Accéder au contenu principal

Des lieux massacrés





Le bruit au loin
la vie là-bas
agitée, superficielle.

Le cheval mange encore son pré
au-delà des hauts barbelés.
Mes pieds avancent sur le sentier
que la ville a goudronné.
Arrachée la voûte tendre
de parfum des chèvrefeuilles,
dispersée la danse lumineuse
de toute une société secrète
qui vous frôlait les genoux
indifférente à tout, sauf à sa fête.
Au moins la longue garde des peupliers centenaires
n'a pas pris fin
sous la morsure des bulldozers.
J'aimais ici, c'était un bout de jardin
le long de la rivière
où les citadins venaient respirer
autre chose que leur misère.
Une sente fleurie de papillons
qui jouaient dans une lumière libérée
du béton et des pierres,
un lieu brut où aller l'amble
et se ressourcer
au chant de la terre
que des humains aveugles à toute beauté
ont décidé de rendre pratique
et désolé...


2014



Commentaires

  1. onjour Dé,
    J’imagine que tu fais référence à un lieu particulier qui te tenait à cœur ? J’ai aussi souffert à de trop nombreuses reprises du « bétonnage » de ces espaces de liberté auxquels j’étais très attaché. La plupart du temps condamnés pour de sombres raisons mercantiles ! Je suis de plus en plus effaré (pour ne pas dire écœuré) de voir jusqu’où une minorité sans scrupules est prête à aller pour assouvir sa soif d’argent et de pouvoir. N’hésitant pas à déposséder ses semblables des maigres ressources leur permettant de survivre, au risque parfois de les condamner à mort ! Détruisant des pays entiers, réduisant des biotopes à néant, éteignant des espèces, contaminant des populations, la liste de ses méfaits est interminable ! Au bout du compte, la Terre est malade de l’espèce humaine. J’ignore combien de temps elle nous supportera encore avant la crise inévitable, mais la crise viendra et sera fatale ! Il est flagrant que l’humanité est sous le contrôle d’une mafia cupide qui mène la planète à la catastrophe ! Des Hommes trop idiots pour voir qu’à terme ils se condamnent eux-mêmes. À moins, et ce serait terriblement inquiétant, qu’ils ne connaissent déjà le moyen d’échapper au sort commun !
    Voilà où m’entraîne la lecture de ton très beau texte qui me remue. Grâce à toi, mon week-end commence de manière intéressante ;-)
    Bises.
    David

    RépondreSupprimer
  2. Hello cher David, vas-tu bien? :)

    Comment dire? Je suis tout à fait dans le même mood que toi concernant la "mafia qui nous gouverne".

    Pour ce qui est de ces lieux que chacun d'entre nous a perdu, celui qui me manque le plus c'est évidemment Vernaison, le haut-lieu de mon enfance vagabonde. Je l'ai perdu quelques temps après le divorce de mes parents et lorsque j'ai voulu y retourner une dizaine d'années plus tard, il n'en restait plus rien. La ferme avait été détruite, les vergers et les champs de blé étaient devenus des aires où stationnaient des poids-lourds. Te dire le déchirement c'est quasi-impossible. Et tu sais, lorsque je suis dans les environs, je cherche encore quelque chose qui en resterait, ne serait-ce que le chemin blanc qui y conduisait...

    Bises et bon week end ;*

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Des mots qui volent tout seuls...

Si j'avais dû voler des mots, j'aurais volé ceux de Christian (Bobin) ou ceux de Andrée (Sodenkamp) qui m'ont si bien nourris,  et ceux de quelques autres qui m'ont un jour transpercée, puis ont fait en moi des petits.

J'aurais volé des mots étincelants de lumière, aussi beaux que le matin. J'aurais volé la profondeur et l'altitude, j'aurais volé la clarté et le sens.

Mais plutôt que des mots si j'avais dû voler quelque chose, j'aurais volé un coeur.

Voire, une âme.

Mais je n'ai jamais rien volé. Si j'ai volé quelqu'un ce n'est que moi-même. Ma muse c'est moi. C'est ma voix intérieure. Rien ne me vient de l'extérieur que je n'ai ré-inventé, re-crée. Cela me parait tellement évident. On ne parle jamais que d'un autre que l'on invente, interprète, un autre déformé, un Autre autre. Comme l'écrivait Christian Bobin: "L'homme dont je parle dans mes livres n'existe pas". De même, l'hom…

Fille du non-vouloir

Petit haricot de cellules tourbillonnantes qui a grandit dans un océan de larmes en guise de liquide amniotique, voilà le fond de tristesse qui clapote en son âme. A travers l'épaisseur de la chair a t'elle senti les coups ? Par le cœur de sa mère a t'elle entendu les injures ? « Putain » disaient-ils en choeur en insultant une vierge. Enceinte certes, mais vierge.
Le secret dévoilé au bout de tant d'années d'incompréhension et de douleur. L'ignorance des jeunes de cette époque-là, tout se résumait à cela. Parce qu'on ne parlait pas de « ça » en ce temps-là.

Quarante ans de bagne à traîner un boulet plus gros qu'elle.

Et tout enfin, se mettait en place, toutes les pièces du puzzle. Tous les détails s'assemblaient pour dresser le portrait de la bêtise crasse. Le regard bleu glacé de colère méchante du père, comme une guerre froide face à l'innocence de ce petit visage. Son cœur à elle qui ne comprenait pas pourquoi. Et qui tentait encore et …

D'un monde à l'autre

J'ai rêvé de Paul cette nuit.

Mes parents m'annonçaient cette incroyable nouvelle:  Paul était à nouveau vivant!

A nouveau j'avais dix-sept ans. Je courais chez lui le coeur battant, sonnais à la porte de la maison rose de ses parents. Cécilia, sa soeur, m'ouvrait. Elle rayonnait: "Oui, c'était bien vrai, Paul était de retour parmi nous." C'était un miracle. Un vrai miracle.

Puis Paul passait derrière sa soeur, me souriait sans s'arrêter. Sans me reconnaître.

L'incrédulité et la stupeur, une joie, un espoir immense m'envahissaient alors. Une affreuse angoisse aussi. Quelque chose avait changé. C'était pourtant bien Paul. Ses boucles châtains se balançaient encore de chaque côté de son beau visage qu'aucun gros fil chirurgical ne raccommodait pour le rendre présentable à ceux qui avaient eu la lourde tâche de lui survivre. Son sourire était ce même sourire irrésistible que celui "d'avant". Paul souriait et le monde ro…