Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du janvier, 2017

En son milieu

Par là
c'est déjà la nuit,
le coin de l'oeil gauche s'effraie
de ses longs bras tentaculaires
qui empoignent au ciel, les restes de lumière
et les engloutit.

Mon oeil droit s'accroche fébrilement
au sillage d'un soleil disparu,
ultimes flamboiements d'or pur
qui sombrent là-bas,
au ras d'un horizon vaporeux.

-encore, encore, donne-m'en encore-

Le monde fait la bascule
d'un coup tout est fini.

Voilà mes deux yeux dans la nuit.
Je n'aime pas la nuit
Je n'aime pas la nuit
Et les étoiles ne me rassurent plus.


2017 ...sur la route, vers Angers.

Chez moi

Parce que c'est d'une beauté à couper le souffle, que cette vidéo est une merveille. Parce que je connais bien cette route pour l'avoir souvent empruntée avant qu'elle ne soit fermée. Parce que c'est "chez moi" et que j'aime mon coin de France, que j'y suis profondément enracinée. Parce que la beauté doit être partagée...







Forgotten Road Grand Goulets - DJI Phantom 3 Advanced from lempreinte Photo Drone on Vimeo.

Amours parallèles

Comme un papillon
une pincée de lumière, ronde
sur l'épaule
cela nous suit, parfois marche
à nos côtés
quand on se fait légers, légers
qu'on laisse toute la chair
en arrière, qu'on ne garde que le battement,
l'écho du battement,
le reflet sur la pierre,
ce diamant qu'on ne taillera jamais,
- et pour quoi faire-
puisqu'on vit un amour parallèle,
qui nous suit, parfois nous précède,
fait la ronde et nous encercle
sans nous tenir prisonniers,
puisque nous marchons côte à côte
sans jamais nous toucher,
et pourtant transpercés
par la même flèche tirée
en plein soleil et que marchant
côte à côte, nous en sommes
réchauffés.



2017







Mousson

Te voilà revenu de l'été
avec cette peau de pain bien cuit
et tout autant parfumé.
Ta sensualité est un vent chaud
dans une palme molle,
une vibration presque imperceptible
ondule dans ta chair.

Une paresse nimbe d'or ton corps
d'animal nonchalant.
Ton oeil est une écaille qui luit
dans la pénombre estivale,
et ta bouche un phare permanent:
en ta présence
j'ai la faiblesse des phalènes.


2016




An neuf. Ou dix.

Éteins la lampe
laisse la lumière au soleil,
que l'ombre regagne son coin
et s'y tienne serrée.
Ouvre la fenêtre
qu'entre le froid lumineux de janvier
avec ses perles de glace
dans la barbe blanche.
Vois comme tu respires mieux
alors que fleurit un paysage de montagne
à l'intérieur de tes poumons.
Éteins la lampe
comme on éteindrait l'éternelle nuit,
et tiens-toi au balcon
le coeur battant
pour accueillir le nouveau jour.


2017 aux premières heures...

Baptiste

Maud vit Hélène de loin sur la petite place à l'entrée de la ville: elle portait son second enfant dans les bras. Dès qu'elle l'aperçut, celle-ci hâta le pas.

Au fur et à mesure qu'elle se rapprochait vivement, Maud remarqua ses yeux cernés, son visage tendu, mais surtout son attention fut captivée par l'enfant: il était d'une incroyable beauté! Un chérubin. Avec des yeux qui ne pouvaient qu'étonner, fasciner. Des iris d'or pâle presque luminescents.

Les deux femmes se saluèrent et s'embrassèrent. Maud perçut nettement la fébrilité d'Hélène et elle culpabilisa de n'avoir pas pris de ses nouvelles depuis de nombreuses semaines. Comme elle s'inquiètait à haute voix, Hélène lui expliqua que son fils, le petit Baptiste, était "très prenant" et qu'il ne lui laissait pas une seconde de répit. Au même moment le garçonnet tendit ses petits bras vers Maud qui se sentit aussi flattée que si Apollon et Narcisse réunis l'avaient c…

Vague l'âme

De quelle flamme
gardes-tu la trace mon Âme,
de quel feu disparu,
de quel amour ancien,
que tu soupires à te fendre?

Tu es toute entière encore
tournée vers lui.

Tu flottes en moi
seulement reliée à la terre
par le bout de mon pied,
et tires sur ma vie
comme sur un boulet...


2017


En 2017

Soyons des Passeurs de Lumière...Bonne année à vous toutes et tous!...