Accéder au contenu principal

Venise




Ô mon coeur, trésor, ma vie
s'écoule empruntant les canaux
de ton regard de mousse verdi.
Je tangue et gondole autour des roses
de ton torse, ce palais d’ocre que le soleil
a doucement tendri.
Je t'ÂME de toute mon aime.
Je viole à toutes gambes, m'élève
m'envoile où souffle ton nom
et du coup, me gonfle comme un gonfalon.
Je suis pomme à paumes, les tiennes
accueillantes à chère tendre et si chaudes
que je compote à glouglous radieux.
Oui, je t’âme mon grand canaille
Dessus dessous je ne suis plus qu’un pont
Et des  soupirs.


2017



Commentaires

  1. « Je t'âme de toute mon aime »
    Merveilleux !
    Et l'illustration est à la hauteur de ce poème mirifique,
    joyeux comme une brioche à la cannelle et au caramel.
    J'adore
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui joyeux, c'est tout à fait ça Célestine. L'amour est joyeux, drôle, sans qu'il en perde sa profondeur, sa gravité même. En fait ce poème reflète tout à fait ce que je suis ;)

      Bisou

      Supprimer
  2. C'est délicieux !
    Venise, vidi vici....
    non ! plutôt
    Et vidi, et vicit
    ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ;) Je ne vais pas jou(t)er avec toi sur le sujet du latin: le mien est loin, trèèès loin!

      Bise!

      Supprimer
  3. Quelles merveilles tes mots à deux couleurs, Dé, à lire et à relire, et permettre ainsi une jolie envolée !
    Chaque mot de fin de ligne s'accroche délicieusement à la ligne suivante de façon sensuelle....
    il est vraiment délicieux d'arriver jusqu'ici chère poétesse.

    "Je tangue et gondole autour des roses
    de ton torse, ce palais d’ocre que le soleil
    a doucement tendri".

    Double écriture - double lecture, auxquelles tu rajoutes la photo fort réaliste de cette belle Venise qui tente de ne pas être engloutie sous les eaux.

    Merci à toi.

    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ah Den, qui a bien vu les doubles sens, la double lecture. En fait j'écris très très souvent comme ça: à plusieurs niveaux. Je fais de la poésie à tiroirs ^^. Je me demande parfois si mes lecteurs le voient, c'est rassurant ce que tu me dis ;)

      La photo montre l'oeuvre d'un artiste dont j'ai mangé le nom et je l'ai trouvée épatante. On ne sait trop si les mains s'accrochent ou si elles soutiennent...

      Merci de ta visite chère Den :)

      Supprimer
    2. Belle vue de l'esprit, Dé, effectivement... peut-être qu'elles soutiennent la façade, ces mains immensément puissantes, et non pas s'accrochent. Merci pour cette précision ....
      Un doux mardi !
      Den

      Supprimer
    3. « Je me demande parfois si mes lecteurs le voient »
      Tu nous prendrais pas un peu pour des jambons ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Bin pas toi oeuf corse! Mais il y en a eu, je te jure que c'est vrai ;)

      Supprimer
    5. Je veux bien te croire. La subtilité n'est pas très répandue, hélas, en ce monde sauvage...
      Allez, pour toi aujourd'hui, un petit poème plein de doubles niveaux...
      Bises étoilées
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Fantasme et fantaisie

Imagine que ton plus grand fantasme ce soit de te voir servir au matin quand tu te réveilles, un énorme croissant - mais énorme hein, une viennoiserie maousse costaude - tout chaud, avec cette petite croûte dorée croustillante et cette senteur délicate, appétissante de beurre frais qui vient te chatouiller les narines, faire de tes glandes salivaires les chutes du Niagara ou du Zambèze (qui baise pas malgré son nom). Un fantasme si jouissif que tes papilles en fondent de désir tel le beurre dans la poêle à frire...

Bon. Imagine maintenant qu'un matin tu te réveilles parce qu'on sonne à ta porte. Tu ouvres et c'est ton fantasme (comment il a sonné? Avec l'une de ses "pointes" tiens pardi!) Tu es au bord de la pâmoison devant sa "chair" (c'est un croissant n'est-ce pas, pas une côte de boeuf!) soudain incarnée et il est tout comme tu l'avais imaginé: il sent bon et sa dorure te fait de l'oeil. Tu déglutis les chutes du Zambèze dans to…

Compte à rebours

Ô Mère.

Pendant qu'on t'assassine
pendant que tu râles à travers tous tes oiseaux,
tes baleines et tes lions,
pendant que disparaît ta musique d'abeilles,
que le silence tombe sur la Terre
comme sur un cimetière,
avec tous les autres, je fais bonne figure.

J'écris l'amour pour assécher le désespoir,
j'écris à mon coeur puisque c'est écrire au tien,
puisque nous sommes tous liés
- moutons noirs moutons bleus -
dans la même gerbe de blés tombée dans le feu.

Ô Mère, ma lumière avec toi s'éteint
Et je souris encore, pour protéger les miens.

Je porte le masque des jours glissants
rapides sous la faux,
et pour ne pas mourir trop vite
j'écoute de plus en plus souvent
ton chant toujours puissant en moi,
qui monte et fait de ma bouche un appeau.
Je suis bien trop petite pour être ton porte-voix,
mais je ne sais plus vivre
sans être vive de toi.


2017

Ce qui restera

Il y a un peu plus d'un an disparaissait l'une de mes plus anciennes amies de toile. Elle était poète et s’inquiétait de ce que deviendraient ses textes après elle. Quelques semaines avant son décès soudain elle s'en ouvrait encore à moi. Certes on peut toujours se dire que ce ne sont que des mots, mais en vérité c'est bien plus que ça.

"J'écris pour que le jour où je ne serai plus
On sache combien l'air et le plaisir m'ont plu,
Et que mon livre porte à la foule future
Combien j'aimais la vie et l'heureuse nature."  Écrivait Anna de Noailles. Andrée sodenkamp, cette immense poète belge quasi-inconnue, écrivait à sa manière très terrienne et charnelle qu'elle nous porterait à travers ses poèmes "de beaux morceaux de corps".

Agnès est partie sans avoir eu le temps de rien. Je vais donc me laisser "à ceux qui se hasardent à chercher dans les mots l'ombre des pauvres morts" *.

Pour cela j'ai ouvert un blog-recu…