Accéder au contenu principal

Articles

Saint-Augustin

« Dis-moi, Seigneur… dis-moi, mon enfance a-t-elle succédé à un âge que j’aurais vécu, interrompue par une mort précédente ? Était-ce celui que j’ai passé dans le sein de ma mère ?… Et avant cette vie, Ô Dieu de ma joie, me trouvais-je quelque part, ou dans un autre corps ? Pour répondre, je ne trouve personne, ni père, ni mère, ni l’expérience d’autrui, ni ma propre mémoire ».




Articles récents

Don

On donne souvent malgré soi la générosité consiste à ne pas faire payer ce don à l'autre élégance, délicatesse discrétion rareté

De Valentine Moon du blog "L'or des jours"


Parfois donner c'est aller véritablement dans son sens à Soi, c'est être dans notre réel mouvement. Je me rends compte que donner est mon feng shui, donner pour moi c'est être avec mon courant, mon énergie, c'est aller dans le sens de mes atomes. Cela ne me demande aucun effort. Bien au contraire, cela m'apporte du bien-être, fondamentalement, profondément. Donner sans y penser, parce que ça va de soi, offrir ce qu'on a de meilleur l'Amour bien sûr, la tendresse, l'enveloppement, la chaleur.


Prière

Aba

Qu'enfin tout soit fini
ne me renvoie plus sur terre.
Regarde
vois mon âme n'est plus encombrée
lourde de la chair
ne reste de Moi qu'un fil de verre
où s'enroule ta Lumière.

Je ne crois plus en toi, j'ai traversé l'enfance
et les contes de fées,
j'ai déconstruit, j'ai simplifié,
effacé tous les mots des hommes
pour retrouver la nudité.

Je suis à nouveau dans la vibration
du monde, ta respiration initiale.

Aba

Quand je serai passée, s'il te plait
Ne me renvoie pas.


2018

Ce que je pense aussi...

"L'amour vit d'exceptions, d'isolations, d'exclusions. L'amour vit des mots et meurt des faits."
Lettre de Marina Tsvétaïeva à Rainer Maria Rilke, 22 août 1926 (extrait)




Le visage du courage

J'envie j'admire
les têtes pleines d'un seul soleil
la joie simple des passants,
ceux qui sont sans questions
qui vont leur chemin le nez au vent.

Heureux.

Ma lumière est grave.
La réalité est sans filtre, sans masque
le monde est une joie et un martyr
sans répit
je me cache mais les cris me poursuivent
jusqu'au creux de mon lit.

Pour le hâter, j'ignore le temps
passer m’apparaît une issue confortable.
Puis je me retourne et je la vois,
alors un feu d'une force incroyable
renaît en moi.



2018

...

Bonjour....





Dis, ne serait-il pas temps que je sorte de ma stase?



Sur la route de Madison

Je ne l'avais jamais vu. Quel beau film...Quel questionnement.

Et quelle extraordinaire actrice que Meryl Streep. On vit avec elle son déchirement dans cette scène éblouissante d'intensité où de sa voiture elle aperçoit Robert sous la pluie. Cette minute où sans un mot s'échange la puissance de leur amour. Comme elle est brave à côté d'un époux qui ne se doute de rien, qui ne voit rien. Oui, on éprouve avec elle les longues secondes, une éternité, pendant laquelle Robert dans sa voiture à l'arrêt l'attend, l'espère, et que sa main à elle est crispée sur la poignée de sa portière. Le feu stop clignote, bat aussi rouge que son coeur. Jaillira, jaillira pas de sa prison mentale pour retrouver l'amour de sa vie? Éprouvant. Les larmes aux yeux, la gorge serrée. Vas-y bon sang, vas-y!

Tout en comprenant parfaitement pourquoi elle demeure dans la voiture auprès de son pâle mari qui ne lui a jamais fait de mal mais qui lui fait si peu de bien aussi. Pourquoi e…