Accéder au contenu principal

Absente pour être présente





On n'écrit que dans le silence, la solitude.
Tout fracas couvre l'infime voix intérieure.
Ce ruissellement de l'âme qui est la trame
Du poème...


Tout ça pour dire que repliée sur moi-même
J'écris en suivant patiemment les innombrables fils qui se présentent. Deux axes. Ecrire par défi un recueil de poésies érotiques (c'est mon côté Vian qui "chie au nez ^^) et un second très différent, à propos de la vie, la mort, la vie. Une exploration "de profundis"  Voilà à bientôt, chez vous :)

Commentaires

  1. Bonjour Dé,
    Quel plaisir de savoir que tu écris ! Je suis si impatient de te lire comme tu t’en doutes ! Le menu de tes plats étoilés, lentement composés sur piano à deux mains, note après note salée-sucrée ou épicée, dans le secret de ton office, me met l’eau à la bouche. Je suis un incorrigible gourmand et tu me tiens par les condiments :-)
    Bon courage !
    Bises.
    David

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. David...j'espère que tu as un grand verre d'eau Pour avaler tous ces piments ^^

      Je t'embrasse et passerai te "voir" bientôt.

      Supprimer
  2. Ecris , écris nous bien doux Dé :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais essayer Valentine, je vais essayer :)

      Supprimer


    2. Toi, encore présente,



      Tout a été effacé, pourtant,

      Comme le vent dispersant les cendres,

      une fois éteintes les braises du foyer .



      C’est sans doute que tu habites l’invisible,

      Quelque part incrustée dans le cœur,

      – Où que tu sois.



      Au sein du silence et d’un sourire,

      tu te révèles pourtant, avec le soleil,

      permettant de voir la silhouette,



      modèle mêlé aux ombres d’une vigne vierge,

      mouvante, comme pourrait l’être

      ta présence, sur ma page…



      RC

      Supprimer
    3. Hello :) Je ne sais pas qui vous a inspiré ce très beau texte mais il transpire l'amour: merci d'avoir déposé ici ces "beaux morceaux de vous " comme dirait Andrée Sodenkamp.

      A bientôt chez vous

      Supprimer
    4. Merci... j'aime répondre aux textes des autres sous forme poétique... donc, en fait j'ai été inspiré par un texte qui évoquait l'absence, mais surtout par la photographie qui l'accompagnait, où on pouvait comprendre, que fortuitement la silhouette du ( de la ) disparu(e)... - quelle que soit la raison: séparation, décès...-; se redessinait

      Supprimer
  3. Quelle joie de lire ces 2 projets !
    Vite !
    je suis déjà émoustillé d'une part, passionné de l'autre sujet....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher Alain, j'espère que tu es patient ;) Et j'espère ne pas trop décevoir ceux et celles qui me font la grande amitié de me lire! Bise à toi :)

      Supprimer
  4. Et du fracas il y en a tant, surgissant d'un engrenage de petits bruits que l'on a souvent choisis mais que l'on ne maîtrise pas toujours. Et combien d'images qui résonnaient comme des morceaux (gouttelettes!) d'âme sont parties à vau l'eau si loin du vouloir.
    L'amour ne doit pas s'inquiéter de l'absence ou de la solitude. Compose ton âme selon ton coeur, je serai là quand viendra le moment du don et si besoin est, avant, au moindre cri de la Louve, :-), fille de Vian et mère de ses enfants...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai ça mon Gémeau, le moindre bruit fait disparaître une pensée poètique aussi ténue qu'une brume. C'est pour ça que je me balade avec un petit calepin noir dans mon sac, qu'avant de l'avoir je griffonnais sur les facturettes ou les tickets des courses dans la voiture pour ne rien oublier! ^^ Bon sinon j'ai écrit un peu, pas beaucoup, j'ai pas eu vraiment de temps morts pour cela, pour dériver dans le ciel avec les nuages. Je t'ai envoyé un mot que tu n'as pas dû voir encore. J'attends surtout des nouvelles de ta petite santé à vrai dire :)

      Des bises

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Fantasme et fantaisie

Imagine que ton plus grand fantasme ce soit de te voir servir au matin quand tu te réveilles, un énorme croissant - mais énorme hein, une viennoiserie maousse costaude - tout chaud, avec cette petite croûte dorée croustillante et cette senteur délicate, appétissante de beurre frais qui vient te chatouiller les narines, faire de tes glandes salivaires les chutes du Niagara ou du Zambèze (qui baise pas malgré son nom). Un fantasme si jouissif que tes papilles en fondent de désir tel le beurre dans la poêle à frire...

Bon. Imagine maintenant qu'un matin tu te réveilles parce qu'on sonne à ta porte. Tu ouvres et c'est ton fantasme (comment il a sonné? Avec l'une de ses "pointes" tiens pardi!) Tu es au bord de la pâmoison devant sa "chair" (c'est un croissant n'est-ce pas, pas une côte de boeuf!) soudain incarnée et il est tout comme tu l'avais imaginé: il sent bon et sa dorure te fait de l'oeil. Tu déglutis les chutes du Zambèze dans to…

Fille du non-vouloir

Petit haricot de cellules tourbillonnantes qui a grandit dans un océan de larmes en guise de liquide amniotique, voilà le fond de tristesse qui clapote en son âme. A travers l'épaisseur de la chair a t'elle senti les coups ? Par le cœur de sa mère a t'elle entendu les injures ? « Putain » disaient-ils en choeur en insultant une vierge. Enceinte certes, mais vierge.
Le secret dévoilé au bout de tant d'années d'incompréhension et de douleur. L'ignorance des jeunes de cette époque-là, tout se résumait à cela. Parce qu'on ne parlait pas de « ça » en ce temps-là.

Quarante ans de bagne à traîner un boulet plus gros qu'elle.

Et tout enfin, se mettait en place, toutes les pièces du puzzle. Tous les détails s'assemblaient pour dresser le portrait de la bêtise crasse. Le regard bleu glacé de colère méchante du père, comme une guerre froide face à l'innocence de ce petit visage. Son cœur à elle qui ne comprenait pas pourquoi. Et qui tentait encore et …

Souffle

Et puis il y a des relations étranges, rares, où c'est beaucoup plus qu'un lien qui se noue. Des relations qui sont des évidences, une reliance que l'on perçoit en soi très profondément. Et dont on arrive pas à se défaire. C'est bien au-delà du corps, c'est un noeud de l'âme.

Avec cette personne (parce qu'elle est unique) vous pouvez enfin PARLER. De ce dont vous ne pouvez pas parler avec les autres, tous les autres. Même ceux qui vous sont proches. La relation pourtant est difficile, perturbée par les blessures de l'un et de l'autre. Jusqu'au moment où le parasitage est trop important, trop prégnant, que le doute s'insinue et pour retrouver la paix vous vous réfugiez dans l'absence. De là vous continuez à parler à cette âme-soeur parce que le dialogue ne peut plus s'interrompre dans cette vie. Vous lui parlez à travers les poèmes, vous lui parlez d'air et d'eau, de lumière. Vous quittez votre "petit véhicule" pour…