Accéder au contenu principal

Graines de poète




Je sèmerai les mots
comme Poucet les cailloux
et un jour ils fleuriront
dans la paume de tous ceux
qui auront eu la curiosité
de les ramasser.



2017




Commentaires

  1. Quel petit bijou que ce poème !

    Ainsi en est-il de ton art....
    J'aime venir ici récolter les fruits de tes semailles....
    Bon WE à toi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De l'art un peu brut, comme peuvent l'être celui que nous déploie Dame Nature et que nous sommes si peu à voir. Mes semailles, ah j'aime ce mot. Il me renvoie à mon enfance et à mes joies de campagnarde du dimanche chez mes cousins. Bon week end à toi aussi cher Alain. :)

      Supprimer
  2. Oui, les mots sont aussi des semences qui germent en leur temps.
    Les graines ont la capacité de dormir pendant des années
    dans un sol aride et aussitôt que les conditions deviennent propices
    elle se sortent de leur léthargie et explosent de vie et de couleurs.
    Je veux moi aussi saisir toutes les occasions de fleurir et de vivre intensément ma vie ! kéa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne dois pas être une terre aussi rude que certains le disent, parce que chez moi ça germe beaucoup. Il y a des phrases qui inexplicablement se sont imprimés au revers de mes yeux et que je vois très très souvent réapparaître, comme un signal. Par exemple cette phrase lue il n'y a pas loin de 40 ans dans "Vent d'est, Vent d'Ouest" de Pearl Buck: "Prenez ce qui vous convient, et laissez le reste" Bon cette phrase dans le livre est assez importante, mais j'ignore pourquoi elle m'est restée aussi fortement à l'esprit. En fait je me rends compte que je me suis appliquée moi aussi à prendre ce qui me convenait et à laisser "le reste", simplement, sans y songer davantage, sans m'encombrer. Et qu'au bout du compte cette petite phrase m'a beaucoup aidée à avancer sur mon chemin de vie.

      Tu as raison Kéa: efforçons-nous d'être une bonne terre. Ou du moins de rendre de nouvelles germinations possibles :)

      Supprimer
  3. Et pour retrouver nos chemins de vies
    dans les lignes de nos demains.

    J'ai relu un commentaire où tu écrivais que Prévert savait t'inspirer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans ce commentaire t'ai-je dit qu'on m'avait jeté un jour que "Prévert ce n'était pas de la poésie"? Cela me fait encore sourire sur l'incapacité de ceux qui prétendent détenir la vérité vraie concernant la poésie à la voir justement partout où elle se trouve. Et surtout dans ces choses "ordinaires" voire "vulgaires" parce que si humbles.

      Tu trouves que je fais de la poésie à la Prévert?

      Supprimer
  4. Lorsque le Petit Poucet abandonné dans la forêt sema des cailloux pour retrouver son chemin, il ne se doutait pas qu'une autruche le suivait et dévorait les cailloux un à un.
    C'est la vraie histoire celle-là, c'est comme ça que c'est arrivé...
    Le fils Poucet se retourne : plus de cailloux !
    Il est définitivement perdu, plus de cailloux, plus de maison ; plus de maison, plus de papa-maman.
    "C'est désolant", se dit-il entre ses dents...
    Jacques Prévert, L'autruche

    Oui, ton texte c'est encore plus du Prévert que ce conte ci-dessus de lui-même.
    De plus, tu l'as écrit et publié pratiquement 40 ans après la disparition du poète.

    RépondreSupprimer
  5. Merci Well c'est très sympa ce que tu écris. Tu sais je n'ai vraiment, sincèrement, aucune velléité de comparaison avec les grands poètes de notre temps. Ceci dit cela donne du plaisir et de l'émotion quand même d'être un petit peu associée à Prévert.

    RépondreSupprimer
  6. Tu essaimes joliment tes graines, tes baies, tes mots, loin et haut sur la page fleurie devenue diamant où s'épanouissent tes belles images cueillies offertes pour la moisson prochaine.
    Merci Désirée.
    Douce journée à toi, comme tu l'aimeras.
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Den, que "ça" pousse est un voeu pieux parce qu'au juste ce qu'on écrit est offert au bon vouloir de chacun :) Bonne journée à toi aussi

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Fantasme et fantaisie

Imagine que ton plus grand fantasme ce soit de te voir servir au matin quand tu te réveilles, un énorme croissant - mais énorme hein, une viennoiserie maousse costaude - tout chaud, avec cette petite croûte dorée croustillante et cette senteur délicate, appétissante de beurre frais qui vient te chatouiller les narines, faire de tes glandes salivaires les chutes du Niagara ou du Zambèze (qui baise pas malgré son nom). Un fantasme si jouissif que tes papilles en fondent de désir tel le beurre dans la poêle à frire...

Bon. Imagine maintenant qu'un matin tu te réveilles parce qu'on sonne à ta porte. Tu ouvres et c'est ton fantasme (comment il a sonné? Avec l'une de ses "pointes" tiens pardi!) Tu es au bord de la pâmoison devant sa "chair" (c'est un croissant n'est-ce pas, pas une côte de boeuf!) soudain incarnée et il est tout comme tu l'avais imaginé: il sent bon et sa dorure te fait de l'oeil. Tu déglutis les chutes du Zambèze dans to…

Compte à rebours

Ô Mère.

Pendant qu'on t'assassine
pendant que tu râles à travers tous tes oiseaux,
tes baleines et tes lions,
pendant que disparaît ta musique d'abeilles,
que le silence tombe sur la Terre
comme sur un cimetière,
avec tous les autres, je fais bonne figure.

J'écris l'amour pour assécher le désespoir,
j'écris à mon coeur puisque c'est écrire au tien,
puisque nous sommes tous liés
- moutons noirs moutons bleus -
dans la même gerbe de blés tombée dans le feu.

Ô Mère, ma lumière avec toi s'éteint
Et je souris encore, pour protéger les miens.

Je porte le masque des jours glissants
rapides sous la faux,
et pour ne pas mourir trop vite
j'écoute de plus en plus souvent
ton chant toujours puissant en moi,
qui monte et fait de ma bouche un appeau.
Je suis bien trop petite pour être ton porte-voix,
mais je ne sais plus vivre
sans être vive de toi.


2017

Ce qui restera

Il y a un peu plus d'un an disparaissait l'une de mes plus anciennes amies de toile. Elle était poète et s’inquiétait de ce que deviendraient ses textes après elle. Quelques semaines avant son décès soudain elle s'en ouvrait encore à moi. Certes on peut toujours se dire que ce ne sont que des mots, mais en vérité c'est bien plus que ça.

"J'écris pour que le jour où je ne serai plus
On sache combien l'air et le plaisir m'ont plu,
Et que mon livre porte à la foule future
Combien j'aimais la vie et l'heureuse nature."  Écrivait Anna de Noailles. Andrée sodenkamp, cette immense poète belge quasi-inconnue, écrivait à sa manière très terrienne et charnelle qu'elle nous porterait à travers ses poèmes "de beaux morceaux de corps".

Agnès est partie sans avoir eu le temps de rien. Je vais donc me laisser "à ceux qui se hasardent à chercher dans les mots l'ombre des pauvres morts" *.

Pour cela j'ai ouvert un blog-recu…