Accéder au contenu principal

L'oeil du diable




Il y a toutes ces fois où quand on joue
je sens la violence par-dessous.
J'ai des millions de garde-fous
face à des gens qui n'en ont pas.

Ce qui me terrifie tu vois
c'est ce que dans leur oeil j'aperçois,
une lueur mauvaise, une sale étincelle,
qui me dit que le mal est là,
tapie la bête inhumaine, toute prête
à me briser le coeur et les doigts.

Sur mon poignet la cicatrice
raconte une de ces fois, où j'ai laissé
un autre que je ne connaissais pas,
me presque casser comme petit bois.



2017

Commentaires

  1. Vous êtes revenue, pour le bonheur de vos lecteurs, dont je suis. Votre texte, exprime votre douleur et c'est tant mieux, car il vaut mieux l'exprimer que de la garder pour soi.
    Bon courage ! Je vous souhaite néanmoins une bon week-end.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Jean-François, de la douleur de voir les autres céder si souvent au mal, oui. Mal qui m'habite aussi mais que je combats, que je ne laisse plus déborder. J'ai lu une fois qu'on avait trois anges et trois démons sur chaque épaule, et que tout ce petit monde passait son temps à se disputer pour prendre l'ascendant. Je m'efforce de faire la paix avec mes anges et mes démons :)

      Bonne semaine Jean-François :)

      Supprimer
  2. Il est terrifiant de voir l'effroyable dans l'autre mais encore bien plus de le voir en soi. Celui qui ne l'a pas vu ne connait que la moitié de lui-même. Heureusement nous avons toujours le choix de nourrir une partie ou l`autre de nous même. Plusieurs ne savent pas qu'ils ont le choix. kéa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ou alors ils s'en fichent, tout simplement. Personnellement le mal que je recèle a surtout été "pédagogique" pour moi, le considérant en face j'en suis arrivée à m'en effrayer et à me dire que "plus jamais". Mais le combat n'est jamais vraiment gagné n'est-ce pas, c'est une discipline de tous les instants.

      Bonne semaine Kéa

      Supprimer
  3. Voir le mal permet de mieux l'appréhender. Et de réagir. C'est souvent dans les épreuves les plus difficiles que l'on comprend qu'au fond de nous, nous sommes incassables. Bises alpines.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sur le mot "incassable" je serai plutôt ambivalente Dédé. Et je te ferai une réponse de Normand "pte bin que oui pte bin que non". J'aurai plutôt tendance à me briser et à me reconstruire très vite, j'ai une faculté de rebond remarquable je dois dire? Je confesse être fragile face au désir évident de blesser, aux paroles qui me sont parfois jetées au visage, aux actes indignes.Je suis loin d'être parfaite et c'est tant mieux parce qu'à mon avis la perfection est fort ennuyeuse, mais je m'efforce surtout d'être humaine. Et c'est déjà pas mal il me semble.

      Bises alpines? Tu es d'où Dédé? Moi au pied du Vercors :)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Des mots qui volent tout seuls...

Si j'avais dû voler des mots, j'aurais volé ceux de Christian (Bobin) ou ceux de Andrée (Sodenkamp) qui m'ont si bien nourris,  et ceux de quelques autres qui m'ont un jour transpercée, puis ont fait en moi des petits.

J'aurais volé des mots étincelants de lumière, aussi beaux que le matin. J'aurais volé la profondeur et l'altitude, j'aurais volé la clarté et le sens.

Mais plutôt que des mots si j'avais dû voler quelque chose, j'aurais volé un coeur.

Voire, une âme.

Mais je n'ai jamais rien volé. Si j'ai volé quelqu'un ce n'est que moi-même. Ma muse c'est moi. C'est ma voix intérieure. Rien ne me vient de l'extérieur que je n'ai ré-inventé, re-crée. Cela me parait tellement évident. On ne parle jamais que d'un autre que l'on invente, interprète, un autre déformé, un Autre autre. Comme l'écrivait Christian Bobin: "L'homme dont je parle dans mes livres n'existe pas". De même, l'hom…

Fille du non-vouloir

Petit haricot de cellules tourbillonnantes qui a grandit dans un océan de larmes en guise de liquide amniotique, voilà le fond de tristesse qui clapote en son âme. A travers l'épaisseur de la chair a t'elle senti les coups ? Par le cœur de sa mère a t'elle entendu les injures ? « Putain » disaient-ils en choeur en insultant une vierge. Enceinte certes, mais vierge.
Le secret dévoilé au bout de tant d'années d'incompréhension et de douleur. L'ignorance des jeunes de cette époque-là, tout se résumait à cela. Parce qu'on ne parlait pas de « ça » en ce temps-là.

Quarante ans de bagne à traîner un boulet plus gros qu'elle.

Et tout enfin, se mettait en place, toutes les pièces du puzzle. Tous les détails s'assemblaient pour dresser le portrait de la bêtise crasse. Le regard bleu glacé de colère méchante du père, comme une guerre froide face à l'innocence de ce petit visage. Son cœur à elle qui ne comprenait pas pourquoi. Et qui tentait encore et …

D'un monde à l'autre

J'ai rêvé de Paul cette nuit.

Mes parents m'annonçaient cette incroyable nouvelle:  Paul était à nouveau vivant!

A nouveau j'avais dix-sept ans. Je courais chez lui le coeur battant, sonnais à la porte de la maison rose de ses parents. Cécilia, sa soeur, m'ouvrait. Elle rayonnait: "Oui, c'était bien vrai, Paul était de retour parmi nous." C'était un miracle. Un vrai miracle.

Puis Paul passait derrière sa soeur, me souriait sans s'arrêter. Sans me reconnaître.

L'incrédulité et la stupeur, une joie, un espoir immense m'envahissaient alors. Une affreuse angoisse aussi. Quelque chose avait changé. C'était pourtant bien Paul. Ses boucles châtains se balançaient encore de chaque côté de son beau visage qu'aucun gros fil chirurgical ne raccommodait pour le rendre présentable à ceux qui avaient eu la lourde tâche de lui survivre. Son sourire était ce même sourire irrésistible que celui "d'avant". Paul souriait et le monde ro…