Sur la route de Madison



Je ne l'avais jamais vu. Quel beau film...Quel questionnement.

Et quelle extraordinaire actrice que Meryl Streep. On vit avec elle son déchirement dans cette scène éblouissante d'intensité où de sa voiture elle aperçoit Robert sous la pluie. Cette minute où sans un mot s'échange la puissance de leur amour. Comme elle est brave à côté d'un époux qui ne se doute de rien, qui ne voit rien. Oui, on éprouve avec elle les longues secondes, une éternité, pendant laquelle Robert dans sa voiture à l'arrêt l'attend, l'espère, et que sa main à elle est crispée sur la poignée de sa portière. Le feu stop clignote, bat aussi rouge que son coeur. Jaillira, jaillira pas de sa prison mentale pour retrouver l'amour de sa vie? Éprouvant. Les larmes aux yeux, la gorge serrée. Vas-y bon sang, vas-y!

Tout en comprenant parfaitement pourquoi elle demeure dans la voiture auprès de son pâle mari qui ne lui a jamais fait de mal mais qui lui fait si peu de bien aussi. Pourquoi elle reste dans une relation qui l'éteint peu à peu. L'enfer du devoir? Pas seulement, ce serait trop simple. Goût du sacrifice? Ce serait trop simple aussi. La grandeur d'âme plus sûrement, la volonté de ne pas blesser ceux qu'on aime. Quel qu'en soit le prix...


5 commentaires:

  1. Cette scène que tu décris, je ne la vois jamais sans une très grande émotion. Et pourtant, j'ai vu le film plusieurs fois.
    Rester auprès des siens, malgré tout, quitte à s'oublier. C'est ce qu'on appelle de la grandeur d'âme, sans doute. Bonne suite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Dédé, oui moi aussi je suis transpercée, je "vis" beaucoup les films que je regarde, c'est pourquoi je ne regarde jamais de film violent ou d'horreur. J'imagine que beaucoup pensent que Francesca a fait une erreur monumentale en demeurant auprès de sa famille, qu'elle aurait dû partir, vivre sa passion. Peut-être a t'elle préféré la facilité, la routine plutôt que l'imprévu, on pourrait le penser. Je crois que c'est bien au-delà...

      Bonne journée Dédé :)

      Supprimer
  2. Un film culte. Je l'ai adoré, bien qu'il soit déchirant, en effet.
    Je trouve que ton interprétation sur la grandeur d'âme est très juste.
    Merci pour ces mots qui tombent pile à un moment de ma vie où je flotte un peu.
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je ne crois pas que Francesca reste auprès de son époux par esprit de "sacrifice". De toutes évidences elle a une grande tendresse pour lui (on le perçoit quand devenus vieux elle lui donne ses médicaments alors qu'il est alité). A mon sens notre coeur est vaste et il peut loger plus d'un amour...

      Bisou ma douce Célestine

      Supprimer
  3. Le mot passion est issu du verbe patior, signifiant « souffrir, éprouver, endurer »... assurément, c'est ce qu'elle éprouve. Pour moi tout ce qui empêche de goûter la joie inhérente à l'être ne peut être qu'illusion. Le meilleur choix est toujours celui qui rapproche le plus de cette Joie à l'intérieur. Souffrir est une perte de temps. kéa

    RépondreSupprimer