Accéder au contenu principal

Graines de poète




Je sèmerai les mots
comme Poucet les cailloux
et un jour ils fleuriront
dans la paume de tous ceux
qui auront eu la curiosité
de les ramasser.



2017




Commentaires

  1. Quel petit bijou que ce poème !

    Ainsi en est-il de ton art....
    J'aime venir ici récolter les fruits de tes semailles....
    Bon WE à toi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De l'art un peu brut, comme peuvent l'être celui que nous déploie Dame Nature et que nous sommes si peu à voir. Mes semailles, ah j'aime ce mot. Il me renvoie à mon enfance et à mes joies de campagnarde du dimanche chez mes cousins. Bon week end à toi aussi cher Alain. :)

      Supprimer
  2. Oui, les mots sont aussi des semences qui germent en leur temps.
    Les graines ont la capacité de dormir pendant des années
    dans un sol aride et aussitôt que les conditions deviennent propices
    elle se sortent de leur léthargie et explosent de vie et de couleurs.
    Je veux moi aussi saisir toutes les occasions de fleurir et de vivre intensément ma vie ! kéa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne dois pas être une terre aussi rude que certains le disent, parce que chez moi ça germe beaucoup. Il y a des phrases qui inexplicablement se sont imprimés au revers de mes yeux et que je vois très très souvent réapparaître, comme un signal. Par exemple cette phrase lue il n'y a pas loin de 40 ans dans "Vent d'est, Vent d'Ouest" de Pearl Buck: "Prenez ce qui vous convient, et laissez le reste" Bon cette phrase dans le livre est assez importante, mais j'ignore pourquoi elle m'est restée aussi fortement à l'esprit. En fait je me rends compte que je me suis appliquée moi aussi à prendre ce qui me convenait et à laisser "le reste", simplement, sans y songer davantage, sans m'encombrer. Et qu'au bout du compte cette petite phrase m'a beaucoup aidée à avancer sur mon chemin de vie.

      Tu as raison Kéa: efforçons-nous d'être une bonne terre. Ou du moins de rendre de nouvelles germinations possibles :)

      Supprimer
  3. Et pour retrouver nos chemins de vies
    dans les lignes de nos demains.

    J'ai relu un commentaire où tu écrivais que Prévert savait t'inspirer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans ce commentaire t'ai-je dit qu'on m'avait jeté un jour que "Prévert ce n'était pas de la poésie"? Cela me fait encore sourire sur l'incapacité de ceux qui prétendent détenir la vérité vraie concernant la poésie à la voir justement partout où elle se trouve. Et surtout dans ces choses "ordinaires" voire "vulgaires" parce que si humbles.

      Tu trouves que je fais de la poésie à la Prévert?

      Supprimer
  4. Lorsque le Petit Poucet abandonné dans la forêt sema des cailloux pour retrouver son chemin, il ne se doutait pas qu'une autruche le suivait et dévorait les cailloux un à un.
    C'est la vraie histoire celle-là, c'est comme ça que c'est arrivé...
    Le fils Poucet se retourne : plus de cailloux !
    Il est définitivement perdu, plus de cailloux, plus de maison ; plus de maison, plus de papa-maman.
    "C'est désolant", se dit-il entre ses dents...
    Jacques Prévert, L'autruche

    Oui, ton texte c'est encore plus du Prévert que ce conte ci-dessus de lui-même.
    De plus, tu l'as écrit et publié pratiquement 40 ans après la disparition du poète.

    RépondreSupprimer
  5. Merci Well c'est très sympa ce que tu écris. Tu sais je n'ai vraiment, sincèrement, aucune velléité de comparaison avec les grands poètes de notre temps. Ceci dit cela donne du plaisir et de l'émotion quand même d'être un petit peu associée à Prévert.

    RépondreSupprimer
  6. Tu essaimes joliment tes graines, tes baies, tes mots, loin et haut sur la page fleurie devenue diamant où s'épanouissent tes belles images cueillies offertes pour la moisson prochaine.
    Merci Désirée.
    Douce journée à toi, comme tu l'aimeras.
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Den, que "ça" pousse est un voeu pieux parce qu'au juste ce qu'on écrit est offert au bon vouloir de chacun :) Bonne journée à toi aussi

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Fille du non-vouloir

Petit haricot de cellules tourbillonnantes qui a grandit dans un océan de larmes en guise de liquide amniotique, voilà le fond de tristesse qui clapote en son âme. A travers l'épaisseur de la chair a t'elle senti les coups ? Par le cœur de sa mère a t'elle entendu les injures ? « Putain » disaient-ils en choeur en insultant une vierge. Enceinte certes, mais vierge.
Le secret dévoilé au bout de tant d'années d'incompréhension et de douleur. L'ignorance des jeunes de cette époque-là, tout se résumait à cela. Parce qu'on ne parlait pas de « ça » en ce temps-là.

Quarante ans de bagne à traîner un boulet plus gros qu'elle.

Et tout enfin, se mettait en place, toutes les pièces du puzzle. Tous les détails s'assemblaient pour dresser le portrait de la bêtise crasse. Le regard bleu glacé de colère méchante du père, comme une guerre froide face à l'innocence de ce petit visage. Son cœur à elle qui ne comprenait pas pourquoi. Et qui tentait encore et …

Des mots qui volent tout seuls...

Si j'avais dû voler des mots, j'aurais volé ceux de Christian (Bobin) ou ceux de Andrée (Sodenkamp) qui m'ont si bien nourris,  et ceux de quelques autres qui m'ont un jour transpercée, puis ont fait en moi des petits.

J'aurais volé des mots étincelants de lumière, aussi beaux que le matin. J'aurais volé la profondeur et l'altitude, j'aurais volé la clarté et le sens.

Mais plutôt que des mots si j'avais dû voler quelque chose, j'aurais volé un coeur.

Voire, une âme.

Mais je n'ai jamais rien volé. Si j'ai volé quelqu'un ce n'est que moi-même. Ma muse c'est moi. C'est ma voix intérieure. Rien ne me vient de l'extérieur que je n'ai ré-inventé, re-crée. Cela me parait tellement évident. On ne parle jamais que d'un autre que l'on invente, interprète, un autre déformé, un Autre autre. Comme l'écrivait Christian Bobin: "L'homme dont je parle dans mes livres n'existe pas". De même, l'hom…

D'un monde à l'autre

J'ai rêvé de Paul cette nuit.

Mes parents m'annonçaient cette incroyable nouvelle:  Paul était à nouveau vivant!

A nouveau j'avais dix-sept ans. Je courais chez lui le coeur battant, sonnais à la porte de la maison rose de ses parents. Cécilia, sa soeur, m'ouvrait. Elle rayonnait: "Oui, c'était bien vrai, Paul était de retour parmi nous." C'était un miracle. Un vrai miracle.

Puis Paul passait derrière sa soeur, me souriait sans s'arrêter. Sans me reconnaître.

L'incrédulité et la stupeur, une joie, un espoir immense m'envahissaient alors. Une affreuse angoisse aussi. Quelque chose avait changé. C'était pourtant bien Paul. Ses boucles châtains se balançaient encore de chaque côté de son beau visage qu'aucun gros fil chirurgical ne raccommodait pour le rendre présentable à ceux qui avaient eu la lourde tâche de lui survivre. Son sourire était ce même sourire irrésistible que celui "d'avant". Paul souriait et le monde ro…