Zambèze (qui baise pas malgré son nom). Un fantasme si jouissif que tes papilles en fondent de désir tel le beurre dans la poêle à frire...

Bon. Imagine maintenant qu'un matin tu te réveilles parce qu'on sonne à ta porte. Tu ouvres et c'est ton fantasme (comment il a sonné? Avec l'une de ses "pointes" tiens pardi!) Tu es au bord de la pâmoison devant sa "chair" (c'est un croissant n'est-ce pas, pas une côte de boeuf!) soudain incarnée et il est tout comme tu l'avais imaginé: il sent bon et sa dorure te fait de l'oeil. Tu déglutis les chutes du Zambèze dans to…

Fille du non-vouloir

Petit haricot de cellules tourbillonnantes qui a grandit dans un océan de larmes en guise de liquide amniotique, voilà le fond de tristesse qui clapote en son âme. A travers l'épaisseur de la chair a t'elle senti les coups ? Par le cœur de sa mère a t'elle entendu les injures ? « Putain » disaient-ils en choeur en insultant une vierge. Enceinte certes, mais vierge.
Le secret dévoilé au bout de tant d'années d'incompréhension et de douleur. L'ignorance des jeunes de cette époque-là, tout se résumait à cela. Parce qu'on ne parlait pas de « ça » en ce temps-là.

Quarante ans de bagne à traîner un boulet plus gros qu'elle.

Et tout enfin, se mettait en place, toutes les pièces du puzzle. Tous les détails s'assemblaient pour dresser le portrait de la bêtise crasse. Le regard bleu glacé de colère méchante du père, comme une guerre froide face à l'innocence de ce petit visage. Son cœur à elle qui ne comprenait pas pourquoi. Et qui tentait encore et …

Souffle

Et puis il y a des relations étranges, rares, où c'est beaucoup plus qu'un lien qui se noue. Des relations qui sont des évidences, une reliance que l'on perçoit en soi très profondément. Et dont on arrive pas à se défaire. C'est bien au-delà du corps, c'est un noeud de l'âme.

Avec cette personne (parce qu'elle est unique) vous pouvez enfin PARLER. De ce dont vous ne pouvez pas parler avec les autres, tous les autres. Même ceux qui vous sont proches. La relation pourtant est difficile, perturbée par les blessures de l'un et de l'autre. Jusqu'au moment où le parasitage est trop important, trop prégnant, que le doute s'insinue et pour retrouver la paix vous vous réfugiez dans l'absence. De là vous continuez à parler à cette âme-soeur parce que le dialogue ne peut plus s'interrompre dans cette vie. Vous lui parlez à travers les poèmes, vous lui parlez d'air et d'eau, de lumière. Vous quittez votre "petit véhicule" pour…