Accéder au contenu principal

Apparences






Aujourd'hui.

Particulièrement aujourd'hui.

Compte tes amis.

Sur tes doigts 
Ne compte pas ces masques
Auxquels ta vanité croit.

Compte tes amis.
Tu n'en as pas autant que tu le penses.
Les masques tombent comme châteaux
Secoués par la vague.

Tes beaux amis sont tout de sable.

Aujourd'hui

Tu vas compter tes amis.
Regarde bien
Il te suffira d'une main
voire d'un doigt.



2015

Commentaires

  1. Voire d'aucun ou de plusieurs.

    Vous savez Dé, lorsque nous essayons de "faire silence", les souvenirs en cadence... :

    https://vimeo.com/114216781

    Ah, miserere...

    A.

    RépondreSupprimer
  2. J'ai une migraine géante, j'irai visionner cette vidéo demain matin :) Moi c'est dans la nuit d'ivoire que les souvenirs cadencent...

    D.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Dé !

    Je suis désolé pour ta migraine. J’espère qu’aujourd’hui ça va mieux ?

    Il y a beaucoup de sagesse dans ce beau poème : compter ses (soi-disant) amis, c’est très vite s’apercevoir en effet que les doigts d’une main suffisent largement. Il s’avère d’ailleurs que ce sont toujours les mêmes « doigts » qui servent, justement ceux avec lesquels on peut compter ;-)

    Porte-toi bien mon amie !
    Bises :)*
    David

    RépondreSupprimer
  4. Les vrais de chez vrai, j'en compte deux. De quoi faire le V de la victoire.
    Plus de 50 ans qu'on se connait. Je viens de passer 5 jours avec l'un d'eux.
    À l'âge que j'ai désormais, il serait impossible de nouer une amitié nouvelle looooongue.... constat curieux....
    Comme redonnant du précieux à ces 2 relations...

    RépondreSupprimer
  5. Parfois on pense qu'il n'y a personne et on se trompe, on pense à la multitude et on se trompe aussi.
    Les doigts c'est bien, finalement, comme aulne (même si seul "à l'aulne" semble correct).
    La dive bouteille compte pour 1 ? pour qui n'accepte pas d'être fanny ;-)

    Bon courage pour la migraine. Le traitement dans les champs + les chemtrails, moi aussi cela m'enfle la narine, mais pas façon Beaudelaire, hélas. Notre environnement devient invivable, pourtant depuis qu'il n'y a plus d'usines, cela devrait aller mieux.

    RépondreSupprimer
  6. Je ne suis pas sûr de pouvoir être un bon ami. Je m'efforce de n'être ni envahissant, ni quémandeur ni conditionnant mais saurai- je être là quand l'ami qui ne m'aura rien demandé aura besoin de moi. Et en retour, quelqu'un qui accepte toutes les facettes d'un gémeau dilettante, c'est pas si simple même si en général chacun trouve ce qu'il veut trouver et échappe(inconsciemment?) au reste... Dis donc! T'as écris ça dans un moment de forte solitude cyclothymique. Bon! Tant qu'il te reste un doigt...Bizs mon double sur bien des facettes, pas toutes, mais c'est peut-être dans ces autres facettes que se trouve l'amitié, celle qui se construit patiemment comme l'amour chez Rilke(7e lettre)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Des mots qui volent tout seuls...

Si j'avais dû voler des mots, j'aurais volé ceux de Christian (Bobin) ou ceux de Andrée (Sodenkamp) qui m'ont si bien nourris,  et ceux de quelques autres qui m'ont un jour transpercée, puis ont fait en moi des petits.

J'aurais volé des mots étincelants de lumière, aussi beaux que le matin. J'aurais volé la profondeur et l'altitude, j'aurais volé la clarté et le sens.

Mais plutôt que des mots si j'avais dû voler quelque chose, j'aurais volé un coeur.

Voire, une âme.

Mais je n'ai jamais rien volé. Si j'ai volé quelqu'un ce n'est que moi-même. Ma muse c'est moi. C'est ma voix intérieure. Rien ne me vient de l'extérieur que je n'ai ré-inventé, re-crée. Cela me parait tellement évident. On ne parle jamais que d'un autre que l'on invente, interprète, un autre déformé, un Autre autre. Comme l'écrivait Christian Bobin: "L'homme dont je parle dans mes livres n'existe pas". De même, l'hom…

Fille du non-vouloir

Petit haricot de cellules tourbillonnantes qui a grandit dans un océan de larmes en guise de liquide amniotique, voilà le fond de tristesse qui clapote en son âme. A travers l'épaisseur de la chair a t'elle senti les coups ? Par le cœur de sa mère a t'elle entendu les injures ? « Putain » disaient-ils en choeur en insultant une vierge. Enceinte certes, mais vierge.
Le secret dévoilé au bout de tant d'années d'incompréhension et de douleur. L'ignorance des jeunes de cette époque-là, tout se résumait à cela. Parce qu'on ne parlait pas de « ça » en ce temps-là.

Quarante ans de bagne à traîner un boulet plus gros qu'elle.

Et tout enfin, se mettait en place, toutes les pièces du puzzle. Tous les détails s'assemblaient pour dresser le portrait de la bêtise crasse. Le regard bleu glacé de colère méchante du père, comme une guerre froide face à l'innocence de ce petit visage. Son cœur à elle qui ne comprenait pas pourquoi. Et qui tentait encore et …

D'un monde à l'autre

J'ai rêvé de Paul cette nuit.

Mes parents m'annonçaient cette incroyable nouvelle:  Paul était à nouveau vivant!

A nouveau j'avais dix-sept ans. Je courais chez lui le coeur battant, sonnais à la porte de la maison rose de ses parents. Cécilia, sa soeur, m'ouvrait. Elle rayonnait: "Oui, c'était bien vrai, Paul était de retour parmi nous." C'était un miracle. Un vrai miracle.

Puis Paul passait derrière sa soeur, me souriait sans s'arrêter. Sans me reconnaître.

L'incrédulité et la stupeur, une joie, un espoir immense m'envahissaient alors. Une affreuse angoisse aussi. Quelque chose avait changé. C'était pourtant bien Paul. Ses boucles châtains se balançaient encore de chaque côté de son beau visage qu'aucun gros fil chirurgical ne raccommodait pour le rendre présentable à ceux qui avaient eu la lourde tâche de lui survivre. Son sourire était ce même sourire irrésistible que celui "d'avant". Paul souriait et le monde ro…