Accéder au contenu principal

Laisser aller



"Il est impossible de protéger du malheur ceux qu'on aime: j'aurai mis longtemps pour apprendre une chose aussi simple. Apprendre est toujours amer, toujours à nos dépens. Je ne regrette pas cette amertume." Christian BOBIN in La Présence Pure.


Je referme la porte derrière Elle
et je quitte l'angoisse.

J'ai compris -mon dieu - j'ai compris
que je ne peux pas la porter
plus que les neuf mois requis.

J'ai si bien appris que l'amertume même
m'est tombée du coeur.
L'impuissance, l'acceptation,
j'ai marché bien au-delà.

Je referme la porte derrière Elle
et je quitte l'angoisse, toutes les questions
tout ce qui ronge et tue
pour laisser l'Amour nu
qui demeure la seule consolation.

2017

Commentaires

  1. Très beau texte qui dit nos limites, de femme, de mère...et d'être humain en général.
    C'est l'amour nu, inconditionnel, tu as raison, qui reste quand toutes les larmes sont tombées.
    Comme l'étincelle qui couve sous la cendre.
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a tant de choses que l'on doit apprendre à nos dépens, on y perd beaucoup de chair autour de l'âme. On ne comprends que très tard que tout cela nous cisèle, jusqu'à devenir un diamant. Pas une pierre dure, une pierre lumineuse. Mon esprit est désormais "raccord" avec ce que'il y a profondément en moi. Je me rapproche du non-attachement des Bouddhistes je crois...sans le vouloir ;)

      Bonne journée Célestine

      Supprimer
  2. Cachée, et pourtant si présente.
    Merci Désirée.
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Den, oui c'est un petit paradoxe qui me plait bien. Etre totalement "visible" voire "dénudée" sans jamais montrer son visage. On écrit ce que l'on ne peut pas dire à ceux qui nous sont proches...

      Supprimer
    2. Jamais autant sincère, qu'ici....
      Douce journée à toi.

      De Den à Dé

      ***

      Supprimer
  3. Ou alors entrouvre juste un peu cette porte,
    pour y laisser passer toute l'angoisse,
    alors c'est son Amour nu à Elle
    qui viendra y frapper
    avec toute la douceur que tu as su tant lui transmettre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu veux que je te dise? Je crois qu'elle me protège. Elle ne veut pas que je sois inquiète, alors elle se tait. Et moi, je m'inquiète parce que je ne sais pas si elle se sent bien, dans son corps, sa tête. Bref c'est un cercle bien vicieux. Je l'encourage à dire, mais c'est pas simple...je t'embrasse cher Well

      Supprimer
    2. C'est pardonné.

      La fête des père est passée.
      La rage avec.
      La douleur avec.
      La poisse avec.
      L'incompréhension de l'incompréhension avec.
      La folie des autres qui vous souhaitent une bonne journée "quand même" !
      Mais pas la bonne folie.
      Celle dont je ne veux pas et ne veux plus.
      Je n'accepte plus que la belle folie.
      Celle qui sait vous entendre
      crier,
      hurler,
      blasphémer,
      et vous élever.
      Là où on ne vous voit plus.

      Il me reste la solitude. La vraie, celle qui permet l'abandon.
      Du soi. Du tout. Du rien.
      Qui permet l'interdit et interdit les permissions.
      La solitude de savoir s'exister. Et de savoir s'exiter.

      C'est pardonné.

      Ouf !

      Je sais que tu sais ce qu'est cette souffrance.

      Bises à toi donc.
      Et à ta fille aussi.
      Y'a pas de raison,
      et j'aime quand y'a plus de raison...

      Supprimer
  4. Texte écrit à la volée.

    Il fallait lire : "La vraie, celle qui autorise l'abandon."

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Des mots qui volent tout seuls...

Si j'avais dû voler des mots, j'aurais volé ceux de Christian (Bobin) ou ceux de Andrée (Sodenkamp) qui m'ont si bien nourris,  et ceux de quelques autres qui m'ont un jour transpercée, puis ont fait en moi des petits.

J'aurais volé des mots étincelants de lumière, aussi beaux que le matin. J'aurais volé la profondeur et l'altitude, j'aurais volé la clarté et le sens.

Mais plutôt que des mots si j'avais dû voler quelque chose, j'aurais volé un coeur.

Voire, une âme.

Mais je n'ai jamais rien volé. Si j'ai volé quelqu'un ce n'est que moi-même. Ma muse c'est moi. C'est ma voix intérieure. Rien ne me vient de l'extérieur que je n'ai ré-inventé, re-crée. Cela me parait tellement évident. On ne parle jamais que d'un autre que l'on invente, interprète, un autre déformé, un Autre autre. Comme l'écrivait Christian Bobin: "L'homme dont je parle dans mes livres n'existe pas". De même, l'hom…

Fille du non-vouloir

Petit haricot de cellules tourbillonnantes qui a grandit dans un océan de larmes en guise de liquide amniotique, voilà le fond de tristesse qui clapote en son âme. A travers l'épaisseur de la chair a t'elle senti les coups ? Par le cœur de sa mère a t'elle entendu les injures ? « Putain » disaient-ils en choeur en insultant une vierge. Enceinte certes, mais vierge.
Le secret dévoilé au bout de tant d'années d'incompréhension et de douleur. L'ignorance des jeunes de cette époque-là, tout se résumait à cela. Parce qu'on ne parlait pas de « ça » en ce temps-là.

Quarante ans de bagne à traîner un boulet plus gros qu'elle.

Et tout enfin, se mettait en place, toutes les pièces du puzzle. Tous les détails s'assemblaient pour dresser le portrait de la bêtise crasse. Le regard bleu glacé de colère méchante du père, comme une guerre froide face à l'innocence de ce petit visage. Son cœur à elle qui ne comprenait pas pourquoi. Et qui tentait encore et …

D'un monde à l'autre

J'ai rêvé de Paul cette nuit.

Mes parents m'annonçaient cette incroyable nouvelle:  Paul était à nouveau vivant!

A nouveau j'avais dix-sept ans. Je courais chez lui le coeur battant, sonnais à la porte de la maison rose de ses parents. Cécilia, sa soeur, m'ouvrait. Elle rayonnait: "Oui, c'était bien vrai, Paul était de retour parmi nous." C'était un miracle. Un vrai miracle.

Puis Paul passait derrière sa soeur, me souriait sans s'arrêter. Sans me reconnaître.

L'incrédulité et la stupeur, une joie, un espoir immense m'envahissaient alors. Une affreuse angoisse aussi. Quelque chose avait changé. C'était pourtant bien Paul. Ses boucles châtains se balançaient encore de chaque côté de son beau visage qu'aucun gros fil chirurgical ne raccommodait pour le rendre présentable à ceux qui avaient eu la lourde tâche de lui survivre. Son sourire était ce même sourire irrésistible que celui "d'avant". Paul souriait et le monde ro…